Search
  • Sylvain Lupari

JUTA TAKAHASHI: Albion (2017) (FR)

Albion est un petit trésor destiné à ceux qui aiment les ambiances méditatives avec une approche harmonieuse se cachant dans une muraille de drones intenses"

1 Silver Waves 13:52 2 Frozen Day 13:18 3 Shining Valley 14:56 4 Maeve 13:58 5 Summits 16:28 Lunisolar Records ‎– LR014

(CD/DDL 73:02)

(Ambient music, drones)

Ça faisait un bail que je n'avais pas entendu la musique du Steve Roach japonais, Juta Takahashi. Le dernier album en liste fut The Door into Winter en 2015 qui était un remaster d'un album initialement paru en 2007. En fait il faut remonter jusqu'en 2013 pour entendre la dernière messe méditative originale du sculpteur d'ondes métissées du Japon. ALBION est son 11ième album et honnêtement je ne sais pas ce que Juta Takahashi a fait durant cette période, mais je soupçonne qu'il s'est penché sur sa musique afin de lui donner une nouvelle orientation plus mélodieuse. Sa musique est toujours pensée afin de faire flotter des arcs sonores et des réverbérations translucides qui sont bourrées de bourdonnements tantôt faméliques et tantôt plus nuancés. Une musique d'ambiances plutôt ombrageuses qui semble s'éveiller aux joies des mélodies méditatives.

Silver Waves sonne comme du bon vieux Juta Takahashi avec un amas d'entrelacements d'ondes flottantes qui dérivent avec des pointes d'émotivité et des brises anesthésiantes plus ombrageuses. L'embranchement des deux pôles sculpte un horizon sonore plus près du cosmos avec des effets qui scintillent comme le chant des étoiles dans un vide intersidéral bien imagé par la tonalité analogue des synthés du maître japonais des ambiances ésotériques. Le terme mélodieux est bien subjectif dans l'univers de la musique ambiante. Les oreilles avisées sont bien capables de capter ces ondes mélodieuses au travers les enlacements de deux tonalités, alors que des oreilles distraites manquent ce délicat point de rencontre. C'est plus probant dans le très beau Frozen Day et ses notes d'un piano qui égare son sentiment de solitude au travers les longilignes ondes de synthé aux barioles teintées d'un soupçon d'éther et de poudre de métal. Des nappes de voix, comme des bourdonnements passifs, enserrent ces notes qui gémissent dans un lent tourbillon d'ondes sinusoïdales qui oscillent constamment entre deux univers. Il y a du Steve Roach là-dedans et ça s'écoute à merveille avec Structures from Silence. Un très grand titre de Juta Takahashi qui fait monter des réminiscences de son très bel album Angel, réalisé in 2012.

Shining Valley est un titre très sombre sculpté autour de drones dont les résonances chantent de façon platonique avec des arches sonores un peu plus illuminés. Des arches qui se défont de leurs formes circulaires afin de longer les murs du néant avec de beaux mouvement transitoires flottant. Ces chants, plutôt d'un genre spectral, illuminent le plafond sonore assez bas et très ombragé. J'ai cette délicieuse impression de dériver dans le cosmos avec des chants de baleines intersidérales qui tentent de bercer mon innocence. Il y a des parfums de Vangelis, période Blade Runner, qui suintent tout au long de mon odyssée cosmique. Intense et très enveloppant! Si je ne me trompe pas, Maeve est le plus beau titre du répertoire de Juta Takahashi. Une splendide mélodie, délicatement déposée par un piano en mode minimaliste, étend son emprise avec une série de ritournelles juvéniles qui tournoient comme des ballerines astrales sur un tapis de brumes et de prismes cosmiques. Les effets réverbérant des ondes de synthé deviennent aussi doucereux que cette mélodie virginale qui hante nos oreilles, toujours pleines de brume, bien au-delà de cette dernière fois que je l'ai écouté. Du splendide bonbon mes amis! Les ambiances de Summits et les structures de ses arches sonores dépeignent à merveille le sens de son titre. C'est un long, et lourd, mouvement d'ambiances sculpté dans l'émotivité avec des drones pesants qui sont comme ces moments où l'air manque à nos poumons. Je n'ai aucune difficulté à m'imaginer être sur des sommets uniques avec des vents sans oxygène à contempler un panorama gigantesque où un piano tente de respirer par une mélodie éparpillée dans ce ballet de drones et d'ondes aux couleurs et aux émotions contrastantes.

ALBION est un petit bijou destiné aux amateurs de musique d'ambiances méditatives qui aiment lorsqu'une approche harmonieuse se tapit dans ces murailles de bourdonnements intensifs. Juta Takahashi va au-delà de son très bel album Angel avec une touche qui s'affranchie du modèle sombre et tamisé par une forte nostalgie. Si le côté mélancolique est toujours imprégné dans la musique du Japonais, il y a maintenant un sourire de dessiné dessus et dont les frontières effleurent même une musicalité plus accessible jusque-là absente de son répertoire. Un splendide album qui berce mes nuits depuis une dizaine de jours.

Sylvain Lupari (06/10/2017) ****½* SynthSequences.com

Disponible au Juta Takahashi Bandcamp

3 views

© 2019 by Alexandre Corbin for Synth&Sequences \ Sylvain (A.K.A. Phaedream) Lupari

  • Twitter - Cercle blanc
  • Facebook - White Circle