• Sylvain Lupari

CLAUDIO MERLINI: Enchantment (2012) (FR)

Une fois de plus, Claudio Merlini a conçu une MÉ harmonieuse qui nous accroche à l'âme comme dans le cœur

1 Desire 3:40

2 Portraits 3:51

3 A Quiet Place 4:44

4 Enchantment 5:20

5 Faventibus Ventis 5:15

6 In the Air 4:01

7 Frozen Light 5:20

8 Masquerade Girl 5:21 

9 Inner Spirit 3:43

10 Float in the Dark 4:09

11 Magic Sleigh Ride 3:52 

12 Karma 6:10

13 Book of Memories 4:05

14 The Tower 5:59

15 Enchantment Power Mix 5:32

16 Enchantment DW Summer Club Mix 7:30

AD Music AD99CD

(CD/DDL 70:38) (New Age)

Après un deuxième album où les rythmes étaient entrelacés dans les fragrances de Le Parc de Tangerine Dream, le Métamorphoses de Jean-Michel Jarre et aux ambiances cinématographiques de Vangelis, Claudio Merlini revient avec un deuxième album sur le label AD Music et sa division New Age. Plus proche des frontières du New Age et de Easy Listening que du Berlin School ou de la MÉ progressive, ENCHANTMENT propose 14 titres qui coulent avec plus de douceur et de romantisme que sur The Colours of Music où les rythmes toujours doux se confondaient avec de belles mélodies tissées dans les soupirs de l'Asie.

Répandant son approche romantique sur des thèmes mélodieux récurrents, le synthétiseur italien annonce dès le départ ses couleurs avec Desire et ses chœurs célestes qui introduisent un rythme lascif lent. Les percussions frémissent dans un bouillon statique alors que des accords aux tonalités de guitares forgent une mélodie méditative qui déambule dans un motif musical moulée à partir des influences de Merlini. Portraits suit de près avec ses percussions roulantes qui nous amènent vers une approche mélodieuse où des arpèges limpides coulent avec une belle fluidité sur une bonne et nerveuse ligne de séquences. L'approche est très proche de celles des mélodies de Tangerine Dream dans The Atomic Seasons avec des chœurs et des violons Mellotron qui flottent au-dessus d'une structure musicale remplie de saveurs asiatiques. Avec sa flûte soyeuse sur un rythme qui se dandine innocemment, A Quiet Place revisite les belles approches mélodieuses de The Colours of Music avec de belles percussions et des accords d'une guitare romantique. C'est une douce mélodie évoluant dans un crescendo dramatique qui est doté d'une riche musicalité avec ces chœurs, flûtes, guitares et percussions qui structurent un riche et somptueux décor musical. Et c'est l'une des bonnes choses dans les œuvres de Claudio Merlini! Enchantment en est un bon exemple avec ses arpèges délicats chatoyants qui réveillent des vents chantants. L'intro est douce, et les percussions tribales égayent un rythme fragile. Des chœurs angéliques et des violons célestes enveloppent ce rythme paradisiaque qui roule comme une boule de soie sous les vents chauds de la mer Méditerranée avant de se déchirer entre une douce violence orchestrale et une mélodie rêveuse, un peu comme tout ce qu'on entend partout dans ENCHANTMENT. Une savoureuse ligne de basse traverse les vents d'éther qui font scintiller les carillons et Faventibus Ventis, nous entraîne dans un univers tout à fait différent de Claudio Merlini. Un sitar accompagne les délicats tams-tams qui créent une procession fascinante à travers une étrange brume musicale où les souffles des flûtes et les soupirs plaintifs flottent avec un parfum de mystère sur un titre qui s'éloigne, tant par son approche que par son aura de mysticisme, des ambiances de cet album. C'est assez bon et fascinant.

In the Air est une douce mélodie qui tourbillonne dans un nuage de voix et de flûtes sur un rythme changeant. Si l'intro est fluide avec des arpèges chatoyants et rêveurs, le rythme s'emmêle avec une approche plus vivante en seconde partie. Plus incisive, l'approche mélodieuse de Frozen Light nous transporte dans les territoires d'Enigma où les essences tribales côtoient celles plus éthérées. Le rythme est soutenu par de bonnes percussions et par des séquences tandis que les ambiances sont dessinées par des suaves vocalises, un peu comme avec Karma qui est en revanche plus doux et plus onirique. Les souffles de flûtes et les chœurs qui errent sur les coups feutrés des percussions et les violons de brume ajoutent une dimension poignante à Masquerade Girl, autre titre méditatif au zeste mélancolique qui orne cet album. Pour un titre court, Inner Spirit erre sur plusieurs rythmes croisés. Des rythmes du monde construits sur un motif de séquençage qui ondule comme un tapis flottant tandis que les percussions et la basse féroce grattent l'homogénéité sur une mélodie bercée par un synthé d'une bonne sensibilité. Float in the Dark est un titre qui navigue entre mélodie et ballade dans une ambiance tamisée et sombre que les percussions tribales portent avec des frappes équilibrées. Ici, comme dans la grande majorité de l'album, Claudio Merlini exploite avec dextérité la fusion des voix et des flûtes sur de bons arrangements orchestraux, donnant une dimension très mélodieuse et musicale à sa démarche New Age. Magic Sleigh Ride est une autre très bonne mélodie où des arpèges aux tons de harpes coulent sur un lit de violons et de chœurs enchantés. Des notes de pianos égarés viennent caresser la douce mélancolie de ce titre qui se métamorphose progressivement en une ballade un peu plus joyeuse. Book of Memories est aussi efficace que Portraits, tandis que The Tower termine ENCHANTMENT par un titre très fort où percussions et séquences tourbillonnent sur une structure à la fois orageuse et mélodieuse. Une structure qui recueille les grandes influences harmonieuses du dernier opus de Claudio Merlini. L'album contient 2 mix de la chanson titre. Enchantment Power Mix frappe fort avec un rythme lourd et pulsant pour piste de danse, tandis que Enchantment DW Summer Club Mix est vraiment fascinant avec un rythme martelant. Des rythmes festifs qui s'affrontent dans cette enveloppe New Age et Easy Listening de cet album mais qui conservent néanmoins tout son aura mélodieux.

Claudio Merlini nous balance encore une fois un album fort harmonieux où de très belles mélodies sont ancrées à des rythmes doux. Le synthésiste d'Italie sait tisser une belle mélodie entraînante qui s'accroche à l'âme comme au cœur sur des rythmes doux. Et c'est l'histoire de ENCHANTMENT; 14 titres qui s'enchaînent dans une très bonne mosaïque de New Age et de Easy Listening où les influences d'Enigma et de Tangerine Dream contemporain vont au-delà des histoires de The Colours of Music qui était aussi un bel album en son genre.

Sylvain Lupari (18/03/12) ***½**

SynthSequences.com

Disponible chez AD Music

2 views
  • Twitter - Cercle blanc
  • Facebook - White Circle

© 2019 by  Synth&Sequences \ Sylvain (A.K.A. Phaedream) Lupari