• Sylvain Lupari

EAGLE (SYNTH MUSIC): Hypervelocity Star (2022) (FR)

Ces 3 nouveaux titres valent bien le prix du téléchargement

1 Dobhar-chú 6:38

2 Bright Future 5:55

3 Lost Lake 5:41

4 Hawking radiation 5:53

5 Rogue Planet 3:33

6 Not afraid of the Dark 5:46

7 Faith over Fear 6:46

8 Hypervelocity Star 6:20

9 Love can be Real Pain 5:02

Eagle (Synth Music) Music

(DDL 51:40) (V.F.)

(New Berlin School)

Il est un peu difficile de suivre l'évolution de Arend Westra. Son vaisseau sonore Eagle (Synth Music) est très actif dans l'univers de Bandcamp en produisant une multitude de singles, parfois des E.P. et de temps en temps un album. Pour les besoins de fabriquer un CD-R, produit et vendu par le label Anglais Synth Music Direct, le synthésiste des Pays-Bas propose une version allongée de 18 minutes de son dernier E.P. HYPERVELOCITY STAR propose 3 nouveaux titres qui suivent l'ordre de ceux de Rogue Planet. Les amants de musique électronique (MÉ) qui préfèrent des versions CD-R devront payer le plein prix, alors que ceux qui veulent seulement obtenir les 3 nouveaux titres pourront se les procurer en les payant à la pièce sur la page Bandcamp de Eagle (Synth Music). Un bon compromis dans cet océan de singles qu'Arend Westra propose aussi en téléchargement. Son dernier, The Ghost of Kyiv, est offert gratuitement. Et que valent ces 3 nouveaux titres?

Eh bien, la plus grande qualité de cet album est qu'il nous commande d'écouter à nouveau son E.P. et de se rappeler combien était belle la berceuse Berlin School de Not afraid of the Dark. Sa procession ascensionnelle, sa mélodie pleureuse et surtout celle sur arpèges cristallins étaient magnétisantes. Faith over Fear suit avec une structure semi-ambiante. Un genre de ballade avec un clavier harmonieux qui étale sa mélancolie sur les roulements de sobres percussions. La structure s'arme d'une bonne ligne de basse à son second tour, structurant un peu plus un downtempo cosmique. Le titre arrive à son point de transition une 20taine de secondes avant la 4ième minute. La ligne de séquences molle ne trahit pas cette perception d'une structure finement stroboscopique qui soutenait Faith over Fair dont la mélodie flamboie plus dans ce court intermède avant que le rythme ne reprenne ses droits avec plus d'insistance. Nous sommes au royaume de la MÉ narrative sur cet album qui manquait cruellement de musique supplémentaire. Moi qui aime les rythmes lourds et lents, je suis bien servi avec la pièce-titre dont le débit sec et bondissant de son ouverture glisse vers une magnifique structure ascensionnelle. Le mouvement tournoie dans une emprise brumeuse d'un synthé qui crache son spleen plein les oreilles sur des percussions aux effets vaporeux. On tape du pied et on roule du cou sur cette lente mais entraînante structure de rythme digne d'un bon Berlin School. Le clavier couche une mélodie avec des arpèges qui se répondent avec un effet d’écho. C'est le signal pour que Hypervelocity Star se mette à tournoyer et tournoyer sous de magnifiques solos de synthé. Un délice mes amis! Les violons larmoyant de Love can be Real Pain épousent à merveille le sens de son titre. Une belle mélodie ambiante, plus mélancolique que Not afraid of the Dark, qui conclût ainsi un album plus complet de Eagle (Synth Music).

Finalement, ces 3 nouveaux titres qui aident à remplir la version CD-R de Rogue Planet vaut amplement le prix de son téléchargement. La pièce-titre est tout simplement incroyable alors que les deux autres titres sont de taille avec le E.P.

Sylvain Lupari (02/03/22) ****½*

SynthSequences.com

Disponible au Eagle (Synth Music) Bandcamp

110 views0 comments

Recent Posts

See All