Search
  • Sylvain Lupari

STEVE ROACH: The Sky Opens (2020) (FR)

C'est un magnifique album live qui rejoint une énorme liste de classiques que Steve Roach a alignés depuis quelques années

CD1 71:24

1 Structures from Silence 10:11

2 Mercurius Presence 6:32

3 The Mystic Within 11:26

4 The Sky Opens 11:53

5 Merge Infinite 31:19

CD2 46:47

1 The Continent 8:17

2 Songline 5:31

3 Time of the Ancients 7:21

4 Magnificent Gallery 4:07

5 Circular Ceremony 7:11

6 Looking for Safety 14:17

PROJEKT370

(CD/DDL 118:05)

(Ambient, Berlin School, Tribal Ambient)

Dans la même foulée que la compilation Journeys to the Infinite, le label américain Projekt Records vient de réaliser une autre forme de compilation avec ce très bel album en concert que Steve Roach a donné dans la First United Methodist Church à Pasadena, Californie, le 30 Aout 2019. Un endroit exceptionnel où les ingénieurs de son équipe ont placé des dizaines de micros dans les endroits stratégiques, au niveau captation des sons et de l'acoustique. Les bruits extérieurs à la musique ont été retiré, de sorte que nous sentons et suivons la musique circuler sans entraves sur les courbes, les murs et les plafonds de cette mythique église Méthodiste. C'est tellement bien réussi que je ne suis même pas sûr qu'il y ait eu du monde lors de cet enregistrement. D'où cette impression de Best Of…. THE SKY OPENS propose un rendez-vous de 2 heures qui s'étend de l'album Structures from Silence, paru en 1984, à une nouvelle vision de Dreamtime Return que Steve a revu et remixé en Mai 2018. Donc, près de 35 ans de musique recrée dans la pure tradition des visions du musicien californien avec un début lent, un passage d'excellent Berlin School inédit ici, pour finalement rejoindre les magnifiques terres de Dreamtime Return. Un magnifique album qui rejoint une énorme liste de classique que Steve Roach aligne depuis une couple d'années.

C'est une version coupée d'une vingtaine de minutes que Structures from Silence atterrit entre nos oreille. C'est la première fois que Steve interprète ce titre en concert et cette version me fait ardemment souhaiter qu'il performe l'album au grand complet un de ces jours. Une splendide interprétation avec une vision 2 D de ces ailes endormitoires qui nous fredonnent une fable lunaire qui colle à toutes les visions possibles. La présence de Mercurius Presence est amplement justifiée ici avec ses mouvements ailés et sa délicate ligne de mélodie aérienne qui suivent la logique derrière Structures from Silence. Dénudé de ses nappe de réverbérations et enjolivé par un piano égoïste de ses notes dans l'univers ambiant de Steve Roach, The Mystic Within nous amène aux frontières de sa musique sombre et lourde. C'est une vision moins ténébreuse de Within the Mystic, que l'on trouve dans Mystic Chords & Sacred Spaces, un quadruple album de musique mystique réalisé en 2003. Vient ensuite la sublime pièce-titre qui anime la musique de ce double album d'une vision très précise de la Berlin School selon Steve Roach. Le mouvement vient d'un gros reflet lumineux qui donne le signal au séquenceur et à ses multiples ligne de rythme statiques pour couler et sauter comme un volcan crachant ses explosions de magma. C'est le début d'une brillante cacophonie de tintements qui reste et tournoie sur un convoyeur circulaire, comme des milliers de billes et leurs reflets scintillant dans une masse où des claquettes et des dialogues organiques s'invitent dans une Tour de Babel rythmique érigée par un séquenceur très généreux de son flot et de ses couleurs. Des belles ailes de synthé morphique volent alors que des carillons géants effraient ces mille-pattes avec des clochettes aux pieds dans cette impressionnante orchestrations de stridulations nocturnes.

Magnifique et intense, cette dynamique structure s'évapore comme des poussières transportées par les vents de Merge Infinite. Mon seul souvenir que j'ai d'un titre intitulé Merge remonte à Empetus, un des albums le plus fougueux de Steve Roach. Ce n'est pas Merge ici, mais une forme qui s'en rapproche assez mais dans un bouillant rythme frénétique qui nous mange les hémisphères dans du pur Berlin School. Donc vous avez une bonne idée! Les ions alternent vivement, un peu comme six mains étaient au séquenceur et aux oscillateurs de rythmes. Les lignes étonnent en variant leurs tonalités dans des vitesses variables tout en suivant le schéma des nappes de synthé qui décorent l'arrière-plan de Merge Infinite. Nous sommes dans les terres de Skeleton Keys avec ce brillant titre, son approche et sa vision rythmiques sont plus musicales et fluides dans THE SKY OPENS. Un splendide morceau avec des points d'arrêts qui relancent la structure avec plus de vigueur jusqu'à l’amener aux portes de la tranquillité. Le CD 2 offre un condensé de l'album Dreamtime Return avec une différente approche qui donne une bouffée d'air frais aux titres choisis. Les percussions sont incroyables dans The Continent qui semble plus lent, plus enveloppant. Le didgeridoo et les percussions aborigènes de Songline sont tellement près de nos oreilles que nous y croyons. Idem pour les chœurs gutturaux et les brises rauques de Time of the Ancients. La texture sonore est telle, que l'on croirait que ça fut enregistré autour d'un feu de camp! Et les phases méditatives de Dreamtime Return progressent pour se jeter dans Looking for Safety, version 2018, qui termine un incroyable concert à la grandeur du mysticisme du personnage qu'est devenu Steve Roach au fil des ans. Sublime de A à Z, j'aurais aimé y être! Limitée à 1000 CD, c'est une autre excellente réalisation de Projekt Records.

Sylvain Lupari (01/05/20) *****

SynthSequences.com

Disponible chez Projekt Records Bandcamp

65 views

© 2019 by Alexandre Corbin for Synth&Sequences \ Sylvain (A.K.A. Phaedream) Lupari

  • Twitter - Cercle blanc
  • Facebook - White Circle