• Sylvain Lupari

KONTROLL-RAUM: Check In (2021) (FR)

Check In est un album de rythmes, de percussions et effets percussifs...

1 Gentlemen, Start Your Engines 7:12

2 Escape 38 11:36

3 Raum 23 11:17

4 Pour Alain 9:01

5 For a Roadmovie 10:53

6 C9 05-05 12:50

7 Check Out 10:06

Manikin Records MRCD 7110

(CD/DDL 73:07)

(New Berlin School)

Précepte connu, c'est avec une onde de brume montante que Gentlemen, Start Your Engines attire sa musicalité vers des oreilles bien au fait des introductions de la MÉ. Des effets de froissements sculptent une vision glauque bien appuyée par des ombres menaçantes et des effets percussifs lestés au hasard de sa lente évolution. Des tam-tams sont les témoins de cette transformation en une nappe chloroformique qui fait flotter ses amples modulations oscillatrices avec un léger parfum du Moyen-Orient dans le creux de ses courbe. Si les percussions injectent plus de vitesse, des effets percussifs à la Jean-Michel Jarre, du temps de l'album Révolutions, attirent l'attention de cette ouïe toujours en quête de tonalités diversifiées et qui se fondent en symbiose hypnotique avec ce rythme lent de Gentlemen, Start Your Engines. Un très bon titre dont les deux bouillonnantes dernières minutes sont une invitation à découvrir le très bon univers polyrythmique de CHECK IN. Kontroll-Raumest un nouveau trio de la maison Manikin composé de Bas Broekhuis, Frank Rothe et Mario Schönwälder. Mario est le lien entre les deux autres musiciens pour faire partie de Broekhuis, Keller & Schönwälder et de Filter-Kaffee avec Frank Rothe. Deux univers différents qui se rejoignent sur des structures en constante évolution et surtout dans une très belle vision polyrythmique. Pandémie oblige, cet album a été conçue à distance et par sessions vidéo assemblés et mixés par Frank Rothe. Disponible en CD Digipack et en téléchargement, CHECK IN est un album de rythmes, de percussions et effets percussifs, donnant ainsi 73 minutes d'une MÉ qui transcende l'univers des couleurs et des partys d'église de BKS.

Des sons électroniques voltigeant dans un corridor étroit sont à l'origine de Escape 38. La barre de la première minute franchie, un rythme très teutonique à la BKS se met à pulser. À la limite, on pourrait dire une sorte de train avec des effets en boucles d'un synthé-guitare tournoyant avec plus d'acuité dans le délire sonique. Et quelque 90 secondes plus loin, une autre forme de rythme avec des séquences limpides devient en état d'hésitation. Des effets de voix ornent cette phase circulaire que le trio a choisi pour faire germer des idées éphémères. Les séquences tournoyant avec de plus en plus d'intensité projettent cette vision d'accentuation alors que les rushes des textures se font de plus en plus pressants. Une ligne de basse ronflante s'ajoute à cette spirale rythmique circulaire avec des harmonies prismatiques de cette synthé-guitare, alors que mes oreilles captent de délicieux effets de jets vibrionnant. Intense, cette station rythmique fini par couper les moteurs. On passe à Raum 23 et son bassin de tonalités éclectiques dont on dénote des percussions africaines. Il y a beaucoup d'éléments percussifs dans cette ouverture. La maillage de ces éléments dressent la première structure rythmique. C'est un peu comme si nous étions sur un pied de guerre avec ce rythme insistant qui finalement devient un bon rythme électronique avançant en sautillant sous un ciel tonal maculé de tonalités hétéroclites des plus diversifiées. Devenu minimaliste, Raum 23 continue sa progression en pigeant ici et là dans le buffet tonal de Kontroll-Raum. Un très bon titre qui trouve sa valeur en haussant le volume de notre amplificateur.

Pour Alain est un beau titre à saveur sentimentale. Séquenceur, ligne de basse-pulsations et un trésor de créativité des éléments rythmiques dessinent un rythme fluide pour la lourdeur de ses éléments. Une boucle d'éléments harmoniques s'est mise à rouler sur l'approche sensuelle de la ligne de basse alors que le synthé tricote des solos ayant une teinte de saxophone. Le rythme prend un second envol alors que le synthé réajuste sa tonalité afin d'offrir de beaux solos sifflotant comme ce grand siffleur du Cosmos, alors que les harmonies ressuscitent certains parfums de Tangerine Dream. Un excellent titre! Dans une structure qui monte et descend dans une texture ornée de beaux effets sonores, For a Roadmovie est dans la veine des bons moments de Fanger & Schönwälder. Un titre vrombissant dans une brume astrale, l'effet caoutchouteux des accords rythmiques résonnent sans altérer l'effet des multiples couches de synthé et de brume. Plus j'avance dans CHECK IN et plus j'aime ce que j'entends. Comme le splendide C9 05-05 dont la structure progressive, déployée dans les axes rythmiques de BKS, fini par nous faire entendre un remake contemporain de Moondawn de Klaus Schulze avec Harald Grosskopf à la batterie. La belle époque! Les nappes de brume et de violons dans l'ouverture de Check Out lui donnent une teinte de cinéma Arabe surréaliste. La texture sonore est conçue dans les artifices des synthés et leurs effets sonores dont les amples étreintes soporifiques doivent constamment rivaliser avec des effets sonores et percussifs, sinon les percussions manuelles. C'est typique à l'univers BKS qui est assez omniprésent dans le développement des titres de ce premier album de Kontroll-Raum. Une séquence pulsatoire émerge un peu avant la 3ième minute. Une ligne de rythme oscillant cherche la complicité des cliquetis qui se sont introduit. L'effet pulsatoire et le trajet ascendant de la ligne de rythme continuent de travailler afin de structurer une complicité minimaliste, tandis qu'une texture percussive sculpte une transe chevrotante qu'un synthé orne de solos contemplatifs. Mutation par-dessus mutation, tant dans le déroulement du rythme, que de la vision harmonique et des éléments d'ambiances, Check Out nous entraîne dans un rythme mélodieux, comme une ballade qu'on n'a jamais entendue se former.

Définitivement, Kontroll-Raum nous livre un solide album qui met la barre très haute pour la suite des choses pour Broekhuis, Keller & Schönwälder. Il y a une dynamique rythmique dans cet album qui nous rappelle à BKS avait saturé avec sa lubie pour les couleurs. CHECK IN est un grand album qui nous reconnecte avec les premiers plus audacieux, de notre ami Mario avec Detlev Keller.

Sylvain Lupari (23/04/21) ****½*

SynthSequences.com

Disponible au Manikin Bandcamp

147 views0 comments

Recent Posts

See All