© 2019 by Alexandre Corbin for Synth&Sequences \ Sylvain (A.K.A. Phaedream) Lupari

  • Twitter - Cercle blanc
  • Facebook - White Circle

La Musique Électronique

Un Univers aux 1000 merveilles

Bonjour! Mon nom est Sylvain Lupari, mieux connu sous le pseudo de Phaedream sur le Net depuis les années 2000. J'habite au Village St-Pierre, une petite municipalité au nord de Joliette sise au Québec, Canada.

Je suis devenu chroniqueur en ME depuis 2000 parce que les chroniques que je lisais à l'époque manquaient totalement de profondeur et d'objectivité. Étant un GROS consommateur de M(usique) É(lectronique)

moi-même, j'ai acheté des CD sur de très mauvais jugements de certains chroniqueurs. J'ai donc décidé d'écrire des chroniques sur la MÉ en développant un genre de chronique qui décortique toutes les pièces de chaque album chroniqué.

Mon évolution musicale qui m'a amené à être un dévoreur de synthétiseurs et séquenceurs est assez similaire à bien des amateurs du genre, soit à petites doses. Mes premiers amours en musique ont été, dans l'ordre; Alice Cooper, Led Zeppelin, Aerosmith, Genesis, Yes, Emerson Lake & Palmer, Mike Oldfield et David Bowie. FDes artistes que j'écoute encore régulièrement aujourd’hui. C'est mon ami Bernard (mon frère de vie) qui m'a amené à découvrir le genre lorsqu'il m'a fait entendre Force Majeure (Tangerine Dream), Cords (Synergy) et Oxygene (Jean-Michel Jarre). Je n'ai pas accroché tout de suite. Exception faite d'Oxygène.

J'avais les oreilles trempé dans le Heavy Métal des années 80, et j'écoutais tout de même la musique de

Jean-Michel Jarre et Rendez-vous, ainsi que tous les albums de Mike Oldfield; de Tubular Bells à Crisis. Et c'est à cette époque que j'ai découvert Kitaro et son merveilleux album Oasis. Dès lors, j'ai débuté ma très longue quête de MÉ en débutant par Tangerine Dream, Synergy et Klaus Schulze. Par la suite j'ai découvert Mark Shreeve, Software et les artistes du label IC.

Avec l'arrivée d'Internet, j'ai redécouvert le genre, puisqu'au Canada il n'y avait plus aucun distributeur de MÉ depuis le début des années 90. Redshift, Ian Boddy, David Wright et la England School lourde et hyper séquencée. Le Netherlands School avec Ron Boots comme chef de fil et Gert Emmens comme artiste dominant. Finalement, le Berlin School était toujours en vie et avait plusieurs prétendants qui remplaçaient Tangerine Dream et Klaus Schulze.

Près de 35 ans plus tard, je suis toujours un amoureux du genre. J'ai une maladie qui s'avère très douloureuse et qui me contraint à une sorte d'inactivité plus souvent qu'autrement. Donc je prends des anti-douleurs, j'écoute des films et de la musique. Beaucoup de musique. Et j'écris des chroniques…beaucoup de chroniques 😊.

Le but de mon site est de vous faire découvrir cette MÉ qui ne vit maintenant que grâce à une poignée de concepteurs, d'artistes et artisans qui année après année font évoluer le style dans un faible rayonnement commercial. Ils sont mes véritables idoles. Ces artistes travaillent comme vous et moi. Ils sont mes vedettes, comme ils le sont pour les quelques milliers de fans dans le monde. Des fans qui vont toujours en croissant, mais l'industrie reste toujours une des plus fragiles. Il est donc important d'encourager ces artistes et artisans qui amènent à nos oreilles des petits bijoux d'une incroyable beauté artistique.

Je souhaite que ce site soit un jardin de découverte d'un univers aux milles merveilles.