• Sylvain Lupari

JEAN MICHEL JARRE: Cities In Concert Houston-Lyon (1997) (FR)

Houston / Lyon est un solide album live où Jarre redéfinit la nature de la MÉ avec des méga concerts en plein air

1 Oxygene (Part 5) 1:30

2 Ethnicolor 11:41

3 Chants Magnetiques, Magnetic Fields I8:11

4 Souvenir De Chine  5:37

5 Equinoxe (Part 5) 6:01

6 Rendez-Vous III (Laser Harp) 3:54

7 Equinoxe (Part 7) 5:29

8 Wooloomooloo 3:22

9 Rendez-Vous II 11:54

10 Ron´s Piece 6:35

11 Rendez-Vous IV 7:01

Epic | EPC 487377 2

(CD 71:00) (Cosmic French School)

Voici par quoi Jean-Michel Jarre devenait graduellement le mercenaire contemporain de la MÉ. Malgré les gros concerts de la Place de la Concorde et en Chine, J-M. Jarre en est à ses premières armes dans l'art scénique. Peu importe, c'est à son équipe que revient la responsabilité d'organiser un concert pour les 25 ans de la NASA, ainsi que les 150 ans de l'état du Texas, le 5 Avril 86. Un méga concert en plein air et plein d'embûches dans les terroirs des cowboys et du country qui verra aussi le jour sur une vidéo, démontrant la disproportion d'un concert qui marquera les Texans pour des décennies. Dans la même année, le synthésiste Français donnera un concert, moins grandiose, pour la visite du pape à Lyons le 5 Octobre. HOUSTON/LYONS est un bref condensé de ces 2 événements.

Que dire d'un album en concert si ce n'est que Jean-Michel Jarre rend avec justesse l'interprétation de ses œuvres avec un colossal orchestre, nécessaire suite aux orchestrations de Rendez-Vous et aux multiples sonorités hétéroclites et rythmiques de Zoolook. J'aime bien la façon d'aborder le concert avec une touche documentariste comme sur Oxygene V. Une manière particulière qui nous retrempe dans l'atmosphère d'une prestation qui n'a d'égale que la démesure américaine, si on a eu la chance de le visionner sur la télé à péage de l'époque. Car, et c'est là toute la nuance, il faut se rappeler de l'époque où ces concerts ont eu lieu. J-M. Jarre redéfinissait les spectacles à grands déploiements, avec effets spéciaux sur les édifices et les gros lasers, dans une atmosphère survoltée où bien des gens ne connaissaient absolument pas sa musique. Donc le synthésiste Français a pris toutes les mesures nécessaires pour donner un spectacle époustouflant, à tout le moins au Texas (Je n'ai pas vu le spectacle de Lyons). Certains diront que les Concerts en Chine rendaient la musique plus chaleureuse et intimiste et c'est tout à fait vrai. Sauf que HOUSTON/LYONS n'a rien d'intimiste. C'est l'emphase totale qui est rendu avec une authenticité qui dépeint à merveille les ambiances démesurées qui étaient l'apanage de l'ivresse culturelle des spectateurs. Et Jean-Michel Jarre est à l'ère numérique et il interprète avec une précision inouïe des extraits de Rendez-Vous (faut admettre que les interprétations sont colossales), en plus du suave Ethnicolor qui est par contre tronçonné d'un bon coup de son temps. Les quelques titres connus sont revampés d'une sauce contemporaine bien apprêtée donnant ainsi à Magnetic Fields I et Équinoxe V des airs de jouvence, sans en dénaturé la première mouture. Même l'énigmatique Souvenir De Chine trempe dans une vie nouvelle, dans des ambiances rajeunies.

Évidemment tout n'est pas parfait! Les titres sont raccourcis, pour remplir adéquatement un microsillon, et ça déplaît royalement aux fans qui s'aperçoivent que la vidéo ou l'enregistrement de la télé procure un concert, pour Houston seulement, dépassant les 60 minutes. Pourquoi pas un double comme les Concerts en Chine? En y ajoutant les pièces comme Wooloomooloo et les intégrales de Rendez-Vous et d'Ethnicolor. Surtout que l'on rajoute une portion de Lyons qui me catapulte avec la bénédiction papale austère. Il y a aussi la nouvelle mouture sonore recrée par J-M. Jarre qui déplaît à bon nombre de puristes qui voient la MÉ devenir l'apanage des ordinateurs et autres dérivés. Pourtant, le synthésiste Français respecte la tradition avec 6 synthésistes et un batteur qui vient donner du lest et encadrer les approches séquentielles. Les fans devront attendre 10 ans plus tard avant d'avoir un album plus complet et dans une version remasterisée. Et c'est cet album sur édition Dreyfuss que l'on doit jeter son dévolu. En plus d'être plus complet, la qualité sonore est exceptionnelle et donne plus d'éclat à un concert grandiose qui serait le premier d'une grande série de concerts en plein air. Des concerts à grands déploiements tintamarresque qui deviendra sa signature. Depuis, les spéculations de mercenariat pèsent sur son équipe qui enfilera les gros concerts à gros cachets, avec sorties cd, vhs, cd remasterisés et dvd des vhs déjà disponibles. Mais ça c'est une autre histoire que l'on ressassera amplement au cours des prochaines lunes. Malgré tout l'amertume et les médisances des amateurs, bon nombre (incluant votre humble serviteur) attendons avec impatience une version DVD de ce sublime événement.

Quoiqu'il en soit et au-delà des commérages vicieux, HOUSTON/LYONS est un très bon album en concert qui a le mérite d'avoir un punch sonore qui dépasse toute œuvre en concert de MÉ à ce jour (1987). C'est aussi l'album qui incitera Jean-Michel Jarre et son équipe à la démesure, rendant un pâle pastiche d'un créateur exceptionnel, qui s'embourbera dans des œuvres moins dédiés… Sans doute l'appât du gain, mais qui ne le ferait pas?

Sylvain Lupari (08/01/14) *****

SynthSequences.com

Disponible chez Groove nl

  • Twitter - Cercle blanc
  • Facebook - White Circle

© 2019 by  Synth&Sequences \ Sylvain (A.K.A. Phaedream) Lupari