• Sylvain Lupari

RON BOOTS: Backgrounds (1994) (FR)

Backgrounds est un excellent moyen de découvrir les premières œuvres de ce grand sorcier de MÉ qu'est Ron Boots

1 Khazad-Dum 6:55

2 Northwind Leaves Fall 9:07

3 Path's of Death 9:05

4Springbirds 6:32

5 Cosmos 5:33

6 Summerwind 6:11

7 Goodbye 5:38

8 Meadow 8:16

9 Ambersage 7:43

10 April Breeze 4:55

Cue Records | Cue 1111

Groove |GR-1111

(CD 70:46) (V.F.)

(E-Rock, New Age & Berlin School)

Ron Boots est devenu au fil des années une valeur sûre dans le monde de la MÉ. Chaque parution du synthésiste Néerlandais nous surprend avec des rythmes polyvalents qui bercent des approches mélodieuses insoupçonnées pour un univers musical tissé dans les sombres méandres mathématisables. Mais avant d'embrasser cette renommée, Ron Boots amorçait sa carrière avec une série de cassettes produites entre 1987 et 1990. BACKGROUNDS est une compilation de 4 de ces œuvres (Bookworks, Wind in the Trees, Moments et Hydrythmix) réalisées entre 1988 et Dreamscape, sorti en 1990. Une compilation qui dévoile un univers musical minimaliste assaisonné de fines variances, empêchant la complaisance d'une écoute passive qui devient inévitablement distraite. Inspiré des œuvres littéraires de Tolkien et Stephen King, BACKGROUNDS offre une suite de 10 compositions, remixées et retravaillées par Ron Boots, qui respirent les influences atmosphériques des déserts californiens que Tangerine Dream sculptait dans les années 70 sur d'étonnantes approche séquencées unique à Ron Boots.

Khazad-Dum, de Bookworks, nous initie à l'autre versant de l'univers Boots avec une approche clanique de genre aborigène brodée sur un maillage de séquences et pulsations aux touches qui frétillent dans une aura de transe contrôlée. Le rythme est intense et animé, disloquant son spasme linéaire sous les caresses d'un synthé lyrique et de ses harmonies flûtées. On peut reconnaître une influence Dreamienne (No Man's Land) sur cette approche minimaliste dont les variances épousent les tangentes harmoniques qui respirent sous un dense canevas éthéré. Northwind Leaves Fall est un petit bijou sur l'art de séquencer les rythmes. La mélodie est sculptée dans un ballet de séquences dont la multiplication des touches forge un suave canon musical. À la fois fluide et saccadé le rythme harmonique étend son linceul de séquences aux tonalités prismiques qui gambadent avec insouciance sur un enchanteur mouvement minimaliste embellit de ses fines nuances harmoniques. C'est très bon et surtout très beau. L'effet de canon mélodique rythmique est aussi présent sur le ténébreux Springbirds et sur le très joyeux April Breeze (tous deux aussi tirés de Wind in the Trees) qui combine son rythme en cascade avec des synthés aussi musicaux que sur Khazad-Dum. Path's of Death, aussi de Bookworks, affiche la noirceur de son appellation avec un rythme lent et noir, à la limite clanique, brodé sur des pulsations échoïques et des séquences limpides dont les touches alternantes résonnent dans les nuances d'un synthé et ses sombres harmonies flûtées. Cosmos est le seul titre de Moments et c'est un titre d'atmosphère lunaire avec un rythme lent qui palpite de sa ligne de basse sous diverses approches de percussions dont les ruades et effets de surprises égarés cogitent dans les brumes noires d'un synthé ténébreux et de ses fugaces harmonies flûtées.

C'est un titre qui fait un lourd contraste au bouillant Summerwind, de Wind in the Trees, et de ses furieux ions qui palpitent en tous sens dans une danse statique dont la minimaliste évolution passe par les lourdes pulsations d'un bass-drum, les frappes de percussions égarées et d'autres ions aux roulements à billes qui coordonnent leur symbiose rythmique à des harmonies funky provenant d'un synthé aux langoureux solos torsadés et à la brume mystique. Goodbye est noir et onirique, comme un au-revoir que l'on c'est sans revoir. Les lentes modulations des synthés tracent des passages poignants que des cloches d'église amplifient dans ce titre funèbre où hument des chœurs sombres et tristes. Bookworks continue d'échantillonner des structures lourdes et orageuses avec Meadow et ses lourdes pulsations résonnantes qui palpitent sous un univers aux tonalités éclectiques. Des chœurs, des couinements étranges et des chutes d'accords mélodieuses surplombent cette lourde approche menaçante qui s'éclaircit peu à peu avec l’arrivée d'ions séquencées qui scintillent dans leurs sillages harmoniques, dessinant ces envoutantes approches mélodieuses sculptées dans des séquences en cascade qui tapissent le monde sonique de BACKGROUNDS. Ambersage flotte avec ses tam-tams claniques qui tambourinent sous un ciel musical aux nuages d'éther. Un synthé y siffle alors que graduellement des ions sauteurs s'agrippent aux tam-tams, détournant un rythme qui oscille entre son ambiance grégaire et ses modulations passives.

Pas besoin d'être un fan de Ron Boots pour apprécier cette compilation. Si on sent une influence du Dream, on ne peut ignorer celle de Steve Roach dans cette fascinante approche de séquences rythmiques entrecroisées que le synthésiste californien offrait en début de carrière (Now and Traveller, même Structures from Silence). BACKGROUNDS respire l'originalité pour une œuvre qui sort du début des années 90. La conception des rythmes en forme de canons échoïques et leurs mouvements harmoniques sont parmi ces éléments soniques qui font que la MÉ est une forme d'art unique où la beauté explose dans les plus petits tintements d'accords aux arabesques irréels.

Sylvain Lupari (18/02/13) ***½**

SynthSequences.com

Disponible chez Groove

52 views
  • Twitter - Cercle blanc
  • Facebook - White Circle

© 2019 by  Synth&Sequences \ Sylvain (A.K.A. Phaedream) Lupari