• Sylvain Lupari

TIME BEING: A Dimension Reflected (2011) (FR)

A Dimension Reflected un bel album de chevet, bourré de belles couches morphiques aux teintes musicales hybrides

1 Everending 10:44 2 Dust of Sorts 9:11 3 Future Forming 7:46 4 In the Care of Knowing 3:41 5 Present Bending 9:47 6 Static Flow 9:52 7 As you Pass this Way 10:36 8 Time Being 11:29 Spotted Peccary | LSM 020

(CD/DDL 73:11) (Ambien New Age)

Être présent à chaque instant et valoriser l'intemporalité de chaque seconde est la maxime que s'est octroyé le nouveau duo de MÉ ambiante; Time Being. Photographes et musiciens inspirés par les œuvres de Brian Eno, Steve Roach, Robert Rich et autres pionniers de MÉ ambiante, Jourdan Laik et Phillip Wilkerson sont très attiré par les sonorités statiques et flottantes de style landscapes, promulguées par des artistes américains dans les années 80, le berceau du New-Age. Entièrement ambiant, sans percussions ni séquences, A DIMENSION REFLECTED est constitué de 8 titres qui s'enchevêtrent dans une même dimension musicale. Une dimension qui respecte les couleurs nuancées d'une pochette qui semble être le promontoire d'un pacte musical pour ceux qui aiment transposer les couleurs en ambiance.

Everending éclot avec de fines lignes éthérées où chœurs astraux sillonnent de verdoyants prés chimériques imprégnés de subtils chants d'oiseaux. Délicat, Everending évolue en mode ambiant et atmosphérique avec un habile mélange de drones timorés et d'onctueuses couches de synthé angélique qui flottent comme les grandes impulsions ailées des aigles d'Amérique. Plus serein, Dust of Sorts épouse les mêmes lignes, mais avec une approche plus mélodieuse où les chœurs astraux pénètrent encore plus les chatoyantes lignes de synthé. Future Forming présente le côté sombre de Time Being avec de longs drones réverbérants qui flottent lourdement parmi de scintillants arpèges épars et des souffles de synthé plus limpides. Un très bon titre qui joue sur les nuances de l'obscurité et de la luminosité, tout comme le puissant Present Bending qui est par contre plus introspectif et assez près des structures ambiantes de Steve Roach, Future Forming se fond en contraste avec le scintillant In the Care of Knowing qui démontre une nette influence pour les harmonies complexes de Michael Streans. Plus on avance dans l'album et plus on tombe sous le charme d'une musique sans frontières dont les seuls battements sont les implosions de ses mouvements.

Des mouvements morphiques aux couches hybrides qui jonglent à travers les latentes réverbérations et les vents astraux gonflés de chœurs abstraits, comme dans Present Bending et l'intense Static Flow qui saisit par la dualité de ses harmonies enfouies dans un long mouvement linéaire. Après deux titres aussi intenses, As you Pass this Way émerge comme une rosée matinale avec son étincelante structure harmonieuse qui scintille de mille prismes mélodieux. Un titre qui, isolé, peut paraître banal et assez New-Age avec son approche à la David Lanz, mais inséré entre Present Bending et Static Flow étale toute sa musicalité avec une structure en suspension où flotte de superbes lignes éclatantes de limpidité et des accords épars qui concoctent un très beau cocktail d'harmonies subdivisées sur un long mouvement toujours à cheval entre la morosité des pluies d'après-midi et du soleil qui y sèchent ses traces. Time Being conclût cette palette aux assortiments musicaux tout de même assez paradoxaux avec un titre aussi harmonieux que As you Pass this Way mais avec une approche plus électronique où les couches de synthé flottent, aussi célestes que dans Everending, et dont les longues envolées musicales restent suspendues dans le moment, donnant le temps nécessaire aux sinueuses mélodies enfouies dans les profondeurs astrales de s'y joindre pour un savoureux tourbillon unidimensionnel où harmonies et atonies s'unissent dans une dernière envolée temporelle.

A DIMENSION REFLECTED m'a agréablement surpris. C'est un bel album de chevet, bourré de belles couches morphiques aux teintes musicales hybrides. Une belle trouvaille qui grossit les coffres de Spotted Peccary Music. Le label de Ben Cox démontre une fois de plus son engagement à dénicher et promouvoir une MÉ qui déploie sa musicalité entre les sphères d'une MÉ complexe et une plus limpide et harmonieuse dans une sphère majoritairement ambiante.

Sylvain Lupari (29/08/11) ***½**

SynthSequences.com

Disponible chez Spotted Peccary Music

  • Twitter - Cercle blanc
  • Facebook - White Circle

© 2019 by  Synth&Sequences \ Sylvain (A.K.A. Phaedream) Lupari