• Sylvain Lupari

ALBA ECSTASY: Vox of Sequencing (2021) (FR)

“Un nouveau son et un séquenceur un peu différent et c'est le même vieux AE”

1 In the Agony of Rhythm 12:04

2 What Are the Odds? 8:46

3 Incidental Consequence 8:44

4 Vox X 12:55

Alba Ecstasy Music

(DDL 42:31)

(Roumanian School)

Alba Ecstasy nous présente un nouvel album assez particulier. Le rythme est solide! Très solide même, avec un maillage lourd entre le séquenceur, les lignes de basses et celles des basse-pulsations qui nous martèlent du plomb dans les oreilles. Il y a aussi ce clavier plus présent avec des arpèges vivants qui courent comme des harmonies de lounge ou de Jazz léger. Les séquences! Mihail-Adrian Simion séquence à peu près tout ce qui lui passe par la tête, rendant encore plus convaincante les structures minimalistes de VOX OF SEQUENCING. On ne peut nier l'approche transe de la Roumanian School tel que popularisée par Indra dans les années 90. Les percussions et éléments percussifs? Il y a aussi du nouveau et c'est très beau… Bref, AE nous en met plein les oreilles sur un album relativement court et rempli de panoramas cosmiques structurés par un séquenceur toujours au-dessus de ses affaires dans l'univers Alba Ecstasy.

Une chorale astrale est à l'origine de In the Agony of Rhythm. Son chant séraphique est appuyé par un synthé d'où s’échappe un mélange de réverbérations et d'effets organiques. C'est donc très tôt que les voix chthoniennes infiltrent les ambiances. Fondu dans la confusion des vents cosmiques et poussé subtilement par une ombre de basse, ce fredonnement de masse augmente graduellement le degré de son intensité jusqu'à ce qu'un serpentin plaqué de grelots l'entoure et l'apaise pour le présenter, plus docile, à une cérémonie flûtée. Il y a bien 3 minutes de passées. Le chant de la flûte devient séquencé et tourne en boucle, libérant un rythme fluide qui sautille d'un pas à l'autre. D'une oreille à l'autre! Cette agonie (sic) du rythme (sic) est trépidante et repose sur les accords de clavier qui dessine une mélodie frénétique qui roule sens dessous-dessus avec une étroite collaboration d'effets organiques, comme psychédéliques et finalement percussifs. Des cycles qui interviennent à tour de rôle, accompagner la mélodie, comme parfois ensemble afin de créer une totale anarchie sur une ligne de rythme qui s'essouffle. Ce que nos oreilles ont remarquées est ce petit insecte possédant des claquettes percussives nerveuses qui sont munies d'une tonalité pas mal plus éclatante. Sautant de In the Agony of Rhythm à What Are the Odds?, elle a ce petit côté défibrillateur qui réveille une structure rythmique sphéroïdale se transformant lentement en un mouvement de rythme vif, un peu comme 3 paires de mains jouant du ciseau sur le même fil. Saccadé et violent, le rythme est aussi accompagné par cette bestiole aux claquements frénétiques. Il se retransforme en une structure plus musicale avant qu'elle n'entre dans une phase plus électronique, servant la cause à un synthé afin qu'il puisse déposer des solos aux wah-wah sans fuzz dans une ambiance interplanétaire. C'est du Alba Ecstasy dans toute sa splendeur!

Incidental Consequence est un titre sans histoire concentré sur un rythme martelé sur un ion sauteur qui chasse une mélodie trop mélancolique ayant l'essence de celle qui créchait sur In the Agony of Rhythm. Le ion sauteur danse avec son ombre et ces pulsations organiques l'entourant pour l'amener à cette brume idyllique aux histoires de la Berlin School. Son évolution passe par une courte phase de confusion pour en ressortir plus calme et plus ambiant. Le fade-out est assez sec pour les oreilles cherchant la sérénité… Un titre sans histoires que je disais!? Vox X est la pièce de résistance de VOX OF SEQUENCING! Ça débute avec une luciole électronique qui virevolte. Laissant tomber son ombre qui se reforme, elles sont deux. Elles dansent et interchangent leurs positions entre des souffles chevrotant. Cette indécision créant un fragile équilibre est entrainée par une ligne de basses séquences. Le rythme est vif et saccadé. Et c'est encore plus que ça lorsqu'une ligne de basses pulsations injectent du fuel rythmique à un titre statique mais d'une violence inouïe pour son effet d'entrainement. Le clavier y couche une phase mélodique qui reçoit l'appui de violoncellistes dont les lents élans gracieux caressent une structure où l'explosion semble être la seule issue possible. J'ai comme cette savoureuse sensation d'être dans un trance de Indra sur une structure explosive à la Klaus Schulze des années 85-90, genre Constellation Andromeda de l'album Dreams. L'explosion n'a pas lieu! AE privilégiant une décomposition de la violence fragmentaire de sa mathématique rythmique qui peu à peu rejoint l'originalité de son introduction dans une finale qui porte toujours la haute tonalité de sa séquence à bout de bras.

Sylvain Lupari (23/06/21) *****

SynthSequences.com

Disponible au Alba Ecstasy Bandcamp

150 views0 comments

Recent Posts

See All