• Sylvain Lupari

PATH OF SILENCE: Ancestral Light (2022) (FR)

Les styles psybient et psychill coulent avec une délicieuse texture organique dans une toile musicale ambiante

1 Celestial Needles 7:12

2 The Keepers of Ways 7:18

3 Gates Between Worlds 8:32

4 Remains 6:08

5 Dismantle the Hologram 9:34

6 Crystal Technology 9:48

Synphaera Records SYN21

(DDL 48:33)

(Ambient, Psybient, Psychill)

Une ombre de synthé, divisée en deux teintes sonores, recouvre de son aile bourdonnante l'ouverture de Celestial Needles. Très à l'image du titre, de lointaines stries, dont on entend à peine les mugissements, ont cette odeur tonale de métal qui crisse sous une nappe de basse de plus en plus envahissante. On entend des arpèges tinter. Ils façonnent une brève ligne de mélodie évasive qui flotte entre les pulsations de la nappe de basse, structurant la base d'un rythme ambiant qui ronfle légèrement de sa vision caoutchouteuse. Les nappes de synthé, toujours en deux teintes, continuent de nous faire dériver dans un néant où tinte une nouvelle structure séquencée qui est plus harmonique que rythmique. Des bruits électroniques ornent ce panorama où l'intensité passagère du rythme ambiant reste étouffée entre ces nappes d'orchestrations lunaires qui sont le moteur atmosphérique de Celestial Needles et de l'album en général. J'ai trouvé peu d'informations sur Path of Silence, ce nouvel artiste que le label Synphaera Records sort de l'anonymat pour le plus grand plaisir des oreilles curieuses et adeptes de nouveautés. Vladimir Sokolović est un musicien Serbe qui fait dans la musique électronique de style ambiant avec une touche de psychédélisme contemporain. Soit avec une foule de tonalités bizarroïdes et des rythmes mous qui s'effritent dans des parcours amorphes. Et c'est l'essence de ANCESTRAL LIGHT que la pièce d'ouverture initie avec une carte de visite qui reflète les 40 prochaines minutes de ce nouvel album-téléchargement offert par le label de la Côte-Ouest Américaine dans une qualité sonore exceptionnelle pour du téléchargement. Des rythmes mous, pour ne pas écrire sans vie, dans une luxuriante faune sonore où une 3ième oreille serait nécessaire et où la musique épouse les sens des titres sont l'apanage de cette autre délicieuse trouvaille du label californien. Du psybient et du psychill dans une toile musicale où les couleurs dorées comme bleues acier se mélangent dans une délicieuse texture organique, serrait une façon plus appropriée de décrire en une phrase les 48 minutes de ce très bel album qui saura captiver les amateurs du genre.

The Keepers of Ways propose une musique méditative avec des ondes de synthé ondulant dans une masse sonore en suspension. Un psychill comme on dit avec de belles nappes de voix, d'où son aspect méditatif, et des belles lignes d'harmonies évasives qui roulent en boucles sur une structure de rythme ronflant discrètement en symbiose avec le ballant du décor sonique. Gates Between Worlds épouse cette même texture avec des filaments, rythmiques comme harmoniques, qui serpentent les ambiances avec une vélocité à double sens. Cela donne cette sensation de rythme versus non-rythme soutenu qui va et vient de sa texture devenue plus organique dans un décor plus chtonien. Remains dépose une belle texture de psybient avec des nappes de synthé à la Vangelis qui possèdent cette fine ode à l'apocalypse dans les timbres. La nappe de basse est aussi séduisante que chloroformique dans ce très beau titre de ANCESTRAL LIGHT. Plus on avance dans cet album de Path of Silence et plus le musicien Serbe semble se dégêner en offrant le meilleur pour la fin. Les ondes torsadées qui ornent l'ouverture de Dismantle the Hologram, quel titre approprié, laissent partir un bouquet d'harmonies qui virevoltent en apesanteur avec une délicieuse texture de zézaiement dans le timbre. Le décor impose une superbe vision psychédélique moderne avec une texture orchestrale lunaire où pétillent moults effets organiques et sifflote le côté plus lumineux de la mélodie. Et ces lignes de mélodies qui serpentent de façon nonchalante son espace-temps se contorsionnent en affichant leurs effets contrastants comme le plus arrogant des paons. Un superbe titre qui nous amène littéralement au cœur de son sens. Les contrastes de nitescence qui ornent l'ouverture de Crystal Technology ajoute une texture sibylline à cette ligne de basse ronflante qui stigmatise son évolution amorphe dans un bassin de tonalités au diapason des attentes que nos oreilles ont versus les textures psybient et/ou psychill. Des palpitations se collent en de courtes lignes qui vont et viennent et dont les effets d'écho et de réverbération deviennent plus croustillant avec sa texture organique. Ce titre sans rythme précis et sans effet anesthésiant cultive son intérêt avec ces gazouillis psychédéliques qui se fondent à merveille sur ce lit d'une nappe de basse plus propice à la rêverie d'un autre univers où tout se dissolve sous nos oreilles. Travaillant ses 9 minutes au maximum, Vladimir Sokolović ajoute du fuel dans une finale qui nous commande de refaire jouer Celestial Needles pour ainsi repartir à la découverte d'une autre belle trouvaille de Synphaera Records qui demande plus qu'une écoute. Pas parce que ANCESTRAL LIGHT est plus complexe. Non, parce qu'il est juste trop bon dans sa facture d'album de MÉ psychill par ce nouveau-venu du nom de Path of Silence. Un nom à retenir pour les amateurs du genre.

Sylvain Lupari (08/05/22) *****

SynthSequences.com

Disponible au Synphaera Bandcamp

123 views0 comments

Recent Posts

See All