© 2019 by Alexandre Corbin for Synth&Sequences \ Sylvain (A.K.A. Phaedream) Lupari

  • Twitter - Cercle blanc
  • Facebook - White Circle
  • Sylvain Lupari

STEVE ROACH & RADIANT MIND: Heliosphere (2019) (FR)

“Un autre joyau de musique méditative de Steve Roach, avec Radiant Mind cette fois-ci, et franchement je me demande comment il fait, année après année, à être aussi bon”

1 Sphere 1 11:42 2 Sphere 2 6:32 3 Sphere 3 11:28 4 Sphere 4 5:35 5 Sphere 5 7:03 6 Sphere 6 11:00 7 Sphere 7 6:34 8 Sphere 8 6:20

Soundquest Music ‎| SR04

(CD/DDL 66:16) (V.F.)

(Ambient Music)

Composé en collaboration de Radiant Mind, HELIOSPHERE est une autre œuvre magique de Steve Roach. Présentée en 8 actes pour un total de 66 minutes, la musique semble destinée à une autre exercice de méditation tant elle suit les courbes des phases d'abandon, d'absorption et d'éveil. Les masses de vent, de drones et de lignes de synthé aux variations tonales priorisent une enveloppe où le lyrisme l'emporte sur le mutisme ou l'apathie d'un nœud de lignes statiques. Le résultat est une très belle musique relaxante digne des meilleurs opus du genre du musicien américain. Et moi je me pose toujours cette question; comment Steve Roach peut-il être aussi bon, année après année? Un vent lointain rejoint nos oreilles en ouverture de Sphere 1. Suivant des inclinations fantômes, cette poussée de vents alizés bouille doucement dans un ciel ardent où nos oreilles sont victimes de mirage auditif avec ces filets de voix absentes qui fredonnent un chant éteint. Des vents creux complètent cette symphonie pour Éole alors que des lignes ondoyantes et des étoiles sonores chantent des versets séraphiques. Ces éléments forgent une fascinante mélodie d'à peine deux secondes qui revient inlassablement entre les multicouches et leurs lents déplacements de masse qui prennent une tangente plus sombre avec l'arrivée des bourdonnements dans Sphere 2. Ces drones sonores sont l'équivalent des chants que les canaux naturels d'aérations sculptent entre les stalagmitiques d'une grotte. Une légère mutation dans les tonalités donne une image sonique plus terne, plus austère à Sphere 3, alors que Sphere 4 semble se hisser hors de ténébreuses excavations avec une apparence qui flirte avec le côté séraphique des vagues aériennes de l'univers Steve Roach pour atteindre une plus grande musicalité avec Sphere 5 qui jette une aura d’émotivité palpable dans HELIOSPHERE. Les brises sombres résonnent de plus bel dans Sphere 6 qui active la première ligne de rythme dans cette collaboration Steve Roach & Radiant Mind. Un mouvement circulaire intrigue notre ouïe un peu après les 8 minutes. La ritournelle séquencée se perd dans les abîmes avant de revenir charmer des cliquetis qui amplifient leurs présences avec de continuels cognements feutrés dans Sphere 7. Cette phase de rythme articulée dans la créativité est comme un transe lunaire qui sautille comme un unijambiste entêté et avec une bonne ligne de poudre dans les narines. Chaque cognement reflète un écho qui dessine une longue ligne de rythme statique qui vit sur 6 minutes avant que des souffles caverneux ne rhabillent l'excitation de HELIOSPHERE dans un voile d'ambiances sereines et d'éveils de Sphere 8. Oui! Comment Steve Roach peut-il être aussi bon, année après année? Sylvain Lupari (28/03/19) ****½*

SynthSequences.com

Disponible au Timeroom Bandcamp