• Sylvain Lupari

BYRON METCALF: Adventures in Synaptic Exploration (2022) (FR)

On reste constamment séduit par la diversité de ses rythmes aborigènes

1 Waves of Preparation 9:04

2 Adventures in Synaptic Exploration 7:37

3 Burundi Dreams 9:53

4 Arrival of the Elves 9:07

5 Conscious Encounter 9:15

6 Leaning in to it 10:23

7 Water Dance Ceremony 8:05

Dr. BAM's Music

(DDL 63:27)

(Tribal rhythmic music)

Un bourdonnement et un chuchotement brumeux ornent l'ouverture de Waves of Preparation qui prend une tangente dramatique et cinématographique lorsque les premières percussions résonnent. Elles organisent secrètement cette volée percussive qui fera le tour de nos écouteurs lorsque le titre cessera de tergiverser un peu avant la première minute. Et comme un homme avec 6 mains, le shaman de Prescott Valley en Arizona laboure un furieux rythme avec des frappes courant sur des nappes de synthé flottantes, des ondes de réverbérations, des chants de gorge et des murmures lancés à travers un didgeridoo. Comment dépeindre une musique si belle et à la fois si différente? Dans un décor sonique aussi enchanteur que survolté, Byron Metcalf présente son nouvel album-téléchargement avec la panoplie nécessaire pour nous faire danser sur de furieux rythmes aborigènes. Tout le contraire de Rhythms of Remembering, ADVENTURES IN SYNAPTIC EXPLORATION propose rien de moins que 63 minutes de rythmes bourdonnant et tournoyant dans une savane amérindienne où les esprits se déchaussent de leurs enveloppes corporelles. Et ils n'ont pas le choix! Les percussions sont titanesques sur des rythmes de feu où les instruments acoustiques des premiers peuples sont à l'honneur. Et lorsqu'il ne s'agit pas de rythme de feu, comme dans Water Dance Ceremony, elles deviennent des instruments d'hypnose. Au niveau des panoramas sonores, Dr Bram y a mis le paquet avec Paul Frore Casper et Dashmesh, que l'on trouvait sur The Precipice of Choice, qui usent de leurs maitrises des synthés afin de créer des paysages sonores qui matchent avec les furieuses percussions qui ne sont pas méditatives, obsédantes oui, mais pas méditatives pour deux sous. Joel Olivé complète ce trio avec ses chants de gorge et polyphoniques ainsi que ses bâtons de pluie. La pièce-titre fait d'ailleurs entendre ces chants et le didge errer sur le rythme le plus ensorcelant de cet album. Les percussions sont à l'origine de rythmes entraînants avec de surprenants éclats conflictuels qui pimentent l'écoute tout en ajoutant des reliefs percussifs qui charment une écoute avide de ces percussions…comme la mienne.

Burundi Dreams est un superbe titre qui reçoit l'appui de Joel Olivé au synthé modulaire. Sa texture est aussi unique que son rythme peut être ensorceleur. La structure possède cette essence de méditation dynamique avec un rythme semi-lent initialement orné de pétillements d'étoiles qui s'émiettent en poussières tonales. Elles brillent dans le sombre firmament de cette ouverture dramatique où le rythme prend son lent envol est encerclé par des chants méditatifs amérindiens. Le jeu des percussions sur ce très beau titre tonne avec une candeur mélodieuse à hypnotiser le plus récalcitrant d'entre vous. Sans doute le plus beau titre ici avec le très électronique Leaning in to it et son tonnerre de percussions sur une frénétique structure de séquences spasmodiques. Arrival of the Elves propose une texture plus axée sur le développement des ambiances que le rythme. Les chants polyphoniques et les longs effets de graves réverbérations (drones) tournoient comme de longs lassos gutturaux qui flottent entre deux couches d'un rythme qui se veut de plus en plus entraînant. Un titre magique où les spectres de la nuit sont plus omniprésents. Un long effet de réverbération rauque initie Conscious Encounter. Cette ligne de synthé bourdonnant (synth drone) expire à peine son dernier souffle que les percussions acoustiques de Byron Metcalf commencent à s'exciter tout juste après la 1ière minute. Le rythme est aussi fluide que délicieusement lent. Les percussions grignotent nos oreilles pour recevoir ensuite ces chants gutturaux spiralés qui montent et descendent comme le vol stationnaire d'un gros bourdon luttant contre la force des vents. La puissance des percussions est enivrante au point que nos oreilles ne focussent que sur ce rythme obsédant qui devient aliéné par ces longues complaintes des chants rauques de son ouverture. Sherry Finzer vient faire chanter sa flûte native américaine sur la structure hypnotisante de Water Dance Ceremony. Cette flûte se mesure aussi à ces chants rauques qui bourdonnent comme un didgeridoo séquencé dans une savane empoussiérée par un cercle de danseurs chantant pour la pluie.

Même en connaissant l'univers des rythmes de transes claniques de Byron Metcalf, nous restons constamment séduits par la diversité de ses rythmes aborigènes. ADVENTURES IN SYNAPTIC EXPLORATION propose rien de moins que 7 aventures rythmiques constamment entraînantes. Lorsque ce n'est pas pour les pieds, c'est pour l'esprit sinon pour la musique qui prend des tangentes insoupçonnées dans cette autre odyssée musicale du shaman de l'Arizona.

Sylvain Lupari (06/03/22) ****½*

SynthSequences.com

Disponible au Byron Metcalf Bandcamp

142 views0 comments

Recent Posts

See All