• Sylvain Lupari

ROBERT SCHROEDER: Harmonic Ascendant (1979) (FR)

Updated: Aug 20, 2019

“Harmonic Ascendant dégage une fraîcheur juvénile et étonne par une ambiance minimalisme moins monotone par rapport aux œuvres de la même période”

1 Harmonic Ascendant 22:16

2 Future Passing By 9:19

3 The Day After X 11:41

IC ‎– KS 80 033 (43:15)

(Berlin School)

Ancien élève de Klaus Schulze, Robert Schroeder a été victime de mauvais timing lors du lancement de son immortel classique; HARMONIC ASCENDANT. Alors que la MÉ connaissait son premier creux de vague en Europe et que le souffle des instruments numériques donnait un tonus plus froid à la MÉ, Robert Schroeder déposait avec une fraîcheur naïve un album électro psychédélique teinté d'un romantisme désarmant.

Le tout débute lorsque des accords d’une douce guitare croisent la réverbération d'une note de piano égarée. Soudainement, tout s'arrête. Une légère brume bleutée s’installe dont les voiles se dissipent auprès de la superbe guitare acoustique d'Udo Mattusch. Nous sommes subjugués par la sonorité si claire qui émane de cette délicate fusion piano/guitare acoustique. Un synthé très éthéré enveloppe cette intime complicité qui perd son piano dans la brume. Seule la guitare hume la brume du mellotron, alors que le violoncelle de Wolfgang Tiepold embrasse ce long titre romantique de ses premiers frottements d'archets. Que c'est beau! Comme une trame sonore d'un drame déchirant, les cordes de Tiepold ramassent les émotions d'une sensibilité ignorées, pendant que les premières morsures du synthé de Schroeder opèrent le même charme. Dans un superbe mouvement céleste, guitare, violoncelle et synthé combinent d’étranges lamentations qui fusionnent en un seul appel de l'âme. Vers la 9ième minute, la guitare d'Udo Mattusch se retrouve seul, initiant les premières séquences de Harmonic Ascendant. Harmonique, minimalisme et hypnotique, ce mouvement séquentiel est une route de perdition pour guitare et synthé brumeux, laissant toute la place au sublime violoncelle de Tiepold qui arche une route mélodieuse de plus en plus accentuée par un séquenceur tenace. Dévoilant un passage psychédélico-électronique d’une cohésion mélancolique et d'une beauté harmonieuse. Un petit chef d'œuvre!

Future Passing By exploite un vocodeur qui mâchonne ses mots dans un univers ambiant. Un univers qui s'éveille tranquillement, sur un synthé aux prismes mélodieux et une légère séquence ondulante. Truffé de chœurs aux souffles sombres, Future Passing By devient une lente procession éthérée. The Day After X présente une intro assez similaire à Future Passing By. En fait, un maillage aurait pu subsister entre les deux extrémités que ça aurait bien passé. L'intro est plus ambiante et est traversée de striures métalliques aux lamentations acerbes. Une fine séquence se dessine. Ondoyante, elle se substitue à cette intro hétéroclite pour dessiner un tempo minimalisme qui puise ses harmonies sur un superbe synthé aux solos doux, nappés de couches sonores brumeuses qui se fondent aux légères modulations séquencées.

Produit par Klaus Schulze sur son label IC, HARMONIC ASCENDANT dégage une fraîcheur juvénile et étonne par une ambiance minimalisme moins monotone par rapport aux œuvres de la même période. Extrêmement doux et mélodieux c'est une œuvre fortement recommandée aux amateurs de Klaus Schulze et à tous ceux qui ont le romantisme dans l’âme. La pièce titre est à crevé l'abcès de la fragilité.

Sylvain Lupari 31/03/2008 *****

SynthSequences.com

98 views
  • Twitter - Cercle blanc
  • Facebook - White Circle

© 2019 by  Synth&Sequences \ Sylvain (A.K.A. Phaedream) Lupari