• Sylvain Lupari

CREATE: Words Just Get In The Way (2009) (FR)

Ambiances cosmiques et psychédéliques versus rythmes courts et parfois sauvages

1 The Obsidian Eye (Live Studio 24.11.08) 38:30

2 Closer Than You Think 24:30

3 Slave To The Groove (A Sequencer Workout) 11:46

Independant Music

(CD-r 74:46)

(Ambient, Improvised, Cosmic, prog England School)

Create a le don de faire voyager l'auditeur à travers les méandres du temps et des éléments sonores cosmiques qui constituent sa faune musicale aussi diversifiée que ses influences. D'ambiant sombre à la fois cosmique et psychédélique à des rythmes éphémères et parfois sauvages, WORDS JUST GET IN THE WAY est un déroutant amalgame d'une musique électronique (MÉ)qui a encore de superbes phases à explorer. Des phases que Stephen Humhpries n'hésite pas à prendre d'assaut avec la détermination des premiers explorateurs.

The Obsidian Eye est le premier des 3 longs titres qui meublent l'univers sonore de ce 9ième album du musicien Anglais où les rythmes fragmentés sont isolés dans de lentes approches cosmiques et morphiques. Joué en direct en studio et enregistré en une piste ce long titre frisant les 40 minutes débute avec un chaleureux synthé qui perce les balbutiements galactiques de son intro pour valser tendrement dans un cosmos aux multiples signaux sonores. Des percussions s'y greffent et tambourinent candidement une rythmique visitée de lourds accords aux brèves harmonies patibulaires. De lentes strates d'un mellotron éthéré entourent cette première portion animé d'un rythme fragmenté, plongeant The Obsidian Eye dans un long carrousel musical où tout est en suspension. Les lignes de rythmes du séquenceur, aussi isolé que ses rythmes fractionnés, abondent dans une alternance asymétrique parmi de longs passages atmosphériques entourés d'un synthé aux sonorités cosmiques et d'un tendre mellotron aux nappes ouatées et aux chœurs chthoniens. Mais lorsque les cadences naissent, elles sont tantôt violentes et tantôt délicieusement hypnotiques. Elles explosent dans un univers assiégé par les brises corrosives d'un synthé parfois apocalyptique et de ses solos uniques à l'univers de Create. Closer Than You Think offre une douce intro atmosphérique où de lentes strates morphique sont mordues avec acuité par la guitare très Floydienne de Mike Daniel (Hashtronaut). De sinueuses lignes de réverbérations nourries de bruit-blancs cernent cette vision onirique où le rythme se dessine à travers une soie mellotronnée qui valse sur des pulsations croissantes, tandis que le synthé dessine de splendides boucles qui roulent avec un échos ensorcelant. Hypnotiques et minimalismes les pulsations cadencées évoluent lentement, sous le poids d'un synthé et d'une guitare qui s'échangent solos et accords rythmiques sur une structure qui croise en fin de parcours une superbe séquence aux tintements limpides avant de conclure dans les nappes atmosphériques de son introduction. Un très bon titre et la présence de Hashtronaut y est pour quelque chose. Slave To The Groove (A Sequencer Workout) débute lentement. De lentes strates résonnantes et torsadées imbibent un néant musical qui tranquillement prend forme sur des pulsations qui avancent à pas de loups sous ces filiformes ligne de synthé qui s'acoquine assez bien avec la venue de la brume mystique du mellotron. Le rythme pulsatoire s'accentue avec un mouvement adjacent qui est plus fluide, alors que le synthé mystifie les oreilles avec ces solos aux timbres corrodant. Le séquenceur, déployant une autre ligne rythmique, souffle plus de vitesse à ce rythme qui y va avec de secs à-coups. La brume épaissit le mystère de ses solos torsadés qui coulent et roucoulent sur cette structure de rythme idéale pour laisser flotter notre imagination. Prenons ça comme un petit cadeau de Create. Pas essentiel mais agréable!

WORDS JUST GET IN THE WAY traverse multiples galaxies musicales afin d'offrir un bon album d'une MÉ qui s'éloigne des habituels sentiers de la Berlin School. Toujours influencé par les improvisations atmosphériques de Air Sculpture, Create continue de développer un monde musical qui lui est propre. Un univers pas toujours facile à apprivoiser et où la créativité musicale évolue par une vision de la MÉ qui est tout à fait unique à Stephen Humhpries.

Sylvain Lupari (12/10/10) *****

SynthSequences.com

2 views0 comments

Recent Posts

See All