Search
  • Sylvain Lupari

VANDERSON & PRZEMYSLAW RUDZ: Remote Sessions (2013) (FR)

Le duo polonais propose un très bon album qui navigue entre ambiances cosmiques, paysages sonores lunaires et rythmes dansants

1 Journey to the Northern Land 18:06

2 Leaving the Earth 7:06

3 Far Away from Here 8:19

4 Lonely Dot 11:27

5 Sounds of Scattered Waves 5:52

Generator.pl| GEN CD 031

(CD 50:53) (Cosmic E-Rock)

Lorsque l'on voit les noms de Vanderson et Przemysław Rudz sur une pochette de CD, on a tout de suite les oreilles en aguets. Les 2 artistes Polonais sont des figures emblématiques du mouvement de la Poland School avec de solides albums qu'ils ont réalisés au fil des ans. Et lorsque l'on voit leurs deux noms sur la même pochette, la curiosité va grandissante. Comme sur REMOTE SESSIONS où le duo inattendu présente est un album concept sur les voyages spatiaux avec 5 titres qui se suivent en un long acte musical de 51 minutes et qui embrassent les doux parfums analogues des musiques cosmiques.

Après une courte intro ambiosphérique où tous les éléments soniques se mettent en place, une séquence de rythme amorce un délicat mouvement de ruade dont les sursauts minimalistes serviront de base aux prochaines 17 minutes de Journey to the Northern Land. L'approche est tout simplement magnétisante. Des lignes de synthé qui traînent dans ce panorama rythmique, tel des lassos prisonniers d'un vent circulaire, ajoutent la portion harmonique de ce dodécaphonique combat sonique, alors que de sombres chuchotements décorent une première partie d'une aura de paranoïa. La structure grossit sa cadence et ses ambiances avec des claquements et des brumes de Mellotron, embrasant les fines nuances dans une approche qui recherche constamment les ornements de sa prestance. De superbes et inventifs solos virevoltent en tous sens au-dessus de cette cabriole électronique, apportant une touche analogue à un rythme très contemporain. L'approche peut être aussi saisissante qu'éthérée, et on ne voit, ni n'entend, les 18 minutes passées. C'est un bel hymne électronique minimaliste qui se termine dans une tourmente alors que les solos déraillent dans les graves distorsions d'une guitare électronique. C'est le décollage de Leaving the Earth qui endosse ses 7 minutes dans une approche expérimentale ambiosonique où pétillent de brèves séquences de percussions qui volètent dans les lourds remous de réverbérations torsadées. Les chuchotements reviennent hanter notre perception, unissant Leaving the Earth à Far Away from Here qui glisse dans le cosmos avec de superbes brises lunaires. Des arpèges de verre chantent et leurs résonances forgent une délicate structure de rythme spiralée qui sert d'assise à une autre ligne de séquences en formation. Celle-ci agite ses ions avec plus de fébrilité. Ils sautillent avec une figure tant rythmique qu'harmonique, donnant le ton à un rythme lourd dont les saccades épousent cette fascinante symbiose rythmique hypnotique qui sautille gaiement dans une brume d'éther. L'acuité des solos de synthé transforme Far Away from Here en une belle ballade cosmique dont les harmonies se rapprochent de la romantique French School. C'est aussi beau et bon, surtout très accrocheur, qu'inattendu. Lonely Dot, quel titre approprié, est le titre le plus relaxant de REMOTE SESSIONS avec ses points de séquences isolés qui tentent de percer un rythme dans de denses remous et contre-courants magnétiques. On nage littéralement dans le cosmos lorsque des séquences tournoient dans les vents valsants d'Orion. Elles pétillent et sautillent dans une fascinante chorégraphie désarticulée, suspendant une approche rythmique qui implose avec une lourde ligne de basse et des percussions aux délicats claquements tempérés. Des solos grognons se dressent au-dessus de ce rythme circulaire où les séquences résonnent comme des coups de balle de verre sur un bolo en acier, alors qu'une surprenante spirale rythmique fortifie le rythme agité de Sounds of Scattered Waves qui tournoie avec la même férocité que ses solos.

Vanderson et Przemysław Rudz font honneur à leurs réputations en offrant un très bel album avec des ambiances qui sont brillamment étendues entre des rythmes électroniques sauvages. J'aime cette fusion des styles du Berlin School rétro et de la French School cosmique qui entoure les 51 minutes de REMOTE SESSIONS; un album qui vogue entre ses atmosphères cosmiques, ses toiles lunaires et ses rythmes dansants.

Sylvain Lupari (24/12/13) *****

SynthSequences.com

Disponible chez Generator pl

0 views

© 2019 by Alexandre Corbin for Synth&Sequences \ Sylvain (A.K.A. Phaedream) Lupari

  • Twitter - Cercle blanc
  • Facebook - White Circle