• Sylvain Lupari

ERIK WOLLO: Cinematic (2017) (FR)

“Rien n’a changé et tout est toujours aussi beau dans le monde d’Erik Wollo, dans le monde de Cinematic”

1 Crescent Moon 7:57 2 Mountain Range 7:21 3 Venture 1 6:05 4 Venture 2 3:54 5 Unfolding 4:31 6 In Slow Time 8:36 7 End of the River 4:24 8 Closing Theme/Exit Music 6:03 Projekt ‎– PRO344

(CD/DDL 48:58) (Ambient and lyrical)

Erik Wollo est en mode hyper productivité. En fait, depuis 2011 l'Électro barde Norvégien a mis sur le marché pas moins de 17 albums, E.P. et albums en collaborations. Ce qui est beaucoup! Et pourtant, si on aime le genre, chaque œuvre mise sur CD ou sur son site Bandcamp trouvait sa raison au fond de nos oreilles. Et un autre point culminant était atteint avec l'immense Different Spaces. Un double album paru en Mars de cette année sur Projekt Records. Restait-il assez d'inspiration pour poursuivre avec CINEMATIC? Sans rien virer à l'envers ni réinventer son style, Erik Wollo nous offre un autre bel album bourré de rythmes doux et orné de paysages soniques aussi ténébreux que ses mélodies peuvent être nostalgiques. Un peu comme dans quelques-unes de ses dernières œuvres, Wollo a fouillé dans ses voûtes et trouvent une série de compositions écrites entre 1998 et 2003 qu'il a remixé et remasterisé pour son 23ième album.

C'est par une onde se levant à l'ouest de notre écoute et qui flotte de sa membrane bleutée que Crescent Moon infiltre nos attentes. Des percussions amérindiennes s'agrippent à une ligne de pulsation organique qui coasse parmi des claquements métalliques. Minimaliste, la ligne de rythme est tissée par des saccades percussives qui supportent ce métissage de synthé et de guitare aux harmonies toujours aussi énigmatiques et si chères à la signature d'Erik Wollo. Ces harmonies dansent avec des réverbérations dans la note et flottent avec cette ligne qui amenait Crescent Moon vers la lumière du jour. Une autre guitare tisse une ligne de riffs qui galope comme un tremblement stroboscopique alors qu'affluent de bons solos de guitare et les chants d'une guitare synthétiseur qui donne un ombrage si particulier à la musique du musicien Norvégien. Cette description dépeint la teneur de CINEMATIC! Sans rien changer à sa recette, la musique d'Erik Wollo possède toujours cette touche intuitive qui la rend si unique. On écoute les paysages sonores de Mountain Range, du très beau et mélancolique Unfolding, de End of the River et de In Slow Time comme on dévorait ceux de Elevations, de Airborne ou encore de Blue Radiance. Donc, il y a peu de surprises comme il n'y a aucune déception, ni de remplissage ou si vous préférez de musique sans âme. Rien n'a changé et tout est toujours aussi beau. Certes, il y a des titres plus vibrants qui sont les témoins que le barde norvégien a encore d'agréables surprises pour nous dans son coffret créativité. Crescent Moon est très beau, mais le superbe Venture 1 l'est encore plus avec cette fascinante voix de sirène astrale sur une belle structure down-tempo aromatisée des mille charmes de cette fusion synthé/guitare. C'est un très beau titre qui surclasse, et de loin, le très ombrageux Venture 2 et ses fascinants chants irréels dans une structure d'ambiances mais où le rythme cherche à fomenter le trouble en arrière-scène. Un titre qui me ramène aux ambiances de Arcadia Borealis. Avec sa vigueur et son entrain très serein, voire même joyeux, Closing Theme/Exit Music cherche à garder CINEMATIC sur le sentier d'un mouvement de caravaniers qui sont heureux de partir à la conquête de nouveaux espaces. Le rythme est entraînant et les boucles d'harmonies tournoient pour enraciner une mélodie mangeuse de tympans dans la nostalgie de vents musicaux errants. La ligne de basse me fait penser à du Patrick O’Hearn très discret et les mélodies de la six-cordes, qui flottent comme les derniers vestiges d'un spectre, sont à découdre ces fils qui serre la rudesse de notre âme. Beau! Et une superbe façon de conclure un bel album où la musique Erik Wollo trouve toujours grâce entre nos oreilles sélectives qui sont tout de même séduites d'avance.

Sylvain Lupari (21/09/2017) ***¾**

SynthSequences.com

Disponible au Projekt Bandcamp

  • Twitter - Cercle blanc
  • Facebook - White Circle

© 2019 by  Synth&Sequences \ Sylvain (A.K.A. Phaedream) Lupari