top of page
  • Writer's pictureSylvain Lupari

Grüm~Pé Immunity From Darkness (2023) (FR)

Pas facile à apprivoiser mais payant pour les oreilles qui ne sont pas frileuses

1 Plus or Minus 11:12

2 Immunity from Darkness 9:09

3 A Map of Thirteen 9:43

4 Winter Fire 6:38

5 Things not seen Until Recently 7:38

6 Bernoulli Overload 14:48

7 Even Though I Knew the Ending... 11:33

(DDL/CD-(r) 60:45)

(Modular Dark ambient)

Si l'univers des synthés modulaires vous captive, IMMUNITY FROM DARKNESS est une belle invitation de Grüm~Pé, et par ricochet de Cyclical Dreams. Mais attention! La musique de ce nouvel opus de Maurice Gallagher a été improvisée et enregistrée en direct. En temps réel sur une sortie stéréo avec des logiciels de synthétiseurs modulaires VCV Rack et Voltage Modular. Il n'y a eu aucun clavier, ni enregistrement supplémentaire (overdub), mis à part le mastering fait avec le Ableton Live. Ça donne un album assez difficile à apprivoiser. Encore plus que A Strange Uncertain Light! Nos oreilles plongent dans cet univers d'expérimentations sonores conçu sur ces synthé modulaires à l'aube d'une exploitation musicale plus commerciale des dernières années. Tout en flirtant avec les rythmes lourds et indécis de Arc, de Bakis Sirros et même ['ramp], Grüm~Pé extirpe le poison sonore de ces artistes pour créer des ambiances qui nous plongent au cœur des dimensions et du sens de l'album, et de son titre plus particulièrement. Chaque titre est une aventure en soi qui nous ensorcèle peu à peu. Un peu comme une âme perdue dans les labyrinthes de cette immunité contre les ténèbres et qui ne veut plus en sortir.

Et Plus or Minus nous met au cœur des expérimentations de Maurice Gallagher avec une nuée d'effets électroniques, d'éléments de distorsions et d'accords, autant rythmiques qu'harmoniques, pas tout à fait formés qui sont au cœur de son ouverture. Une grosse ligne pulsatoire résonne après les 100 secondes. Ses battements arythmiques ont une pesanteur nourrie par un effet de statique, créant un rythme incertain qui titube, qui avance à tâtons. Le mouvement se développe avec une certaine vélocité, mais aussi par la présence d'arpèges cadencés qui sautillent dans l'ombre de cette ligne bourdonnante afin de créer une structure polyrythmique qui tournoie constamment sur son axe rotatif. Comme la ligne de basses pulsations, les arpèges résonnent mais d'une luminosité incandescente. Les deux contrastes créent une masse sonore radioactive qui bourdonne sans cesse sous le poids d'un rythme électronique statique. Ce que vous venez d'entendre sur Plus or Minus est l'enveloppe sonore et musicale exploitées à la grandeur de IMMUNITY FROM DARKNESS. Les expérimentations de grum~pe nous plonge dans un univers qui flirte avec celui de Stephen Parsick et son ramp bien à lui pour cette froideur sonore qui provient des effets sonores, des pulsations et éclats de rythmes sans suite, comme dans la pièce-titre qui pourrait se comparer aux symphonies pour ambiances ténébreuses de Doombient. Le titre traîne une lourdeur sans pareil et explose d'éléments percussifs et de filaments torsadés irradiant un bleu acier en train de surchauffer. Un gros titre qui se dévore avec des écouteurs, si l'aventure sonore vous excite! Par la suite, les ondes sonores qui initient A Map of Thirteen nous plonge dans un univers caustique où le son mord nos oreilles de par ses réflexions qui s'appuient sur un invisible mur de réverbérations. Peu à peu, le grisaillement des ondes de synthé se transforment en une séduisante mélodie spectrale qui s'accroche au lent mouvement d'une ombre de basse. Aussi incroyable qu'on puisse imaginer, cette lente oscillation crée un ver-d'oreille qui ondule de ses multiples teintes caramélisées sur les battements de percussions qui se sont greffés aussi tranquillement que cette lourde ligne de basses pulsations qui dicte un rythme mou et lent, comme je les aime.

Né de brises creuse assourdissantes, Winter Fire délaisse peu à peu son ouverture atmosphérique glauque et Doombient pour ramper vers une structure de rythme qui est en symbiose avec les ambiances. L'éclat des arpèges, les pssitt-pssitt cadencés, les éléments percussifs disparates parviennent contre toute attente à nous faire taper du pied. Things not seen Until Recently poursuit sur ces ouvertures expérimentales qui permettent le réglage des idées de Maurice Gallagher. Le titre débloque vers une mélodie rythmique cosmique avant de s'égarer dans une courte phase de cacophonie pas trop indigeste. C'est un titre difficile à assimiler, même après quelques écoutes! C'est tout un tintamarre, un bouillon d'effets sonores statiques qui attend nos oreilles dans l'ouverture de Bernoulli Overload, le plus long titre de IMMUNITY FROM DARKNESS. Il y a des insectes volants, bourdons comme un essaim de coléoptères aux formes aussi démunis que leur langage, dans cette ouverture syncrétique sonore où l'iconoclasme possède toute ses vertus. Les sons affichent leurs contraste et la majestuosité de leurs formes dans une longue et lente ouverture qui se transforme en parade surnaturelle un peu après la 7ième minute. À prime abord très lent, le rythme progresse par la multiplication des accords et effets sonores pour bien s'ancrer sur une ligne de basses pulsations rampante qui devient le berceau d'arpèges lumineux et mélodieux finement liés en une impulsion ondulatoire. Ça m'a demandé quelques écoutes, mais ça été payant! Even Though I Knew the Ending...explore les mêmes sentiers tout en développant une approche rythmique lourde et plus entraînante à la Ian Boddy dans son Coil.

Pas facile à apprivoiser, IMMUNITY FROM DARKNESS reste un monument pour les amateurs de musique ténébreuse atmosphérique présentée sur des rythmes lourds, résonnants et parfois même entraînants. Grüm~Pé poursuit là où il s'était arrêté avec son excellent A Strange Uncertain Light, paru il y a 2 ans sur Cyclical Dreams. Son nouvel opus est un peu plus expérimental et propose des expériences musicales qui sont à la limite du tolérable tout en flirtant avec un Berlin School, un England School ambiant et psychédélique. Un bon casque d'écoute est essentiel. Pour pas que les voisins s'inquiètent et pour que vos oreilles viennent à capter toutes les dimensions sonores de IMMUNITY FROM DARKNESS.

Sylvain Lupari (22/10/23) ****¼*

Disponible au Cyclical Dreams Bandcamp

(NB: Les textes en bleu sont des liens sur lesquels vous pouvez cliquer)

159 views0 comments

Recent Posts

See All

Comentários


bottom of page