• Sylvain Lupari

SEQUENTIAL DREAMS & Friends: Cosmic Touch (2013) (FR)

Cosmic Touch est comme un Best Of ... d'une bande d'artistes où l'on ne peut que remarquer que l'avenir de la MÉ est entre de bonnes mains

1 Astral Gates (Johan Tronestam) 7:52

2 Liquid Fire (Ryo Utasato) 6:24

3 The Cosmic Touch (Celestial View) 6:00

4 NY Flight (JampyKeys) 8:43

5 Fire (Daniel Wolf) 6:04

6 Solaria (Synthesist) 5:22

7 Nexus 6 4:02 (Kuutana)

8 Sorcerers Apprentice (Daniel Wolf) 7:21

9 Encounter at Proxima 5 (Kuutana) 4:46

10 Floh (Wolfgang Roth) 5:50

11 Touched the Sky (Cousin Silas) 8:40

CD Baby 

(CD-R/DDL 71:07)

(Energic EM with a zest of cosmic New Berlin School)

Ouais, faut pas avoir peur de le dire; il y a un intéressant artiste à l'intérieur de nos frontières qui est en train d'étendre sa signature sur tout l'univers de la MÉ. COSMIC TOUCH est un ambition projet initié par Kuutana qui rassemble 9 musiciens éparpillés à travers le globe. Du Canada au Japon en passant par l'Italie, Sequential Dreams picore dans chacune des influences, tant artistiques que tribales, de Johan Tronestam, Cousin Silas, Wolfgang Roth, Celestial View, Ryo Utasato, Jampy Keys, Daniel Wolf et Synthesist afin de créer une mosaïque électronique inspirées des rythmes et des ambiances de Tangerine Dream et Jean-Michel Jarre.

Astral Gates part le bal avec un lent et lourd rythme circulaire. Les séquences zigzaguent et escaladent maladroitement une spirale verticale. Des riffs de guitare électronique déversent une brève approche de western intergalactique alors qu'un délicat synthé étend les patterns d'une douce mélodie électronique. C'est un petit ver d'oreille qui va et vient, qui chante et gazouille entre des filandres de séquences aux rythmes stroboscopiques, des percussions claquantes et des accords plus résonnants, poussant Astral Gates vers des territoires plus lourd, plus désordonnés où le rythme d'origine tente de se rebiffer dans des toiles harmoniques hors de contrôle. C'est du bon et très entraînant Johan Tronestam. On aime? On va se délecter avec le puissant et très percutant Nexus 6. Liquid Fire suit avec une structure de rythme assez similaire; pattern de pulsations trépidantes et percussions claquantes où des réminiscences de Tangerine Dream (Marakesh) et Jean-Michel Jarre (Chronologie) macèrent un rythme entraînant, érodé par des brusqueries et qui porte une douce mélodie aux parfums du Moyen Orient. The Cosmic Touch est une belle mélodie lunaire. Un down-tempo cosmique avec des notes qui scintillent comme de nouvelles étoiles soniques sur un rythme lent qui cherche à fuir à travers de brefs passages un brin stroboscopisés. Un saxophone étend un doux nuage de mélancolie qui sied très bien aux étoiles chantantes. NY Flight présente une approche plus noire avec des lignes de synthé qui tournoient comme des gyrophares apocalyptiques. L'ensemble puise dans des influences de JM Jarre et Vangelis (Blade Runner), ainsi que Tangerine Dream avec des souffles de synthé très genre Flashpoint, sur un rythme nourri de pulsations et de sobres percussions électroniques. La finale est renversante avec une portion de rythme qui s'échappe et excite ses séquences et percussions en tous sens. C'est lourd, désordonné mais ça reste toujours musical.

Fire est un lascif down-tempo très cosmique avec des ondes de synthé astrales qui balance des harmonies mélancoliques finement dessinées par une belle guitare. Le rythme tournoie sur ce maillage de percussions et pulsations séquencées qui nourrissent ce bassin rythmique de COSMIC TOUCH et qui prend bien soin de digérer ces attaques avec des passages plus nuancés. On pourrait décrire les titres un par un que le pattern rythmique reviendrait constamment avec ce maillage de percussions, d'ions sauteurs pulsatoires et des filets de séquences qui louvoient sinueusement de ses mille-pattes soniques. Si on a parfois l'impression d'être sur le même fuseau rythmique, les mélodies nous ramènent à l'ordre. Les larmoyantes ondes Martenot qui initient Solaria forgent une nuée de mélodies fantômes qui chevauchent justement ces rythmes indociles. L'effet de mélodie traînante sur un rythme trépignant d'impatience ajoute une intéressante profondeur pour ce titre qui flirte avec le psybient. Après le très lourd Nexus 6, Sorcerers Apprentice, remarquer bien le titre, nous plonge dans de superbes ambiances des rythmes de l'Ouest américain du genre Flashpoint. C'est lourd et puissant, mais pas autant que Floh, l'un des moments forts de cet album collaboration-interplanétaire qui en compte au moins une demi-douzaine. On connaît l'influence de Tangerine Dream et de Jean Michel Jarre sur Sequential Dreams? Si non, Encounter at Proxima 5 les étale au plus haut point avec un rythme sournois, sinueux qui hésite entre la force brute ou un contrôle tempéré par un très bon roulement oscillatoire d'une sombre et noir ligne de séquences qui n'hésite pas à envoyer des ions résonnants au combat. Il y a un arôme de rock psychédélique et arabique qui flotte dans ce titre, de même que sur l'étonnant Touched the Sky et sa guitare perdue dans d'étranges ambiances éthérées. C'est un long titre aux ambiances de désespoir où la guitare traîne ses remords sur de belles percussions manuelles.

Je suis très impressionné par la diversité et la richesse musicale de COSMIC TOUCH qui est une superbe collection de 11 titres dont la plus grande force est de ne pas renier les racines des influences des 9 artistes qui y participent. Une touche cosmique sur des structures de plomb! Évidemment que les points de repaires avec Tangerine Dream et Jean-Michel Jarre abondent, mais il y a plus. Chaque titre exploite toute la profondeur de son approche avec des ambiances tant lourdes et éthérées qui cohabitent avec une fascinante complicité sur des rythmes en perpétuel mouvement. C'est comme un Best of… d'une belle brochette d'artistes émergents où on ne peut que constater que l'avenir de la MÉ est entre bonnes mains.

Sylvain Lupari (26/11/13) *****

SynthSequences.com

Disponible au Borders Edge Music

55 views
  • Twitter - Cercle blanc
  • Facebook - White Circle

© 2019 by  Synth&Sequences \ Sylvain (A.K.A. Phaedream) Lupari