Search
  • Sylvain Lupari

RENE VAN DER WOUDEN: Alchemia (2006) (FR)

Un album légèrement plus progressif qui demande un peu d'écoute afin de mieux capter toutes ces nuances qui le portent à d'autres niveaux

1 The True Glass of Alchemia 20:16

2 Far Across the Heavens 8:38

3 Golden Dreams of Silver Elements 14:28

4 The Alchemists 10:30

5 Gone to Earth thru the Book of Minerals 5:57

REWO Music (DDL 59:58)

(Analog cosmic rock)

Après le superbement mélodieux Pro Sequentia, René Van Der Wouden nous offre un opus un peu plus différent. Nettement plus complexe ALCHEMIA est un album aux mouvements lents, parfois envoûtants, qui s'écoute le corps et l'esprit à zéro. Pas que ce soit de la relaxation! Je dirais plutôt que les nombreux retournements et points d'évolution attirent constamment une écoute qui se fait avec plus d'enchantement. Écoute après écoute! Il y a beaucoup de romantisme sur ces mouvements empreints de tendresse et de nostalgie, comme sur The True Glass of Alchemia, un titre ambiant doté d'un fort pouvoir d'attraction…tout comme l'album!

Divisé en 2 parties, son introduction est un lent mouvement qui se développe avec de subtiles variances dans ses semi-élans. Le synthé et ses ondes flottent dans un néant assez harmonieux. Dans cet espace où le silence est bercé de strates fluctuantes, se terrent de brèves mélodies qui sortent et se cachent en laissant des traces mélancoliques à chaque impulsion céleste. Ce mouvement ambiant laisse paraître ses faiblesses avec des stries flottantes qui se détachent avec une étonnante sensibilité. En mi-temps, le rythme s'éveille doucement avec une série de notes limpides qui dessine un arc sonore hypnotique. Une nouvelle série de notes s'ajoutent à celles en place et stimule une séquence plus complexe qui serpente avec insistance une sphère rotative minimalisme. Cette séquence module ses intonations et son axe de rythme ambiant parmi des effets sonores et des explosions avant de prendre son élan séquencé où les ions s'entassent et créent une confusion harmonieuse. Far Across the Heavens possède une intro plus que bigarrée avec ses jets vaporeux soufflant sur des segments mélodieux et des percussions mystiques manuelles qui sont finement éparpillées. Des ondes spatiales remplissent le quasi silence d'un univers atone où se forme une séquence bouclée qui ondule parmi une chorale ténébreuse et les spectrales lamentations aiguës de synthé. Une musique idéale pour film d'horreur. Comme un lutin fou, la séquence roule avec frénésie accentuant l'impulsion minimalisme qui se fragmente dans les strates envahissantes d'un synthé mélodieux.

Des notes virevoltent, avec une tonalité de xylophone, pour former un mouvement serpentin du séquenceur qui voguera en harmonie tout au long de Golden Dreams of Silver Elements. Des coussins du synthé flottent et étirent leurs souffles sur d'autres notes qui voltigent autour de fines pulsations. Flottant, ce rythme est en montagne russe sur un séquenceur lourd qui tourbillonne sur son axe dans une ambiance inondée de petits segments mélodieux qui vont et viennent dans ce statisme velléitaire. La pièce-titre est l'un des bons titres de 2006. Elle étend sa mélodie avec une superbe séquence harmonieuse qui a percée une courte intro atmosphérique. Des notes agiles et limpides serpentent avec grâce une impulsion aux boucles multiples avec de bonnes percussions claquantes et un beau synthé aux solos à faire rêver. Un long souffle atmosphérique, à laquelle se greffe des chœurs discrets, prépare l'intro rythmique sur percussions claquantes de Gone to Earth thru the Book of Minerals. Un titre très électronique avec cette essence des belles impulsions analogues rythmées des années 70. Le synthé étend ici de superbes lignes mélodieuses.

ALCHEMIA est un album un peu plus progressif que Pro Sequentia. C'est ce genre de musique qui demande quelques écoutes, et certaines plus attentives, afin de mieux capter toutes ces nuances qui l'amènent à d'autres niveaux. Un petit déclic se fait à chaque nouvelle écoute, captivant encore plus notre ouïe pour le ré écouter de nouveau. Signe incontestable d'un très bon album!

Sylvain Lupari (02/01/07) ***¾**

SynthSequences.com

Disponible au REWO Bandcamp

70 views

© 2019 by Alexandre Corbin for Synth&Sequences \ Sylvain (A.K.A. Phaedream) Lupari

  • Twitter - Cercle blanc
  • Facebook - White Circle