© 2019 by Alexandre Corbin for Synth&Sequences \ Sylvain (A.K.A. Phaedream) Lupari

  • Twitter - Cercle blanc
  • Facebook - White Circle
  • Sylvain Lupari

TANGERINE DREAM: Dead Solid Perfect (1990) (FR)

Un pauvre album qui mérite que peu de mots!

1 Theme From 'Dead Solid Perfect' 3:20

2 In The Pond 1:16

3 Beverly Leaves :59

4 Of Cads And Caddies 2:13

5 Tournament Montage 2:38

6 A Whore In One 2:14

7 Sand Trap 1:22

8 In The Rough :42

9 Nine Iron 1:39

10 U.S. Open 1:41

11 My Name Is Bad Hair 2:32

12 In The Hospital Room :36

13 Welcome To Bushwood/Golfus

Interruptus 1:33

14 Deja Vu (I've Heard This Before!) 1:32

15 Birdie 1:20

16 Divot 1:19

17 Kenny And Donny Montage 1:40

18 Off To See Beverly :33

19 Phone To Beverly 1:19

20 Nice Shots 2:43

21 Sinking Putts 2:04

22 Kenny's Winning Shot 1:07

Silva Screen FILMCD 079

(CD 36:22) (OST)

Vingt-deux titres pour 36 minutes? Pensez-y! Y a-t’il place à l’originalité? À la recherche, l’élaboration musicale? DEAD SOLID PERFECT est la preuve que même les grands peuvent prendre une débarque! Troisième collaboration avec le réalisateur Bobby Roth, le Dream avait écrit la musique de Heartbreakers et Tonight's the Night, en 1989, la musique reste égale aux visions du réalisateur.

Écrite à cette même époque, la musique est un peu à l’image de Three O'Clock High; du bruit sans émotions et sans âmes qui vivent. Donc, pas beaucoup de place aux grands projets et aux pièces complexes à rebondissements. Le résultat est un album vide, tant de sens que de créativité où le Dream semble s’ennuyer à mort sur des titres aux percussions animées, que ce soit style glockenspiel, bouteille ou séquencé, mais loin d’être géniales. Un album épouvantable où les structures semblent similaires, avec une totale absence d’imagination. Il y a quelques moments où Edgar et compagnie tentent de toucher du synth pop (A Whore In One, My name is bad hair, Nice shots) mais c’est tellement ennuyant que c’en est ridicule. TD touche un peu de Nouvel Age avec la pièce titre et US Open, mais c’est insipide et sans profondeur. Bref, un coup d’argent facile où l’effort n’y est pas. Visiblement, Edgar et sa bande lorgnaient plutôt les fruits pécuniaires pour grossir leurs studios, la raison même de ses nombreuses collaborations avec le 7ième art, selon Edgar. Bref, un album insipide et atroce de froideur. Peut-être le plus atroce du Dream, quoique….

Sylvain Lupari (20/08/15) *****

SynthSequences.com

5 views