• Sylvain Lupari

STEVE ROACH: Emotions Revealed (2016) (FR)

Ce que nous avons ici est le meilleur des deux mondes de Steve Roach, début 80, avec un rythme légèrement séquencé et de la musique ambiante

1 Emotion Revealed 24:46 2 Firelight 26:23 Projekt | PROJEKT324

(CD/DDL 51:09)

(Ambient and sequenced EM)

Au début des années 80, Steve Roach était tiraillé entre les influences de la MÉ séquencée du modèle de la Berlin School et la musique dite ambiante qui elle était fortement inspirée par ses moments de recueillement dans les déserts américains. Ce dernier volet devait l'emporter sur les mouvements animés de séquences houleuses qui ont pourtant donné des albums percutants tel que Now/Traveler, quoique cet album s'avère être un bon dosage entre ses deux formes de MÉ, Empetus et le gigantesque Stormwarning. C'est exactement dans cette période que se situe EMOTION REVEALED. Découverte par hasard en 2015, la musique de ce dernier opus de Steve Roach a été composée en 1983 entre Empetus et Structures from Silence, deux albums qui ont propulsé Steve Roach au firmament des grands noms de la MÉ contemporaine.

Le mouvement est délicat! De petites séquences scintillent et clignotent, comme figées en suspension, rappelant la douce introduction très éthérée du superbe Reflections in Suspension qui attirait notre ouïe dans les pièges de séduction de Structures from Silence. Il n'y a pas 2 minutes au compteur que la magie opère. Des nappes de synthé harmonisent leurs caresses avec les cercles oscillatoires de la pièce-titre, flottant et circulant entre les sphères alors que de délicates percussions et une ligne de basse forgent une structure de riffs qui tournoient d'une façon giratoire tout autour du mouvement ascensionnel de Emotion Revealed. Derrière cette mélodie ambiante se cache un subtil rythme tribal où les larmes de synthé chantent comme des chamans en état d'incantation. Les sens en hypnose on constate à peine que la ligne de riffs alourdit sa présence, accélérant même le pas, alors que le rythme harmonique des séquences devient fragilisé par un background de plus en plus omniprésent. C'est alors que le long mouvement change subtilement la cadence. Redonnant à ces séquences qui roulent en boucles, comme des boules de poussières soniques dans le désert, leurs charmes initiaux qui scintillent dans les chants des synthés qui sont magnifiquement envoûtants. C'est tout un titre mes amis! Enregistré en direct dans le Timeroom studio en 1983, je ne comprends juste pas qu'il ait égaré pendant plus de 30 ans... Firelight fut enregistré un an auparavant, toujours au Timeroom studio à Culver City en Californie pour une exposition de l'artiste Rita Yokoi. C'est un titre très tranquille où les lentes réverbérations des lignes de synthé flottent avec des lignes plus musicales et d'éparses explosions feutrées. On peut y entendre des voix ressortir des lentes couches de drones tout comme de tapages atmosphériques et d'éparses tintements qui semblent perdus dans cette immense toile de bourdonnements tranquilles. C'est très enveloppant et ça me plonge inévitablement dans les ambiances de Structures from Silence.

EMOTION REVEALED nous présente les deux côtés d'une époque où Steve Roach émergeait tranquillement sur la scène mondiale de la MÉ. Si la pièce-titre démontre une influence des rythmes ambiants et hypnotiques de la Berlin School, avec par contre une signature unique pour les ambiances tribales, Firelight illustre déjà toute l'emprise de Steve Roach sur les sens avec une MÉ méditative et très pénétrante. C'est le meilleur des deux mondes de Roach dans un album. Et c'est selon moi, la meilleure façon de découvrir toute la dimension d'un artiste unique qui malgré toutes les décennies à réussi à maintenir son rang de figure incontournable de la MÉ contemporaine depuis près de 35 ans! Un véritable tour de force qui veut tout dire.

Sylvain Lupari (18/02/16) *****

SynthSequences.com

Disponible au Projekt Records Bandcamp

6 views0 comments

Recent Posts

See All