• Sylvain Lupari

VANGELIS: Ignacio (1975) (FR)

Ignacio est une œuvre en deux temps où, sublime, Face A reçoit trop facilement l'ombre des bruits de Face B. Il faut le découvrir...

1 Entends-tu les Chiens Aboyer 39:04 (Face A  21:25) (Face B 18 :25) Barclay 813 042-2

(CD 39:04) (Melodic, symphonic and experimental EM)

Les premières notes de piano qui tombent restent figées dans le temps. On dirait des larmes du cosmos qui scintillent dans la courbe des brises intergalactiques. Cette superbe, et très romancée, introduction de IGNACIO a bercée mes songes depuis la nuit des temps. Tellement beau, tellement touchant que j'aurais aimé que son petit duo si innocent avec un synthé aux perles soniques et au violon triste dure au-delà de ses gracieuses 4 minutes. Mais rien n'est perdu car dans le monde de Vangelis les mélodies ou les rêveries comme ici sont souvent récurrentes. Voilà un album qui est vraiment passé sous le radar du temps, mais qui a tout de même suscité bien des controverses. IGNACIO, ou Entends-tu les Chiens Aboyer (Can You Hear the Dogs Barking?), est une trame sonore qui est sorti dans la foulée de Heaven and Hell en 1975. Un album mythique puisqu'il existe sous plusieurs appellations, dont une version mexicaine, et qu'une erreur (volontaire?) dans le mixage, lors de sa numérisation en format CD, en a fait un album qui a engendré autant de passions que de mécontentements chez les fans du musicien Grec. Et cet imbroglio a maintes fois mélangées fans, chroniqueurs et historiens de Vangelis. Si chez Barclay on retrouvait l'œuvre originale, chez CAM Records la Face A de La Fête Sauvage se retrouvait sur la Face B de IGNACIO. Un choix qui a plu aux amateurs d'un Vangelis plus musical. Car il faut bien avouer que la face B est assez difficile à apprivoiser.

Alors que les poussières de la première mélodie s'effacent, une approche nettement plus pastorale inonde nos haut-parleurs avec ces douces voix monastérielles si uniques à Vangelis qui fredonnent à travers cloches, carillons et pépiements synthétisés. C'est très beau et le vent très mélodieux des violons nous transportent littéralement dans le cœur de Heaven and Hell avec cette structure symphonique et filmique assez dramatique qui tranquillement ira se bercer dans de tendres et romanesques violons artificiels dont les harmonies sont aussi lunaires que séraphiques. Et cette mélodie, si hantante, revient troubler nos émotions avec un gros orgue qui crache sa furie. Mais encore là, ça demeure très musical. Une furie qui fond et étend ses cendres dans cette trop belle mélodie introductive de la face A. C'est juste dommage que la production et le mixage de cet album ne rencontre plus les standards d’aujourd’hui car cette première partie est une pure beauté méconnue dans la carrière de Vangelis. Mais autant Vangelis peut-être mélodieux, autant il peut offrir des structures échevelées très tempétueuses. C'est en plein ce qui se produit avec l'ouverture de la Face B et ses premières 7 minutes qui offrent un genre de free-jazz avec de superbes solos de synthés qui dessinent des torsades sur un rythme endiablé dont l'introduction ressemble étrangement à ce qu'allait devenir Pulsar. Par la suite nous tombons dans une structure plus pacifique avec des effets électroniques, que nous reconnaîtrons toujours aussi dans Pulsar, qui perturbent la quiétude passagère de cette structure atypique. S'ensuit une kyrielle de bruits électroniques et percussions de tous genres qui modèlent un rythme toujours invisible (Invisible Connections?). Et tranquillement cette ossature sonique ambiante et tapageuse s'égare vers un passage très cosmique avant de se faire chanter la pomme avec une délicate mélodie tribale à saveur Grec. Une très belle mélodie perdue dans le tumulte. C'est le genre de finale qui semble avoir inspiré les rumbas électroniques de Jean Michel Jarre.

IGNACIO est une œuvre en deux temps où la superbe Face A reçoit trop aisément l'ombre des tapages de sa Face B. Une Face B qui, selon moi, ne reçoit pas aussi toute l'attention, ni le crédit, qu'elle mérite puisqu'après écoutes on s'aperçoit qu'elle trace la voie aux prochains albums plus électroniques de Vangelis qui, incidemment, passait à une autre étape en quittant son studio parisien pour s'établir dans un nouveau studio, le Nemo, à Londres et composer Heaven and Hell. L'histoire commençait à s'écrire.

Sylvain Lupari (14/04/14) ****¼*

SynthSequences.com

2 views
  • Twitter - Cercle blanc
  • Facebook - White Circle

© 2019 by  Synth&Sequences \ Sylvain (A.K.A. Phaedream) Lupari