• Sylvain Lupari

MARTIN STÜRTZER: P-Brane (2020) (FR)

Ce n'est pas mon genre ... mais il y a suffisamment d'éléments dans ce mini-album pour me laisser séduire

1 Higher Dimensions 7:44

2 Serap's Garden 6:14

3 S-Duality 6:14

4 Matrix Theory 6:54

5 Higher Dimensions (Heavenchord reshape) 7:43

Martin Stürtzer Music

(DDL 34:52)

(Dub Techno, Space Ambient)

J'adore ce que j'entends de Martin Stürtzer! Ça me ramène à l'époque où je découvrais l'univers de Ultimae Records. À l'époque où je découvrais aussi le magnifique univers du psybient. Tel un physicien des sons et des rythmes, le musicien Allemand reconvertit le tout en y insérant de bonnes textures d'éléments cosmiques, créant ainsi ce qu'on appelle du cosmique dub ou du techno dub. Un genre Électronica que plusieurs observateurs associent aux premiers mouvements de séquenceur analogue de la Berlin School. Ce n'est pas un genre que j'affectionne particulièrement, mais je crois qu'il faut démêler les genres offerts par ce brillant synthésiste. P-BRANE est un mini-album de 35 minutes qui est une suite de Branches, un autre mini-album de cosmique dub sorti aussi en Mai 2020. En même temps que Far Beyond The Stars, l'album qui m'a fait découvrir l'univers Stürtzer

Higher Dimensions débute avec la levée du Cosmos où résonnent les premiers battements d'un rythme ambiant. La toile est tissée dans ces ombres sombres dont l'odeur sibylline donne un cachet plus romantique à tout paysages cosmiques. Les premiers accords sont comme des auto-tamponneuses, avec un son plus feutré, plus étouffé. La texture ornementale du décor est caoutchouteuse et ça parait encore plus lorsqu'une autre suite d'accords, plus métalliques cette fois, bondit dans un schéma cohérent. Et comme ça on se laisse aller dans cette aventure chill où le rythme minimaliste de Higher Dimensions se trémousse sous une fine pluie que je n'ai jamais sentie venir. La qualité sonore est très bonne et est constituée autour de synthés analogues auxquels Martin Stürtzer annexe des rythmes électroniques plutôt doux. Serap's Garden montre les dents avec une structure plus qui a plus de mordant. Les accords s'entrechoquent comme des cerceaux métalliques dans un genre qui fait très Plastikman des années 80. D'ailleurs le métronome me rappelle ces trains numériques dans l'excellent Consumed produit à la fin des années 90. Le Dub cosmique a cette particularité où les accords ont cette sonorité d'enveloppe élastique remplie d'eau qui sont amplifiées jusqu'à distorsion puis ramené dans une tonalité légèrement radioactive. Ces accords peuvent fleurter comme des feux follets amoureux, comme dans S-Duality qui propose un rythme de basse pulsations résonnantes. Matrix Theory est une petite perle. C'est un titre lent avec des effets de synthé vrombissant qui sèment un volet d'inquiétude à cette approche furtive que des pic-bois malmènent dans une séduisante enveloppe d'exploration d'une jungle fictive. Un très bon titre que me donne l'envie d’écouter du Massive Attack et l'album Mezzanine avec Angel en tête. Heavenchord est un artiste Russe qui serait le pionnier du genre techno dub et un des artistes préférés de Martin Stürtzer. Il refaçonne Higher Dimensions en lui donnant plus de puissance et d'effets dans un très bon remix. Étrangement, c'est le titre le plus intéressant dans P-BRANE qui est un bel album ambiant avec juste assez de rythme pour nous tenir éveillé.

Ce n'est pas mon genre comme je disais plus haut…Mais il y a assez d'éléments dans ce mini-album pour me laisser séduire.

Sylvain Lupari (09/02/21) ***½**

SynthSequences.com

Disponible au Martin Stürtzer Bandcamp

76 views0 comments

Recent Posts

See All