• Sylvain Lupari

AGE: Time Capsule (2022) (FR)

Un album surprenant plus acoustique qu'électronique alors que l'ambiance est plus bucolique que contemporaine

1 Morning Smile 1:20

2 Our First Walk 2:52

3 The White Gull 2:58

4 Spring 1:13

5 Field Party 1:31

6 My Friend 4:09

7 The Organist 3:52

8 Solitude 3:36

9 The Three Pianists 7:44

10 The Milky Way 1:41

11 Lullaby 1:00

12 The Planetarium Survival 34:30

A G E Music

(DDL 66:32)

(Acoustic/Electronic Art for Ears)

Ça commence aussi simple que ça! Une belle mélodie sifflée par un synthé et sa tonalité d'harmonica sur une tendre et romanesque guitare acoustique. L'impression que Supper's Ready de Genesis qui va suivre reste indéracinable. Aussi court soit-il, Morning Smile reflète la dimension de son titre. C'est aussi le début d'une audacieuse collection de 12 titres, tous composés par Guy Vachaudez, où les fans de AGE, comme ceux aussi qui ont découvert le duo Belge avec ses dernières parutions chez Groove nl, risquent d'être aussi surpris que désorientés. TIME CAPSULE n'est pas du genre électronique progressif. Ni même cosmique, mis à part The Planetarium Survival. La musique est plus acoustique qu'électronique alors que l'ambiance est plus bucolique que contemporaine. Regarder d'anciennes photos est magique! La mémoire fait resurgir instantanément des moments, des personnes, des événements ou des ambiances avec toutes les sensations et les émotions de l'époque. TIME CAPSULE est l'évocation musicale de 12 photos. Initialement, le musicien Belge voulait rassembler des morceaux personnels qui étaient courts et mélodieux sous le titre Candy Music. Un album à écouter comme on mangerait des bonbons, sans y penser. Juste des morceaux légers, faciles et assez acoustiques dans les sonorités qui n'auraient rien à voir avec le style de AGE. Emmanuel D'haeyere a fait la même chose avec Seasons of a Decade en début de cette année. Des titres plus complexes se sont ajouté à mesure que le projet évoluait. Qu'à cela ne tienne, j'ai succombé assez aisément aux multiples charmes de cet album où finalement il n'y a qu’un petit pas à franchir pour établir quelconques corrélations avec le très beau et déstabilisant, aux premières écoutes, Fais que ton Rêve soit plus long que la Nuit de Vangelis. Les seules différences sont les années qui séparent les deux albums, on parle de 50 ans ici, et que chaque titre sur ce TIME CAPSULE est séparé. Pour le reste, la vision bucolique et le savoureux mélange acoustique/électronique ne peut que nous faire penser à ce très bel album du poète électronique Grec.

Our First Walk est du genre plus électronique. Son carillon fait sortir une nappe de violons aux arrangements poignants. Les accords de synthé qui tombent ont cette opacité dramatique à la Vangelis, tandis que les arpèges font miroiter un chant céleste qui est le témoin d'une promenade qui durera bien au-delà de 50 ans. Pourquoi je le sais? Eh bien, l'ami Guy commente une bonne demi-douzaine des titres de l'album sur sa page Bandcamp. Ça nous met en contexte, quoique des fois on cherche les liens. Mais peu importe, ce Our First Walk présente le côté plus complexe de TIME CAPSULE avec des zests de Zanov dans son enveloppe. Tout comme The Organist d'ailleurs et de son langage musical qui flirte avec celui de Tomita dans Snowflakes Are Dancing. S'il y a une chose de saisissante dans cette collection de photographies musicales proposée par Guy Vachaudez est bien la tonalité et la sensibilité des synthés. Tentant d'imiter le vol de Jonathan Livingston sur The White Gull, ils sont plus les témoins de cette solitude jamais saisie dans les vols de notre célèbre goéland. La danse des arpèges carillonnés de Spring colle aux deux sens de son titre; le printemps comme le jaillissement des sons. Bucolique à souhait, Field Party fait rouler ses tambours de fanfare sous les chants ancestraux des synthés. Entendre les moutons dans ce titre accroche un sourire aux oreilles. Les arrangements saccadés de My Friend structurent une marche orchestrale dont l'ombre s'agite sous des tintements de clochettes cadencés. Ça donne une enveloppe musicale très cinéma français où la poésie et le mystère cohabitent sur une structure minimaliste évolutive. Une chorale remplace les orchestrations alors que des arpèges plus nerveux virevoltent tout autour, apportant une dimension musicale plus aérienne. Ça sonne comme le meilleur de Thierry Fervant sous influence de Philip Glass. La musique sombre et l'ambiance mélancolique de Solitude sont à la hauteur de son essence. Le piano y pleure dans une ambiance alourdie par les bourdonnements venant d'une âme en peine. The Three Pianists est un autre titre qui fait un lien avec les structures complexes et anarchiques de Vangelis. Le musicien Belge y souffle tendresse et chaos dans un titre où 3 âmes d'un pianiste s'affrontent. C'est le plus romantique qui gagne ce duel construit autour d'émotions contradictoires. La musique de The Milky Way ne peut pas être plus en relation avec son titre. Idem pour la berceuse, trop courte, électronique de Lullaby. Les amateurs de musique atmosphérique et cosmique n'ont pas été oublié par Guy Vachaudez puisque ce dernier ajoute en The Planetarium Survival un long souvenir musical d'un concert donné au Planétarium de Bruxelles.

C'est Frans Lemaire qui m'a mis la puce à l'oreille pour que j'écoute TIME CAPSULE. Sans cela, ce petit bijou de Guy Vachaudez serait passé sous le radar. Petit bijou, oui! Parce que les 12 titres présentés sur cet album, disponible uniquement en téléchargement, présentent un petit degré de complexité qui garde sa noblesse de l'art même dans les visions les plus mélodieuses de l'album. D'où le lien très réaliste avec Fais que ton Rêve soit plus long que la Nuit. Différent certes, mais aussi beau que très audacieux!

Sylvain Lupari (11/07/22) *****

SynthSequences.com

Disponible au AGE Bandcamp

194 views0 comments

Recent Posts

See All