• Sylvain Lupari

BERND KISTENMACHER: Welcome To The Circus (2016) (FR)

De la musique de Paradise et d'Head-Visions! Qu'est-ce qu'on voudrait de plus? Plus de MÉ de Bernd Kistenmacher en concert!

1 Welcome to the Circus Pt. I 35:56 2 Welcome to the Circus Pt. II 33:42 MIR Records

(DDL/CD 69:38)

(Berlin School)

Paradise avait été un des gros albums de MÉ en 2014. On y retrouvait un Bernd Kistenmacher au sommet de son art. Un Kistenmacher qui enfonçait encore plus sa musique dans des orchestrations qui transcendaient énormément le genre, à cause de l'intensité et de l'émotivité. L'album était encore tout chaud dans les bacs que l'ami Bernd performait sa puissante introduction dans le cadre du festival Electronic-Circus qui se tenait en Allemagne le 4 Octobre 2014. WELCOME TO THE CIRCUS est le témoin audio de ce spectacle qui est offert en format téléchargement pour l'instant, MIR sortira un CD manufacturé pour le 1ier Juin, avec près de 70 minutes de musique répartie sur 2 titres sobrement intitulés Welcome To The Circus Pt. I et Welcome To The Circus Pt. II. Le concert est principalement nourri de la musique de Paradise et fait une très belle incursion dans le temps de Head-Visions avec le solide Rücksturz, titre qui avait mis Bernd Kistenmacher sur la mappe.

Après 41 secondes d'introduction de l'artiste, les premiers bruissements de Ghost s'invitent à nos oreilles. Puis suivent Born from Innocence et Raindance. L'interprétation est dans le ton et, oh surprise, on sent que c'est vraiment en concert. Que Bernd Kistenmacher livre les joyaux de cet album avec autant de justesse que possible, ajoutant des éléments de charmes qui sont uniques à une prestation en concert. Si l'enveloppe d'intensité (arrangements et percussions) restent tout autant puissante, le déchainement de la nature dans Born from Innocence est tout simplement incroyable, les harmonies et les effets diffèrent notamment avec un synthé nettement plus en mode actif qui trafique les harmonies et les effets. Disons que l'on ne s'ennuie pas de la version originale...C'est tout autant intense et j'ajouterais que c'est plus électronique, moins orchestral même. Welcome To The Circus Pt. II débute avec un gros 3 minutes de parlage. En fait, il y a pour près de 6 minutes de parlotte dans cette seconde portion de cette prestation au Electronic-Circus.

Donc après 3 minutes où Bernd échange avec les spectateurs, les premières mesures d'ambiances de Rücksturz grignotent nos souvenirs. Ça prend un peu de temps avant que l'on replace la musique, mais dès les premiers balancements du ruisseau d'arpèges flottants, nous glissons dans nos souvenirs. Tout y est! Percussions métronomiques, séquences aux limpides ruissellements, ligne de basse aux vives et vicieuses ondulations, subtiles élévations de la phase de rythme minimaliste, nappes de voix et finalement ces harmonies spectrales qui ici sont nappées de la prestance des arrangements de Paradise. En fait, c'est un peu comme si Bernd Kistenmacher remixait Rücksturz dans les bouleversements de ce sublime album. Une très belle restitution d'une musique qui a marquée toute une génération. L'autre extrait de Paradise qui fut performé est le pantagruélique Everlasting Magic et ses gigantesques nappes d'orchestrations qui étouffent les plus grandes ambitions des cathédrales. J'imagine que ça doit être un titre assez difficile à performer en spectacle, tant la lourdeur est accablante.

Mais c'est assez réussi. Et même si j'y préfère la version studio, cela démontre que Bernd Kistenmacher est authentique. Ça démontre que WELCOME TO THE CIRCUS est un concert authentique où Kistenmacher, seul avec ses Roland GAIA, Roland Jupiter 80, Roland VP770 Vocoder et le Moog Voyager XL a réussi à maximiser les charmes de sa musique dans une brillante performance que j'aurais aimé voir.

Sylvain Lupari (06/04/16) ****½*

SynthSequences.com

Disponible au Mir Records Bandcamp

  • Twitter - Cercle blanc
  • Facebook - White Circle

© 2019 by  Synth&Sequences \ Sylvain (A.K.A. Phaedream) Lupari