Search
  • Sylvain Lupari

ALBA ECSTASY: iDeity (2017) (FR)

Updated: Aug 31, 2019

Vangelis ou pas. Blade Runner et/ou toujours pas; iDeity arrive au moment où la musique est au service d'un film bien ancré dans notre tête

1 The Plot 1:58 2 What Are You? 9:52 3 Electrified Action 5:37 4 There is no Past 4:58 5 A Walk Into the Night 3:15 6 Tomorrow is Now 5:35 7 Positronic Response 6:04 8 Odyssey to Glory 4:25 9 Corrupted System 6:08 10 Analog Whispers 6:00 11 The End of World Will Come on a Thursday 5:10 Alba Ecstasy Music (DDL 59:08) (Ambient, cinematographic)

Voici le 4ième album d'Alba Ecstasy que je chronique cette année. Une année très prolifique (est-ce trop?) où le synthésiste Roumain a couché près de 17 albums sur son site Bandcamp. iDeity est un genre d'hommage à l'univers de Philip K. Dick et son méga succès littéraire Do Androids Dream of Electric Sheep qui sera porté à l'écran sous la lentille de Ridley Scott avec la film Blade Runner. Et Mihail Adrian Simion se veut très clair; iDeity n'essaie en aucun temps de recréer les différentes bandes sonores et musiques sorties en marge de ce film. Et pourtant, rien n'est plus faux! Avec ces lents mouvements à la dérive et ces larmes de synthé qui gémissent dans des concertos pour instruments à cordes dans un univers futuriste et apocalyptique, ce dernier livre sonique d'Alba Ecstasy n'atteint certainement pas sa cible. Plus un album d'ambiances que de rythmes ou encore de mélodies, iDeity ouvre avec les nébuleuses ondes flottantes de The Plot. Dès les roulements de grosses caisses et les nappes de synthé qui gémissent comme des nuées de violoncelles filant vers d'autres horizons, il nous est déjà impossible de pas faire de lien ici avec la musique de Vangelis. Une musique grave avec des mouvements austères qui nous plonge dans les ambiances du film culte, avec images plein la tête, sauf si l'on regarde fixement le Sphinx sur la pochette avant de l'album. Les tonalités sont plus réalistes de cette couleur rouille, que celles d'un noir grisâtre qui restent imprégnées dans ma mémoire. What Are You? suit avec des murmures et toujours ces nappes aux saveurs de trompettes électroniques qui alourdissent des ambiances au seuil des vapeurs de chloroforme. Une imagerie rythmique s'éveille d'entre les souffles aigues de trompette d'un nouveau Jéricho, alimentant une structure tambourinant comme les premiers rythmes ambiants de Klaus Schulze. La surface sonore de iDeity est aussi acuité que les couleurs vives de son Sphinx. Electrified Action et ses chants Vangelis, assez lyriques, sous fond de réverbérations grondantes et Positronic Response sont à l'image de cette densité sonore dans un univers d'ambiances apocalyptiques. Alors que des titres comme There is no Past et Tomorrow is Now offrent de très bonnes structures de rythmes analogues après des introductions de nébulosité Vangelis. Tomorrow is Now est tout simplement superbe en passant!

La musique de A Walk into the Night est très à l'image de son titre. Un mouvement oscillatoire du séquenceur forge une ligne de rythme dont les alternances sautillent dans une opacité harmonique tissée par des strates de synthé qui voltigent comme un agile mouvement de valse en symbiose avec la structure de rythme. Les deux mouvements superposés donnent effectivement l'illusion d'une marche gracieuse par des êtres illuminés dans la nuit. Un titre génial qui reste toujours à la remorque de ces nappes de synthé très Vangelis. Et ce n'est pas un problème! Même si ces couches de synthé et ces orchestrations apocalyptiques infiltrent tout cet album, contrairement à ce qu'espérait Alba Ecstasy. Idem pour Odyssey to Glory qui éveille nos sens avec des bruits hétérogènes, un peu comme dans les ambiances de Tomorrow is Now. Corrupted System est un peu dans ce genre psybient, alors que Analog Whispers utilise moins les effets de stridence tout en proposant un rythme lent dans des ambiances qui flirtent encore avec le genre de bruissements psychédéliques. The End of World Will Come on a Thursday termine ce iDeity avec force! Avec un rythme pulsatoire à la Vangelis, Antartica mais en plus lent, plus lento j'insisterais, où roulent de superbes solos. Il y a du drame, de la tension dans l'air. Et ça conclut un autre solide album, plus ambiant mais drôlement riche dans les effets et les nappes orchestrales, où Alba Ecstasy puise la gourmandise insatiable dans les coffres cachés de Vangelis. Un grand album mes amis qui va vous dévisser les tympans!

Sylvain Lupari (20/12/2017) *****

SynthSequences.com

Disponible au Alba Ecstasy Bandcamp

0 views

© 2019 by Alexandre Corbin for Synth&Sequences \ Sylvain (A.K.A. Phaedream) Lupari

  • Twitter - Cercle blanc
  • Facebook - White Circle