• Sylvain Lupari

BERND KISTENMACHER: Best of-Patterns of Light (2012) (FR)

Il y a des compilations qui suivent l'évolution d'une carrière qui a connu un tournant artistique important, c'est l'une de celles-là

1 The Beginning 4:14

2 In Face of Saturn 8:49

3 The End of the Record 12:59

4 A Hand Softly Touching You 11:47

5 The Memorial 6:58

6 On The Shoulders of Atlas 6:05

7 Lost City 14:01

8 Autumn Leaves 6:24

MIRecords

(CD/DDL 71:15)

(Symphonic EM)

Il y a des compilations qui ne sont que de simples compilations! Il y en a d'autres qui forment un intéressant voyage aux antipodes d'une carrière qui a connu un important virage artistique. Et BEST OF-PATTERNS OF LIGHT fait partie de ce lot. Cette superbe compilation des œuvres de Bernd Kistenmacher fait voyager l'auditeur entre les deux mondes que le synthésiste et compositeur Allemand a caressé pour le plus grand plaisir de nos oreilles. De cet univers aux sonorités analogues des années vintage, fortement imprégnées de ses influences Klaus Schulze, à celui plus contemporain, forgé dans de superbes arrangements symphoniques, cet album est un skeud qui voyage autant dans le temps que dans le cosmos de Kistenmacher. Un habile mélange de deux styles qui au final ne font qu'un merveilleux filon musical où le rêve suit les motifs d'une lumière que seul Bernd Kistenmacher a le contrôle sur le commutateur.

The Beginning et In Face of Saturn forment la superbe intro de Celestial Movements. Ici ils amorcent une compilation à saveur hybride avec de sombres couches de synthé qui croissent autour des lamentations d'une trompette mélancolique. Le mouvement est symphonique et Vangelis. Il se déverse dans In Face of Saturn et de ses percussions électroniques qui rament vers un tempo dont les mouvements secs sont pianotés sous l'égide d'un synthé aux superbes solos. Cette vision plus contemporaine de BK rayonne de ses arrangements symphoniques alors que The End of the Record et A Hand Softly Touching You nous ramènent à une tout autre époque. Tiré de l'album Contrasts Vol I, réalisé en 1998, The End of the Record offre un rythme légèrement sautillant avec des percussions électroniques sobres et des séquences qui alternent comme des coups de biseaux sur un long mouvement minimaliste dont les fines variations coulent sous de suaves solos aux saveurs analogues. Nous sommes dans le temple des œuvres typiquement inspirées de Klaus Schulze. C'est très bon et très magnétisant. Œuvre plus intimiste et ambiante, A Hand Softly Touching You de l'album Outlines en 1991 nous rappelle les premières incursions de Kistenmacher dans l'univers des arrangements orchestraux. Le mouvement est noir, envoûtant et intensément méditatif.

Premier titre inédit de cette compilation, The Memorial est inspiré du roman de José Saramago et porte très bien le poids de son ambiance de procession à saveur bolchévique. Continuant sur sa lancée symphonique, Kistenmacher travaille ce titre avec une approche dramatique où de discrets chœurs angéliques enveloppent les pulsations symétriques d'une lente évolution devenue plus onirique que clanique. S'ensuit le superbe On the Shoulders of ATLAS. Le joyau de Antimatter défile dans nos oreilles avec toute la magnificence d'un splendide boléro dont le crescendo stigmatise nos émotions, tant c'est beau, tant c'est magique. C'est assurément l'un des plus beaux titres de Bernd Kistenmacher qui nous en met plein les oreilles avec un autre joyau tiré de l'album Beyond The Deep; Lost City. Ce très beau titre est constamment tiraillé entre sa douceur mélodieuse et les denses orchestrations aux approches dramatiques dessinées dans les souffles d'un synthé discret. Un synthé qui devient plus présent et dont les accords spasmodiques et les strates symphoniques envahissent peu à peu cet univers où le rythme se gagne à coups d'archets et des roulements de tambours un peu anarchiques avant de sombrer dans la quiétude d'une finale qui rejoint son introduction. Un point de référence intéressant est l'œuvre très avant-gardiste de Geoff Downes; The Light Program. Autumn Leaves est le deuxième titre inédit de cette compilation. C'est une belle ballade symphonique pour romantiques avec un beau synthé mélodieux qui chante sous les délicats coups de semonces d'un concerto pour archets dont les mouvements saccadés enveloppent soigneusement les caresses faites par un synthé rêveur. C'est beau et son crescendo présente une finale très poignante.

Voyageant habilement entre les époques et les styles que Bernd Kistenmacher dessine pour nos oreilles depuis 1984, BEST OF-PATTERNS OF LIGHT est une très belle compilation qui fait un juste survol de sa carrière tout en et établissant ses liens vers une MÉ plus mélodieuse et symphonique. C'est une compilation qui se concentre sur les œuvres plus contemporaines de Kistenmacher et qui devrait charmer ceux qui hésitent toujours à se laisser séduire par une MÉ aussi mélodieuse que rêveuse. La musique est mélodieuse, les rythmes sont fins et les mélodies envoûtantes. C'est l'univers de Bernd Kistenmacher à son meilleur…ou presque! Les fans de Vangelis devraient adorer et ceux de Kistenmacher vont aussi se régaler avec les deux titres inédits, tout en se laissant surprendre par deux titres que l'on avait oubliés sur le parcours du temps. Voilà une compilation qui vaut son pesant d'or!

Sylvain Lupari (01/12/12) ****½*

SynthSequences.com

Disponible au MIRecords Bandcamp

  • Twitter - Cercle blanc
  • Facebook - White Circle

© 2019 by  Synth&Sequences \ Sylvain (A.K.A. Phaedream) Lupari