• Sylvain Lupari

WALTER CHRISTIAN ROTHE: Secrets (2019) (FR)

WCR dévoile son art de la composition où les visions de l'acoustique et de l'électronique affinent leur beauté dans un voyage au travers ses émotions

1 Thunder 00:09

2 African Hunt 5:06

3 By the Sea 6:43

4 Under the Lotus Tree 5:14

5 Suspect 2:56

6 Le Periferique 6:04

7 Jane DÁrc 3:40

8 Pierre Lachaise 3:42

9 For Tracy / Little Drummer Girl 4:44

10 Souvenir de Paris 7:50

11 Salut Michel 4:46

Groove GR-286


(CD/DDL 51:00) (V.F.)

(Theatrical E-Rock, EM)

Quel bel album de Walter Christian Rothe! SECRETS est une collection de titres qui devrait s'écouter comme un album-concept, sans que ça n'en soit un. Le musicien Belge plonge dans ses souvenirs de compositeur avec des moments qu'il juge plus intense comme parfois plus serein. Cette musique sur l'art de composer s'étend sur des souvenirs ramassés dans une période de plus de 20 ans. Selon cette quête, on doit trouver ici les extrêmes de sa musique qui caresse de forts moments de nostalgie, comme des phases expérimentales sans oublier les drames qu'il a couché sur ses claviers.

Et toujours aussi pince-sans-rire, il débute cette collection avec l'orage diluvienne en 19 secondes de Thunder. C'est aussi l'ouverture de African Hunt, et on y croit avec son rythme nerveux qui n'a que d'Afrique les chants Africains coulant sur un débit spasmodique du séquenceur. Les explosions dans les fracas de percussions symphoniques ajoutent un effet dramatique, qui fait dans du Vangelis, dans une structure de rock électronique qui devient un peu plus tribal en deuxième partie. Et cette partie est totalement survoltée avec un maillage d'orchestrations saccadées et de courts solos de synthé dans une rythmique unifiée par une ligne de séquences et une autre d'arpèges roulant inégalement sur l'irrégularité d'un convoyeur. By the Sea est une très belle mélodie mélancolique qui tourne comme celles qui étaient prisonnières des boites à musique. Le piano est très beau. Jouant sur les basses comme les notes plus hautes, il étend une divine musique inspirée du cinéma français. C'est trop beau et ça me fait penser à la musique de Everything Fades Into Mist de l'album Alice. Et quoique plus sombre et plus lent, Under the Lotus Tree est dans la même vision acoustique, sauf pour les orchestrations. Ce jardin de sons accueille un instrument à cordes japonais où les accords finement pincés résonnent dans des arrangements à la fois angoissants, notamment avec les échantillonnages de voix affolées, et spirituels. J'entends la vision théâtrale de Kitaro ici. Suspect est un titre lent que les langoureuses orchestrations rend suspect!

Il faut écouter un titre comme Le Periferique plus d'une fois afin d'apprécier toute la dimension artistique de Walter C. Rothe qui vêt ici les habits de Mike Oldfield dans un intense six minutes de rock électronique minimaliste. Le rythme est effectivement entraînant et sert de base pour étaler la dextérité du musicien Belge qui multiplie des solos de synthé et d'autres chantant comme des trompettes, de même que des solos de guitare acoustique et de guitare électrique tout en manipulant des échantillonnages de percussions, autant tribales que rock, festives et endiablées. Jane DÁrc est un beau titre arrache-larmes avec un piano et un clavier qui éparpillent des accords venus de l'âme. La basse est poignante dans cette douceur onirique qui devient une ballade, toujours arracheuse de larmes, vêtue d'un voile blanc très New Age lorsque les percussions décident de secouer les ambiances. La musique se fond aux orchestrations funestes de Pierre Lachaise où tinte toujours ce délicat piano magique. For Tracy / Little Drummer Girl est une autre belle ballade lunaire New Age. Souvenir de Paris est un titre complexe qui débute avec un mini orchestre à cordes appuyant la ballade du piano dans une vision de musique de l'époque Baroque. Le mouvement change de direction après les 2:30 pour emprunter un corridor de musique progressive expérimentale avec une voie gémissante de passion sur des percussions échevelées et un ruisselet de séquences et d'arpèges au débit saccadé. La musique revient à un niveau plus calme après deux minutes de violence artistique pour s'éteindre avec deux lignes de mélodies bercées par ces voix suggestives. On me dirait que Walter a été influencé par Vangelis que je ne serais pas surpris. Un très bon titre, si on aime ça un peu plus expérimental. Salut Michel est un titre explosif qui fait très Jean-Michel Jarre. Assez pour penser que c'est lui-même qui interprète une nouvelle composition imaginée dans le décor de Chronologie.

Walter Christian Rothe étale ses secrets intimes dans SECRETS et son art de la composition où l'électronique et l'acoustique affinent leur beauté sur des structures parfois dramatiques et souvent romantiques. J'ai été agréablement surpris par la profondeur des compositions sur cet album dont son principal atout est ce manque d'homogénéité qui m'a fait constamment voyager au travers les émotions de Walter Christian Rothe.

Sylvain Lupari (16/04/20) ****¼*

SynthSequences.com

Disponible au Groove NL

98 views0 comments

Recent Posts

See All