• Sylvain Lupari

ROBERT SCHROEDER: Brain Voyager (1985) (FR)

Creusant dans les approches mélancoliques de Harmonic Ascendant, Brain Voyager est un opus teinté d'un romantisme sans égal

1 Brain Voyager 5:19

2 Lost Humanity 4:06

3 Frozen Breath of Life 4:26

4 Invisible Danger 6:24

5 Glücksgedanken 5:06

6 Love Symphonie 2:41

7 Slaves of Civilization 5:40

8 The Inside of Feelings 4:30

NewsMusic | CDR-12.001

(CDR 38:02)

(Melodic and ethereal New Berlin School)

BRAIN VOYAGER est une musique qui accompagne un film d'animation tiré d'un roman de Ludwig Tieck; Des Lebens Überfluss. Pour ce faire, Robert Schroeder a utilisé une technologie appelée Aachen-Art-Head qui consiste à installer un micro dans la tête d'un mannequin, donnant ainsi un son claustrophobique pourvu d'une étonnante limpidité. Le résultat est étonnant! Pigeant dans les approches mélancoliques de Harmonic Ascendant, Robert Schroeder livre un opus teinté d'un romantisme inégalé. Cet album, que le magazine Hi-Fi jugeait comme la meilleure référence audio en 1986, est un pur délice pour les audiophiles ainsi que les fans du synthésiste d'Aachen.

La pièce-titre propose une belle ballade avec une guitare acoustique qui courtise les notes pensives d'un élégant piano. Nous sommes en plein Harmonic Ascendant avec une approche pleine de tristesse que l'on écoute les yeux rivés sur une fenêtre par un jour de pluie. Discrets, les synthés ajoutent une robe musicale juste et sobre qui insuffle à Brain Voyager une triste approche mélodieuse, qui refera surface dans Glücksgedanken, qu'une douce voix céleste caresse d'une infini tendresse. Lost Humanity suit avec des accords qui s'entrechoquent finement dans un lourd brouillard réverbérant. Le titre est statique avec un rythme absent qui coule sous différentes tonalités concordantes. C'est un titre ambiant qui porte bien son appellation. Avec ses notes carillonnées qui tintent comme une berceuse diabolique, Frozen Breath of Life est crevant d'authenticité. Les cordes de plomb qui viennent mordre cette délicate lullaby pour schizophrène ajoutent une dimension autant cauchemardesque que musicale à un titre qui frôle l'angoisse à l'état pur. Les cordes lourdes, corrosives et incisives qui déchirent les ambiances bipolaires de BRAIN VOYAGER ajoutent une sinistre dimension à une œuvre qui éclate d'une incroyable sonorité. Elles tissent un carrousel de peur sur Invisible Danger qui tourne comme une folie égarée dans son labyrinthe. L'effet est enveloppant et saisissant. Love Symphonie est une abstraite mélodie en suspension, tout comme le lunatique The Inside of Feelings, alors que Slaves of Civilization refugie la sienne dans les acerbes morsures des cordes d'un violoncelle diabolique. L'ambiance est déchirée entre le blanc, surtout avec la fine mélodie qui s'échappe en mi-parcours, et le noir, illustrant le monde de paradoxe qui entoure l'histoire de Des Lebens Überfluss. Nous sommes dans un rêve…et possiblement dans la tête de quelqu'un d'autre.

BRAIN VOYAGER et moi! C'est une vieille histoire d'amour. J'ai toujours trouvé que cet album de Robert Schroeder avait une profonde approche romanesque où traînent de belles mélodies empreintes de nostalgie. Si certains pensent que nous sommes en plein New Age, je ferai référence aux premières œuvres de Vangelis (Sex Power et Fais que ton Rêve soit plus Long que la Nuit). Quoique les époques puissent être différentes, on y trouve des similitudes entre ces œuvres où les émotions contradictoires sont à l'affût de la moindre parcelle mélodique pour s'y terrer. Au travers ses expériences sonores, Robert Schroeder a su faire place à des approches mélodieuses qui épousent toutes les formes cérébrales d'un cerveau qui se cherche. Doux, éthéré et onirique, BRAIN VOYAGER est un incontournable dans la carrière de Schroeder.

Sylvain Lupari (03/02/13) *****

SynthSequences.com

Disponible au Robert Schroeder Music Shop

127 views
  • Twitter - Cercle blanc
  • Facebook - White Circle

© 2019 by  Synth&Sequences \ Sylvain (A.K.A. Phaedream) Lupari