• Sylvain Lupari

PRZEMYSLAW RUDZ: Summa Technologiae (2009) (FR)

Un premier CD qui laisse entrevoir un artiste au potentiel très convaincant

1 Dilemmas 15:11

2 Two Evolutions 10:17

3 Space Civilizations 3:33

4 Intellectronics 6:19

5 Prolegomena to Omnipotence 4:47

6 Phantomology 17:58

7 Creation of the Worlds 3:03

8 Pasquinade on Evolution 3:25

Generator.pl GEN CD 014

(CD/DDL 64:33) (V.F.)

(Progressive Berlin School)

Ce qui frappe le plus lorsqu'on découvre du Przemysław Rudź est la richesse du son, d'une sonorité analogue qui flirte avec les beautés électroniques de Jean-Michel Jarre. Il y a aussi ses pochettes qui fascinent l'œil autant que la musique s'occupe des oreilles. Autre belle découverte du label Polonais, Generator.pl, P. Rudz est un synthésiste Polonais fortement inspiré par la French School (Jean-Michel Jarre, Space Art et Thierry Fervant), mais avec une approche encore plus progressive, ainsi que plus rock progressif par moments. Ce qui donne des albums multi dimensionnels où les douces mélodies voyagent au travers d'étranges faunes sonores semées de tonalités hétéroclites. SUMMA TECHNOLOGIAE est un premier CD et une agréable aventure musicale où le cosmos est la porte d'entrée d'un fascinant univers de sons et d'émotions.

Dilemmas débute par une intro assez éclectique. Des sonorités variées composent une faune sonore des plus bariolées où tout se forme et s'entend au travers d'étranges pulsations feutrées, de filiformes serpentins réverbérant, des cerceaux et des cliquetis de verre qui s'entrechoquent et flottent dans une froide ambiance cosmique, alors qu'une séquence aux ions saccadés pilonne un étrange rythme qui zigzague sous cette nuée de sonorités bigarrées. Malgré cette frénésie de rythme séquencé titubante, Dilemmas reste en mode statique et bouillonne dans un cosmos sombre où une séquence linéaire se contracte sous un ciel strié de brefs solos de synthés. Ils se faufilent entre d'intrigants souffles noirs et de limpides arpèges cristallins qui sculptent des harmonies passagères. Cet univers musical de contradictions prend une nouvelle tangente à la 8ième minute alors qu'une autre ligne du séquenceur, un peu plus sourde tout en étant aussi plus lourde, donne un second souffle au bouillon statique qu'est Dilemmas. Une ligne aux ions qui croassent est soutenue par de sobres percussions et accords de claviers, alors qu'un discret synthé mellotronné amplifie cette montée d'adrénaline cosmique autour de prismes sonores qui scintillent et ondulent en boucles. Et tranquillement, Dilemmas s'efface dans le temps et les poussières des étoiles avec une douce brume mellotronnée qui éteint les derniers souffles d'une vie analogue riche et diversifiée. Two Evolutions est ce qui se compare le plus à l'univers musical de la French School. Une séquence ascendante et menaçante à la JM-Jarre y évolue sous d'étranges vocalises électroniques qui rappellent la schizophrénie de Clara Mondshine. Deux univers musicaux parallèles qui s'harmonisent sous les sombres couches d'un synthé aux ondes ondoyant dans le Cosmos et dont les harmonies scintillent candidement avant que le rythme n'explose avec de bonnes percussions, projetant Two Evolutions vers une tendance plus rock. Ce rythme est constamment illuminé de beaux passages qui rappellent étrangement le monde musical de Thierry Fervant alors que le rythme papillonne sous les fragrances de Space Art, notamment avec les accords cristallins qui martèlent et se subdivisent pour s'agiter nerveusement en fin de parcours. Un très bon titre de Revival French School qui se conclut dans des brumeuses mellotronnées, initiant le monde ambiant et flottant de Space Civilizations. De lourdes séquences bouillonnent nerveusement sur Intellectronics, nous propulsant dans un agressif monde de turbulence séquencée où les ions sauteurs pulsent, s'entrecroisent dans des cascades ondulantes et papillonnent frénétiquement autour de fines stries synthétisées qui survolent et s'éparpillent avec fracas et acuité sur un titre aussi bouillant que stationnaire.

Après cette énorme tempête des sons, Prolegomena to Omnipotence propose un titre doux et onirique où sonorités éclectiques survolent cette douce procession électronique. Superbe, Phantomology est la pierre angulaire de SUMMA TECHNOLOGIAE. Une intro céleste charme nos oreilles avec un synthé aux couches qui valsent et s'enlacent langoureusement dans un cosmos plus chaleureux. De fins arpèges scintillent vers la 4ième minute, faisant résonner leurs échos dans une grotte chimérique traversée de lourds vents sombres alors qu'un premier mouvement du séquenceur anime la sérénité de Phantomology. Cette agitation titube pour s'arrimer à des percussions légèrement métalliques qui tambourinent délicatement sous de lourds vents spectraux. Le rythme est bien installé autour de la 8ième minute avec des séquences qui ondulent en boucles et des percussions nerveuses, alors que le synthé emprunte un langage musical. Le rythme est nerveux et fragile. Il est cerné par de lourds solos de synthé qui échappent dans leurs attaques de stridentes stries. Ces stries serpentent un univers électronique emporté par une rythmique aussi complexe qu'inaccoutumée. Un bon titre qui démontre toute la complexité entourant les rythmes changeants et frénétiques de SUMMA TECHNOLOGIAE. Résolument plus rock, Creation of the Worlds débute avec une intro dramatique où le synthé fait onduler et serpenter ses souffles dans une sphère de résonnance. Le rythme devient plus lourd et rapide avec des séquences pesantes qui ondulent auprès de solides percussions alors que le synthé échappe ses complaintes enveloppées d'une bonne brumeuse mellotronnée. Avec fermeté le titre dévie vers les séquences plus limpides de Pasquinade on Evolution qui s'entrechoquent délicatement à l'ombre d'un synthé dont les délicats solos parfument un aura synthétisé où étranges murmures de pastels se perdent dans les brumes d'un mellotron cosmique, concluant un premier opus de Przemysław Rudź qui laisse entrevoir un artiste avec un potentiel très probant.

Sylvain Lupari (28/12/10) ***½**

SynthSequences.com

Disponible chez Generator pl

159 views0 comments

Recent Posts

See All