Search
  • Sylvain Lupari

ALLUSTE: Quantum Atmospheres (2018) (FR)

Quantum Atmospheres est une véritable petite bombe de charmes et d’audace qui opère dans une vaste gamme de styles qui part du Psybient au solide New Berlin School

1 Diamond Defects 6:26 2 Breaking Symmetries 11:07 3 Fundamental Symmetries 5:46 4 Runchana Theme (album version) 6:24 5 Secrets of Matter 6:16 6 Quantum Atmospheres 9:43 7 Zone of Influence 6:37 8 Time Crystal 6:35 Alluste Music (DDL 58:57) (Retro & Neo Berlin Schools)

Qui suit la carrière d'Alluste depuis la parution de Constellation en 2008 connaissait déjà l'immense potentiel du synthésiste Italien. Et d'album en album, cette intuition devenait une certitude. Évoluant constamment à l'intérieur de ses paramètres; tant au niveau temps, connaissance et équipements, Piero Monachello offrait des albums où dormaient de belles petites perles musicales. Si Tunnels in Time-Space stigmatisait sa place parmi l'élite de la MÉ, QUATUM ATMOSPHERES va encore plus loin en devenant l'album absolu d'Alluste. Véritable petite bombe de charmes et d'audace, cette collection de 8 titres propose un large éventail musical avec un Piero Monachello tisseur de ver d'oreille qui plonge dans le psybient tout en gardant le cap sur le New Berlin School qu'il a su brillement conservé dans une approche évolutive.

Une série d'arpèges fragiles qui tintent avec une tonalité de verre érodé ouvre le délicieux ballet ambiant de Diamond Defects. Imparfaite, cette ritournelle séquencée tournoie en titubant. Tentant de s'accrocher aux brumes, elle s'évapore candidement pour laisser la place à une mélodie qui se transforme en solos d'un synthé aussi mélancolique que ces notes qui ont déjà remplacé la ritournelle. Malgré une pulsation de plus en plus soutenue qui s'est greffé sournoisement, la structure de Diamond Defects reste ambiante, préférant enrichir nos oreilles que faire bouger nos jambes. Ambiant et mélodieusement mystérieuse, Breaking Symmetries est mon premier coup de cœur! La brume nébuleuse est au rendez-vous. Et ses souffles mystérieux recouvrent une intro où s'éveille une ligne de synthé tissée dans de fines ondulations astrales. Des bruits allument une ambiance psybient alors qu'une sourde pulsation anime un rythme lent et constant. Des effets percussifs feutrés éclatent un peu partout, tandis qu'une autre ligne émerge en effectuant de savoureuses ruades stellaires. C'est comme voir les signes du Zodiaque s'affronter dans le néant intersidéral. L'écho répond à cette rythmique qui a besoin de tous ces effets pour survivre. La brume s'épaissit, devenant quasiment lyrique, alors que des cliquetis s'invitent et qu'une autre ligne de séquence stigmatise une mélodie rythmique qui tinte avec une clarté résonnante dans des filets de voix séraphiques. Un titre fascinant inspiré de cette fusion Psybient et Berlin School de l'éclosion Belge.

C'est dans ce créatif schéma sonique que se déroule les 59 minutes de QUATUM ATMOSPHERES. Si le titre de cet album laisse présager un lien quelconque avec la dernière direction de Tangerine Dream, c'est avec Fundamental Symmetries qu'on le remarque en premier. Le séquenceur épouse ces délicieux mouvements disloqués de Chris Franke et les percussions structurent un rock électronique très près des dernières années du Dream. Idem pour Runchana Theme (Album Version), une ballade ambiante nichée sur un nid de séquences grouillant de spasmes statiques. Cette approche mélodieuse est bourrée d'effets et de riffs qui ne peuvent nier les influences de Tangerine Dream sur Piero Monachello. Secrets of Matter reste dans le même genre avec un ballet de séquences qui tournoient lentement, alors que la mélodie va et vient dans une approche qui rappelle un peu les mystères de Wavelength ou encore de Near Dark. La pièce-titre est mon deuxième coup de cœur avec des séquences frivoles qui dansent des claquettes dans les chaudes résonances d'une ligne de basses pulsations. Des effets de voix ajoutent une dimension surréaliste à cette fascinante structure rythmique qui troque son indiscipline pour une approche plus mélodique. Le synthé verse des solos harmoniques avec une teinte éraillée, ajoutant au mysticisme dans un cadre structurel assez Vangelis. Le mouvement développe bien ses 10 minutes avec une approche évolutive, dont une cadence plus incisive qui joue sournoisement avec notre appétit pour un séquenceur créatif. Et le synthésiste Italien répond sans ambages à cette appétence. Deux lignes entrecroisent leurs visions rythmiques sous un ciel lézardé de lignes aux tonalités métalliques, la cadence galopante et bondissante de Zone of Influence est dans la plus pure tradition Alluste. Time Crystal termine son solide dernier opus dans un moule très Moonbooter. La mélodie est accrocheuse et poignante. Elle tisse son imposant ver d'oreille sur une structure de Techno ambiant avec une finale à couper le souffle. Oui, le meilleur album d'Alluste qui n'a aucune crainte à sortir de sa zone de confort avec dans ce QUATUM ATMOSPHERES.

Sylvain Lupari (05/12/18) ****¼*

SynthSequences.com

Disponible au Alluste Bandcamp

0 views

© 2019 by Alexandre Corbin for Synth&Sequences \ Sylvain (A.K.A. Phaedream) Lupari

  • Twitter - Cercle blanc
  • Facebook - White Circle