• Sylvain Lupari

BROEKUIS, KELLER & SCHONWALDER: Live at B Wave (2018) (FR)

“Comme d'habitude, un autre opus solide de BK & S avec de belles structures minimalistes ornées des meilleurs sons que les instruments peuvent mettre entre des oreilles avides de sons”

1 An Imprombtu Item 42:00 2 B-Wave too 9:24 MRCD 8009

(CD/DDL 51:24)

(New Berlin School)

Un nouvel album de Broekhuis, Keller & Schönwälder est toujours un évènement dans les sphères de la MÉ du genre Berlin School. Le trio réussit depuis The Annazaal Tapes en 1999 à séduire son public en offrant une musique minimaliste qui sert d'assise à une pléthore de mélodies envahissantes, de nappes ambiantes, de brume en suspension et de rythmes adjacents pour le plus pur plaisir des mélomanes. Parce qu'ici, hormis la belle musique de BK&S, l'esthétisme sonore est à son comble. LIVE AT THE B WAVE puise sa source lors du désormais prestigieux Festival B-Wave le 14 Novembre 2015 dans la ville de Heusden-Zolder en Belgique. Le trio Allemand avait alors interprété un long titre, B-Wave Session Live, qu'il avait distribué sous forme de clé USB lors de ce festival. B-Wave Session Live est devenu An Imprombtu Item avec un remaster numérique.

Son ouverture est constituée de graffitis sonores, d'effets de distorsions et d'un dialecte organique qui unissent leurs différences dans des nappes de voix et de brume. C'est le dialogue de batraciens qui forme la première esquisse de rythme. Croassant dans une ligne d'oscillations, ce rythme est submergé par d'intenses strates de synthé qui flottent à la verticale avec beaucoup de clarté et de particules stridentes dans les tons. Et c'est là qu’il faut entendre les détails. Splendide, cette ligne de rythme est brodée avec divers éléments, et leurs tonalités, qui enchantent l'oreille. C'est ainsi que des pulsations et des effets pulsatoires se greffent afin de former un rythme plus fluide qui épouse la forme du galop modéré d'un cheval hennissant sur des rails. Des riffs de clavier et des percussions s'ajoutent à cette structure qui ondule lentement sous les morsures de bons solos de synthé. Une subtile transformation s'opère, donnant une essence plus robotique à ce rythme qui tremble maintenant comme ce rythme robotique de Kraftwerk dans TEE. Des effets et des babillages électroniques continuent de sauter avec le rythme alors que des nappes de synthé ajoutent une vision fantomatique avec des chants suspendus dans des jardins de brume. An Imprombtu Item perd un peu ses repères rythmiques autour de la 18ième minute avant de se reconstituer sous une avalanche de brume anesthésiante, de solos aux tonalités contrastantes et d'effets sonores qui s'ajoutent soit au rythme ou qui agissent en décoration un brin psychédélique, comme dans l'esprit de ce festival. B-Wave too fut interprété lors d'une répétition pour le B-Wave de 2017. Épousant toujours l'art de la musique minimaliste de Broekhuis, Keller & Schönwälder, la musique est plus concentrée sur son aspect rythmique. Donc percussions et surtout un séquenceur très actif, qui fait rouler ses touches comme les doigts de Chris Franke le faisait à l'époque des séquenceurs numériques, sont au menu de ce titre qui reste tout autant séduisant dans son esthétisme sonore sans faille de BK&S.

Sylvain Lupari (02/02/19) ***½**

SynthSequences.com

Disponible au Manikin's Bandcamp

  • Twitter - Cercle blanc
  • Facebook - White Circle

© 2019 by  Synth&Sequences \ Sylvain (A.K.A. Phaedream) Lupari