• Sylvain Lupari

TANGERINE DREAM: Wavelength (1983) (FR)

“Wavelength est une très bonne bande sonore qui colle vraiment à l'idée d'une invasion d'extraterrestres sur une musique qui restera toujours une source de souvenirs”

1 Alien Voices 0:16 2 Wavelength Main Title 1:54 3 Desert Drive

(Quichotte Part One excerpt) 2:00 4 Mojave End Title 3:59 5 Healing 2:23   

6 Breakout 1:09 7 Alien Goodbyes 1:50 8 Spaceship 2:18  

9 Church Theme 3:41 10 Sunset Drive 3:23 11 Airshaft 3:10   

12 Alley Walk 2:55 13 Cyro Lab 2:13

14 Running Through the Hills 1:30

15 Campfire Theme 1:23 16 Mojave End Title Reprise 3:51

VARESE SARABANDE | VCD 47223

(Cinema, thematic EM, Berlin School style) (CD 37:55)

Pour certains d'entre nous (souvenez-vous des années 80? Internet n'existait pas et que dans les pays du Canada et des États-Unis, il y avait peu d'informations sur TD?), 1984 fut une année fantomatique en ce qui concerne Tangerine Dream. Pas d'album, pas de concert. Le Dream existe-t-il toujours? En réalité, le trio allemand était plus qu'occupé. Les hommes en or d'Allemagne peaufinaient leur nouvel équipement et favorisent de plus en plus une approche musicale moins élaborée, plus condensée dans le temps de ses compositions, avec l'extravagance sonore connue depuis Exit et White Eagle. L'ère numérique du Dream! Dans les années 1983 et 1989, Tangerine Dream produira plus de 15 bandes sonores de films. Certaines étaient super. D'autres étaient correctes ou tout simplement mauvaises. Bande sonore signifie titres plus courts et un virage commercial qui marquera l'arrêt des compositions plus évolutives avec ces tournures légendaires de structures si chères aux années psychédéliques/électroniques de Tangerine Dream. Avec le recul, nous remarquons que le Sphinx Lightning d'Hyperborea sera la dernière longue piste en studio du navire sonique de Froese.

WAVELENGTH fait partie des bonnes bandes sonores de Tangerine Dream. Principalement inconnu d'un public plus large, il surfe littéralement sur les vagues de grands albums tels que Logos, White Eagle et même Force Majeure, pour n'en nommer que quelques-uns. Mais le contenu n'est pas ce que nous pouvons appeler de la nouvelle musique. C'est une sorte de mosaïque musicale faite d'éléments et de morceaux choisis ici et là dans ces albums, créant ainsi une intéressante bande de son futuriste. Chacun de ces petits bijoux qui forgent WAVELENGTH vous amènera aux portes d'œuvres classiques de Franke, Froese & Schmoelling. Des titres comme Desert Drive, Healing et Spaceship proviennent des albums Quichotte, Pergamon et Tangram, alors que Church Theme et Sunset Drive sont des versions alternatives de Silver Scale et Remote Viewing. Mais WAVELENGTH contient encore de nouvelles idées intéressantes. Des titres comme Wavelength Main Title, Breakout, Alien Goodbyes et Spaceship amène des réminiscences de Force Majeure ou Thief tandis que Mojave End Title possède ce petit quelque chose qui la relie aux nombreux classiques du groupe. C'est un très bon titre avec un rythme harmonique vif et accrocheur.

Malheureusement, WAVELENGTH est discontinué. Je ne pense pas que ce soit une œuvre incontournable, mais il a ses charmes. Il survole les atmosphères du Dream, de Force Majeure à Poland tout en se collant à l'idée d'une invasion futuriste d'extraterrestres sur une musique qui restera toujours une source de mémoire. Un album qui fourmille de ses petites œuvres qui nous rappellent tous quelque chose. C'est pourquoi je pense que c'est une très bonne bande sonore. Et si vous le trouvez à un prix raisonnable, il vous rendra heureux.

Sylvain Lupari (08/10/07) *****

SynthSequences.com

  • Twitter - Cercle blanc
  • Facebook - White Circle

© 2019 by  Synth&Sequences \ Sylvain (A.K.A. Phaedream) Lupari