• Sylvain Lupari

NATTEFROST: De som sejrede (2004) (FR)

On écoute cet album, comme la bande originale d'un voyage dans une sombre Scandinavie

1 Mod Lindisfarne /Towards Lindisfarne 5:17

2 Sejlende gennem dybe dale /Sailing through deep valleys 4:08

3 I krig /In war 1:37

4 Slaget som varede evigt /The battle that lasted eternally 9:36

5 Sværdet /The sword 2:35

6 Stormende mod fjenden /Storming towards the enemy 4:53

7 Tårnets krigere /The warriors of the tower 4:29

8 Nattefrost /Night frost 2:02

9 Mit hedenske blod /My pagan blood 5:28

10 Vintersolhverv /Winter solstice 4:57

Nothingness Records Noth0004

(CD-R 45:09)

(EM, Ambient, movie themes)

Nattefrost a ébloui le petit monde de la musique électronique (MÉ) du style Berlin School avec la parution de son très coloré Absorbed in Dreams and Yearning. Depuis, ses premières œuvres refont surface et on découvre un artiste qui aime les atmosphères particulières. DE SOM SEJREDE, signifiant; Ceux qui ont été victorieux, est un cd à caractère très Scandinave. Un peu comme une fable ou une légende des pays nordiques, Nattefrost dessine une histoire musicale avec d'étonnants arrangements orchestraux qui donne à la musique une teinte cinématographique. Je pense notamment à I Krig qui rappelle l'ère des Vikings, à Sværdet où le synthésiste scandinave démontre son habilité à coiffer une ligne minimaliste et au titre Nattefrost. Il y a aussi un côté très sombre, voire lugubre par instant. On dirait une trame sonore d'un film d’époque médiéval où les esprits monstrueux côtoieraient les sorcières de Salem.

Mod Lindisfarne part le bal avec une séquence lourde et sombre qui flotte sur un rythme minimaliste intense. Le synthé y étend ses nappes et devient superbement enveloppant avec ses chœurs spectraux très intrigants. Lourd et lent, le rythme de Sejlende gennem dybe dale avance sur des percussions martelantes. C'est un peu comme les tambours qu'on entend dans les films afin de stimuler les rameurs sur les vieilles galères. Le synthé y est extrêmement envahissant. Slaget som varede evigt est le plus long titre sur cet opus. Un accord séquencé bien rond y sautille en traçant une route musicale qui nous est familière. Nous entendons en effet les premiers vestiges de la pièce d'ouverture de Absorbed in Dreams and Yearning; The Battle that lasted Eternally. Ici le mouvement est plus lent et est enveloppé par des nappes de synthés envoûtanest, ajoutant un brin de sensualité. Stormende mod fjenden emprunte les sentiers du fantôme de l'opéra avec sa grosse orgue d'église et ses percussions martelantes. Une orgue que nous retrouvons aussi sur le martelant Mit hedenske blod. Tårnets krigere possède une approche nettement plus sereine. Les notes sont claires et nerveuses. Elles volent avec constance, créant un effet d'écho. Un peu comme les œuvres de Philip Glass pour piano. Vintersolhverv conclut sur une note plus ambiante, aux confins d'une Berlin School aux ambiances spectrales.

DE SOM SEJREDE est un cd fort différent de Absorbed in Dreams and Yearning. Il est plus ambiant, atmosphérique avec de bonnes séquences qui guident des rythmes idéaux pour se faire marteler par les percussions. On écoute, comme on écoute une trame sonore d'un voyage musical à travers les histoires d'une Scandinavie d'une noirceur inhabituelle. Les arrangements sont très attirants, mais ça reste un cd qui demande quelques écoutes. Signe d'une œuvre avec une certaine profondeur. On peut trouver des exemplaires chez Groove nl.

Sylvain Lupari (08/08/06) ***½**

SynthSequences.com

Disponible chez Groove nl

21 views0 comments

Recent Posts

See All