• Sylvain Lupari

YOG SOTHOTH: Dreams of Mystery (2012) (FR)

Updated: Apr 9, 2020

J'ai bien aimé ce Dreams of Mystery où il y a des petites perles, du bon rythme lourd et fluide et de belles harmonies

1 Tomb of Pacal (Chillout Mix) 8:51

2 The Mountains of Madness 5:11

3 Tribute to Axess 5:07

4 Ancient Skies 5:26

5 A Peaceful Moment 5:43

6 Into Eternity 7:33

7 Belly Soundshapes 8:50

8 Spirits of Atlantis 6:11

9 Entropie 4:35

10 Genetic Sequences 7:24

11 Galactic Voyage 8:04

12 Quasar (Space Version) 5:24

Self-Release (CD-R 78:19)

(E-Rock, New Berlin School)

La petite histoire de Michael Wilkes nous apprend qu'il s'est intéressé à la MÉ au début des années 90 et que ses sources d'inspirations étaient Jean-Michel Jarre, Klaus Schulze, Tangerine Dream et Kraftwerk. En 1991 il fondait son premier groupe, Mystical Light, avec un proche ami (André Willms) et débutait la composition de ses premiers titres. Dix-huit ans plus loin, il est mis en contact avec Axel Stupplich de Pyramid Peak avec qui il partage une passion pour l'astronomie. C'est ce dernier qui l'encouragea à repartir sa carrière. Michael Wilkes devint alors Yog Sothoth, pour sa passion des œuvres de H.P. Lovecraft, et reprit les touches de ses claviers pour composer un premier album désengorgeur d'oreilles, Prehistoric Dawn. Moins martelant et nettement plus inspiré par le New Berlin School, DREAMS OF MYSTERY reprend ses premières compositions dans une enveloppe musicale remixée en 2010. Le résultat est un savoureux mélange de Pyramid Peak et Jean-Michel Jarre avec comme toile de fond, une fougue plus retenue de son puissant premier album.

Des percussions aux frappes aiguisées sur la régularité d'un métronome ouvrent Tomb of Pacal (Chillout Mix) qui s'enfuit vers un down-tempo cosmique nappé de brumeuses couches de synthé. Fragile, le rythme est délicatement ondulatoire et bat une délicieuse mesure hypnotique qui palpite sous des couches de synthé valsantes aux arômes et aux harmonies cosmiques. Ces arômes se retrouvent aussi sur The Mountains of Madness dont le tempo roucoule délicatement sur des percussions qui roulent comme un lit de billes avant d'adopter un mouvement plus pulsatoire où séquences et accords saccadés se rencontrent sur un air légèrement funky-cosmique. L'enveloppe harmonique des synthés me rappellent étrangement les approches synth-pop de Software. Tribute to Axess propose une rythmique plus échevelée. C'est un titre fortement inspiré du répertoire de Pyramid Peak et surtout d'Axxess avec des lignes séquences entrecroisées qui moulent un rythme spasmodique. Des accords ronds et résonnants ondulent sous les solos d'un synthé sorti des studios du Peak. Plus doux, Ancient Skies épouse un peu les mêmes sentes avec un rythme délicatement pulsatoire qui vrombit sous des chœurs angéliques et un synthé aux brises spectrales. Nous nageons en pleine période du New Berlin School des années Innovative Communication. C'est très bon! Après le funk cosmique de A Peaceful Moment, Into Eternity nous oriente un peu plus vers les rythmes de plomb de Prehistoric Dawn avec des cymbales et leurs tssitt-tssitt qui pétillent dans les sillons d'accords lourds dont les contours résonnants pestent dans de lignes de synthé valsant dans ses couleurs bleutées.

Belly Soundshapes est un funky-groove lascif qui courbe en un rythme lent sous d'ondoyantes couches de synthés camouflant des accords aux tintements paradisiaques. Les percussions sont lourdes, les élancements de la ligne de basse sont ronds et une fine ligne de séquences aux touches palpitant avec frénésie ornent un décor mélodique qui étire sa voluptuosité avec des solos de synthé brumeux, épousant à merveille sa lente ascension mélodieuse. Spirits of Atlantis en est une superbe mélodie nocturne avec des accords limpides qui tournent en un carrousel morphique. Tournoyant dans les sillages d'une autre ligne d'accords aux pincements d'une guitare nébuleuse, les touches tintent dans un ciel de brume étoilé de fins solos rêveurs aux chants sifflotés. Entropie reprend là où Belly Soundshapes s'était arrêté, mais avec une rythmique plus fluide qui s'apparente à du free-jazz. Alors que Genetic Sequences replonge dans les rythmes lourds, mais avec une belle orchestration cosmique qui reflète des influences de Jean-Michel Jarre et son album Chronologie. Galactic Voyage négocie son rythme avec des séquences aux ruades hyperactives pour aboutir sur un solide galop verticale pour finalement épouser mouvement articulé d'amples dandinements qui sautillent d'un beat à l’autre sous l'égide d’un synthé aux solos torsadés et aux lignes harmonieuses. Le rythme vrombissant de ses accords lourds qui résonnent sur une fluide structure statique, Quasar (Space Version) nous plonge en plein cœur de la période Révolutions de celui à qui on doit le magnifique Oxygene. Les percussions sont efficaces et les synthés arrosent ce rythme entraînant de superbes solos dont les apparences de guitares psychédéliques sont caressées d'une série de lignes harmoniques.

Loin d'être un sujet de curiosité justifié par le succès de Prehistoric Dawn, DREAMS OF MYSTERY est un très bon CD-R qui mérite amplement sa place dans la chronologie des œuvres de Yog Sothoth. C'est un album où le New Berlin School embrasse timidement la fureur de Prehistoric Dawn en empruntant les détours rythmiques et harmoniques de Jean-Michel Jarre et sa période Revolutions/Chronologie. J'ai bien aimé. Il y a des petites perles, du bon rythme (lourd et fluide) et de belles harmonies. Que demander de plus lorsque l'on aime le New Berlin School?

Sylvain Lupari (15/10/12) ***½**

SynthSequences.com

Available at Cue Records & Groove NL

59 views0 comments

Recent Posts

See All