© 2019 by Alexandre Corbin for Synth&Sequences \ Sylvain (A.K.A. Phaedream) Lupari

  • Twitter - Cercle blanc
  • Facebook - White Circle
  • Sylvain Lupari

AD MUSIC: E-Scape 2017 (2017) (FR)

“E-Scape 2017 est une autre grande compilation de belle MÉ réalisée dans ce méga festival de EM”

1 Man and Machine

(Glenn Main) 5:30 2 Dream Flight (David Wright & Carys) 13:02 3 Extropic Sound Configurations (Modulator ESP) 13:52 4 Spirit Escaping

(Peter Challoner) 10:06 5 Rythme de Croisière (Broekhuis, Keller & Schönwälder) 16:20 6 Leftie (Modal Electronics 002 Demo) (Barry Neilsen) 6:22 7 System Six (ARC) 12:21 AD Music | AD191CD

(CD/DDL 77:23)

(England & Berlin Schools)

Pour une 3ième année consécutive, les dirigeants du label de MÉ Anglais AD Music organise le méga festival de musique électronique E-Scape. Les artistes présents cette année sont aussi prestigieux que les deux dernières années, comme le démontre cet autre très bel album compilation de titres inédits et/ou performés en concert qui sont offerts par ces artistes. Les 2 précédents albums E-Scape débordaient de trouvailles et ce E-SCAPE 2017 ne fait pas exception avec une belle balance entre du bon rock électronique armorié de rythmes vivifiants, lourds et minimalistes ainsi que des paysages d'ambiances lunaires et d'autres plus célestes où le côté harmonique conserve sa place de choix, comme dans la tradition du modèle de la England School.

L'album commence avec Man and Machine de Glenn Main et son rock électronique hyper contagieux. Le rythme est lourd et entraînant. Il tournoie sur de bonnes séquences, des percussions électroniques qui font très Jarre ainsi que des pulsations BOUM BOUM qui situent la musique entre un techno pour zombies et un rock cosmique très French School. La mélodie, un brin spectral, est superbe et coule avec une tonalité très près des Ondes Martenot. C'est très bon et on aimerait tous cela que Jean-Michel Jarre se dirige vers ce style qui est à la croisée de celui de Daft Punk et l'album Chronologie. Du bonbon pour mes oreilles! Parfumé des soupirs de Carys, l'introduction de Dream Flight dépose un paysage sonique très éthéré. Des arpèges volètent un peu partout et leurs courses aléatoires forgent de délicates boucles de rythmes qui roulent dans le cercles d'arpèges plus lumineux et plus harmoniques, de même que des séquences qui rampent sournoisement. Les 4 premières minutes coulent très vite, tant que l'on est surpris par la débâcle des percussions qui se met en branle autour des 4:40 minutes. Le rythme est saccadé et une flûte appose son charme aux délices de Carys dont les soupirs révèlent une ligne de murmures qui chicotent notre ouïe depuis une couple de minutes déjà. Le rythme restera toujours délicat, même après un court moment ambiosphérique vers la finale où le tandem Carys/Wright ajoute un peu plus de vigueur techno sans véritablement manger de ce pain. Ce n'est pas à la hauteur du superbe Prophecy, mais nous n'en sommes pas si loin! Lors des 2 premières éditions de E-Scape, je m'étais surpris à découvrir les charmes de la musique de grands noms dans le domaine, Stephan Whitlan et Paul Ward, qui m'avaient toujours échappé au fil de mes découvertes dans le merveilleux univers de la MÉ. Cette fois-ci, la superbe attaque des furieuses oscillations de Modulator ESP (Jez Creek) dans Extropic Sound Configurations m'a ramené aux fondements premiers de la musique électronique avec une structure de rythme minimaliste qui sert de base aux nombreux solos acrobatiques de Jez Creek. Ces oscillations battent une mesure qui fait tambouriner les doigts après un bon 2 minutes d'un paysage ambiosphérique riche en pépiements organiques qui coulent comme le flux d'une rivière sonique. Le synthé ajoute des ornements sibyllins avec des lamentations spectrales étirées au maximum. Les boucles oscillatrices piaffent d'impatience après la barre des 2 minutes en se bousculant afin de structurer un rythme électronique pur qui roule comme un train à travers des paysages montagneux, altérant sa course et multipliant ses charmes. Les parfums d'un bon vieux Tangerine Dream, notamment ce rythme ondulatoire, éclate de partout après la barre des 9 minutes. Très bon!

Je connaissais Peter Challoner de nom mais je n'avais jamais croisé sa musique que l'on me décrivait comme majoritairement ambiante et improvisée. Donc quelle ne fut pas ma surprise d'entendre le rythme très enjoué et contagieux de Spirit Escaping! Des percussions électroniques agiles, et leurs reflets claquants comme des élytres de métal, ainsi que des mouvements entrecroisés de séquences bondissantes structurent une rythmique dynamique avec des oscillations qui sautent dans tous les sens. Très harmonieux, le synthé lance ses effets en ne ménageant jamais de siffloter des harmonies qui collent aux tympans. Un autre très bon morceau! Broekhuis, Keller and Schönwälder continue d'étonner en nous collant le plus long titre de cette compilation qui vaut littéralement son prix d'achat. Rythme de Croisière affiche avec couleur l'esprit de son titre avec une longue structure qui garde son calme avec des nappes de voix qui nous caressent comme les rayons de soleil parmi les solos et les harmonies de synthés qui troquent leurs parfums sédatifs pour une apparence de guitare électronique dont les solos sont l'égaux d'un blues cosmique. Les nappes de voix et ces accords de clavier qui sonnent comme ceux de Rick Wright de Pink Floyd donnent une profondeur séraphique à ce titre qui est clairement dans la continuité des derniers opus du trio Allemand. Barry Neilsen, que j'ai découvert dans le précédent E-Scape 2016, nous revient avec un autre paysage d'ambiances méditatives. Leftie est d'une tendresse cosmique difficilement descriptive tant la multiplication des ondes et leurs impacts qui dessinent un courant cosmique en mouvement. C'est très enveloppant et c'est idéal pour planer doucement à l'écart des autres. J'avais hâte d'entendre System Six de Mark Shreeve et interprété par ARC lors du E-Live Festival à Netherlands en 2007. Et non, je n'ai pas été déçu. Du bon vieux Shreeve joué à la saveur d'aujourd'hui! Je n’ai rien à rajouter, sauf que c'est aussi bon, très lourd même, qu'à l’époque. ARC d'ailleurs présentera du tout nouveau matériel pour ce festival.

Comme moi, vous ne pouvez pas aller au E-Scape Festival de 2017? Sachez que les organisateurs offrent la possibilité d'entendre toute la musique jouée, en très bonne qualité audio, par l'achat d'un ticket virtuel. Une très bonne initiative pour tous les fans de MÉ à la grandeur de notre planète qui devrait être suivie par d'autres organisateurs de festivals. On s'informe sur le site Internet de AD Music. En attendant, il y a toujours cette superbe compilation des artistes qui performeront le 13 Mai. Et non, je ne commandite pas l’événement, mais j'aime la MÉ et il y en a de la très belle ici!

Sylvain Lupari (10/05/2017) *****

SynthSequences.com

Disponible au AD Music

1 view