• Sylvain Lupari

NORD: Bells of the Sun (2015) (FR)

Une belle MÉ avec un bel esthétisme musical, Bells of the Sun est dans le même esprit des sorties musicales de Kontinuum Productions

1 Bells of the Sun 12:58 2 Heat 9:36 3 Radiation 11:45 4 Solar Wind 10:43 5 Waves of Soul 10:47 Nord Music (DDL 55:49) (Minimalist ambient beats)

Nord fait partie de cette nouvelle vague émergente de MÉ en Roumanie. Un autre talent du label Kontinuum Productions, Sztakics Istvan Attila s'inspire des couleurs des tons qu'il extirpe de ses équipements afin de donner une direction à ses albums. BELLS OF THE SUN est donc imaginé dans les sombres couloirs des ombres d'un piano Rhodes créé de synthèse sur le Nord Lead 4. Les structures sont toujours guidées par cette approche minimaliste qui cette fois-ci délaisse les effets d'hypnose pour des augmentations tempérées des cadences.

Et ça débute avec la pièce-titre et ses accords de claviers qui éclosent et éclatent en suspension afin de forger un genre de marche funèbre. Des nappes de synthé, tissées dans la tristesse, accompagnent cette procession clandestine avec des chants et des larmes volées à du prisme. Le mouvement est ambiant, quasiment astral avec une sorte de tonalité flûtée qui s'échappe des ombres de certains accords. Une nappe nouée dans la tragédie enveloppe cette étrange symbiose alors que tout doucement un voile d'émotion s'empare des ambiances et de son crescendo. Une ligne de basse rampe en arrière-plan. Dès que nous la sentons, les ambiances de Bells of the Sun s'évaporent pour laisser la place à un bon rythme soutenu où les percussions répondent à leurs échos et où une ligne de séquences fait miroiter ses ions qui clignotent comme des mouches organiques. Des nappes de synthé roucoulent sur ce qui devient un genre de bon rock électronique. Elles étendent une aura harmonique avec des airs mous et élastiques qui ondulent lentement tout en épousant structure de rythme qui monte et descend dans un décor sonique de plus en plus riche. Heat épouse un peu ce genre de marche avec ligne pulsatrice qui fait palpiter un seul ion dans les décors fumigènes d'un synthé à la brume ouateuse. La brume est de bleue et caresse notre ouïe d'un mouvement sinueux, comme ceux des vieux Mellotron, dispersant même des nappes qui volètent sur ce rythme né d'une simple pulsation. Endormitoire, le mouvement linéaire de Heat pulse laconiquement dans des brumes qui deviennent écarlates. Des brumes qui s'imprègnent même d'éléments cosmiques qui se font avaler par des vagues interstellaires. Et suivant le même principe que dans Bells of the Sun, plus Heat étiole ses secondes et plus il fait l'étage de sa riche tonalité qui est littéralement submergé dans une enveloppe cosmique. Radiation est un long titre atone où les bruits, les drones et les larmes d'un synthé servent d'ambiances patibulaires à un titre qui s'écrase sous les radiations. Nord fait preuve de créativité en donnant la vraie couleur des sons à l'esprit de son titre. Amateurs de sons et d'ambiances nées de ces sons, ce titre va vous plaire.

Solar Wind fait tinter un régiment de séquences qui défile dans un couloir étroit et sinueux sous un ciel obstrué de nuages qui crachent des ombres radioactives. D'autres tonalités tintent alors que les nuages soniques exposent plus de radiances. Les oscillations des séquences épousent des courbes ascensionnelles tandis que des cliquetis bourrent le rythme d'une adrénaline nerveuse. Bien que le tout reste dans les limites de l'ambiant, le rythme évolue comme un genre de montagne russe qui fonctionne au ralenti. Il emprunte des voies cosmiques avant des billes d'acier ne sautillent violemment, poussant Solar Wind dans la même fureur tempérée d'une bonne structure d'EDM que nous avions senti avec la pièce-titre. Les percussions, des effets de crotales et les pulsations basses structurent et ornent ce techno linéaire alors que des nappes de synthé l'enrobent d'effets électroniques et d'orchestrations cosmiques. C'est la diversité des tons dans un rythme de plomb qui crèvent son abcès avec des filaments légèrement stroboscopiques. La spirale ascensionnelle est plus vive, et aussi plus harmonieuse, dans Waves of Soul qui déroule son chapelet de séquences dans une approche minimaliste qui est apaisée par des nappes de voix et d'autres plus sibyllines. Le mouvement propose de lentes oscillations sinusoïdales un brin disloquées, engendrant des filaments délicatement stroboscopiques. Des accords s'ajoutent et leurs airs de canards grognons qui caquètent ajoutent une touche organique à cette structure qui se dore continuellement d'éléments cosmiques, tel que des vagues célestes et des harmonies angéliques délicatement discrètes. Le mouvement reste sériel et augmente légèrement sa cadence sans pour autant exploser comme dans Solar Wind ou encore la pièce-titre. C'est un bon rythme ambiant orné de beaux arrangements et de beaux éléments électroniques. En fait c'est comme l'ensemble de BELLS OF THE SUN qui s'inscrit dans la lignée musicale du label Roumain avec de la belle MÉ qui privilégie rythmes et ambiances avec de belles approches mélodieuses et cosmiques.

Sylvain Lupari (21/01/16) ***½**

SynthSequences.com

Disponible au Nord Bandcamp

1 view
  • Twitter - Cercle blanc
  • Facebook - White Circle

© 2019 by  Synth&Sequences \ Sylvain (A.K.A. Phaedream) Lupari