• Sylvain Lupari

CREATE: Biospherical Imagery (2006) (FR)

Fans de MÉ expérimentale, improvisée et Berlin School, en voici tout un bon en 2006

1 Biospherical Imagery (46:50) Live Studio Nov 2004

2 Endless Corridors (5:06) Live Studio Oct 2005

3 Signs of Life (15:00) Live Studio Nov 2004

4 Mystery Voices (3:12) Live Studio 2005

5 The Day After (8:36) Live Studio 2004

Groove NL GR131

(CD 78:47)

(Improvised Berlin School)

Create c'est Steve Humphries, un véritable aficionado de MÉ que j'ai eu le plaisir de connaître sur le web. C'est un nouveau nom dans la cour des grands qui avait agréablement surpris avec un premier album paru en 2004, Reflections from the Inner Light. Depuis, c'est la renommée! On voit et on entend le son si particulier de ses synthés un peu partout dans le petit monde de la MÉ. D'ailleurs, il a eu l'hommage de participer à l'œuvre posthume à Robert Moog sur l'album compilation Analogy de Groove en donnant le ton avec le fougueux Analogue Revival, un titre à posséder. BIOSPHERICAL IMAGERY est son 3ième cd, et c'est tout un vrai! Près de 80 minutes de pur délice.

À elle seule, la pièce titre vaut les deniers. Un long 47 minutes qui est dans la foulée de cet Analogue Revival. Il ne faut pas se fier à son intro atmosphérique où bruits hétéroclites croisent des sons de métal et des vagues cosmiques qui retiennent leur fougue avec détresse. Car graduellement, une fine ligne du séquenceur se dandine et les premiers coups de séquence se font sentir. Le beat est saccadé et frappe avec des percussions rotatives. Sur une bonne ligne basse, les cris de synthés fusent avec force et Biospherical Imagery s'envole. Tout au long, les rythmes croisent des séquences qui alternent entre un ambiant fragile et des rythmes soutenus. La basse et les percussions sont nerveuses sur des lignes de synthétiseurs en constantes ébullitions. L'atmosphère bourdonne sur des nappes de voix graves et des sonorités aussi perçantes que mordantes. De la grande musique électronique (MÉ) improvisée. À cet effet, chaque titre sur cet album a été enregistré sur le modèle une seule piste et en improvisation. Donc, en concert en studio! Après un titre aussi fou Endless Corridors nous repose un peu. Comme Mystery Voices, c'est un titre aussi atmosphérique que sombre. Des moments qui se poursuivent sur l'intro de Signs of Life avec un synthé qui siffle dans la noirceur de la nébulosité. De lourdes notes pulsent et dansent un air hypnotique. De lourdes séquences qui reviennent et modifient leurs tonalités sans changer le cours anesthésique de leurs pesanteurs. Un titre, vous l'aurez deviné, pesant, mais très pesant. The Day After clôt sur une avalanche de lignes de synthé. Le rythme est léger et baigne dans une épaisse nappe synthétique qui s'accroche à une ligne basse groovy. Un bon titre sur séquenceur pour mettre la touche finale à un solide opus.

Amateurs de sensations fortes, de musique expérimentale et électronique improvisée, BIOSPHERICAL IMAGERY est un des solides titres de 2006. Create démontre une étonnante maturité et une arrogance artistique digne des grands noms. Le genre d'œuvre cimetière, tant il est audacieux et ingénieux. Un habile mélange entre les atmosphères et les rythmes débridés. La pièce titre est absolument géniale. Près de 50 minutes infernales à jouer à haut volume, et là ce n’est pas garanti que la peinture va tenir sur les murs. À se procurer sans fautes!

Sylvain Lupari (14/06/06) *****

SynthSequences.com

Disponible chez Groove nl

176 views0 comments

Recent Posts

See All