• Sylvain Lupari

MERGENER & HOFFMANN-HOOCK: Visions of Asia (2006) (FR)

De la grande musique par deux légendes qui ont poussés les limites de leur créativité

1 Cinnamon 7:36

2 Waterchimes 8:49

3 Road to Mandaly 7:15

4 Dreams of Tibet 9:33

5 Devda 7:26

6 Shakti 5:30

7 Visions of China 6:13

Prudence Music, 398.6729.2

(CD 52:31)

(Tribal, New Berlin School)

Peter Mergener et Klaus Hoffmann-Hoock sont 2 pionniers de la MÉ Allemande. Les deux musiciens se sont rencontrés en 1989 lorsque Mergener participait aux sessions de l'album Trance'n'Dance de Mind Over Matter. Depuis ils ont collaborés sur plusieurs projets musicaux. VISIONS OF ASIA est avant-tout une réflexion personnelle de l'ex-Software sur ses nombreux voyages en Asie. Connaissant l'immense passion de KHH pour cette culture, il lui a demandé de participer à ce projet tout en y apportant sa vision musicale. Il en résulte en un album d'une fraîcheur absolue où les styles des deux amis musiciens s'unissent parfaitement afin de donner un bel album d'une MÉ vivante et diversifiée où le Cosmos et l'univers de ce continent aux millions de secrets cohabitent pour un album sans failles.

Une mélodieuse nappe de violon étend son linceul afin qu'une guitare asiatique puisse faire pincer ses notes pour rivaliser avec ce superbe mellotron et sa flûte aux harmonies cantonnaises. Le rythme s'installe assez tôt avec un style de ballade technoïd qui s'accroche à une solide ligne de basse. Cinnamon donne le ton pour un album qui n'exclut aucune influence rythmique pour se consacrer aux harmonies d'Asie. Sur un rythme festif soutenu, sauf pour les phases de la harpe, les deux musiciens tissent de bons solos de synthé et de flûtes du mellotron sur une structure qui déborde de son cadre, embrassant cette douce folie à la MOM dans le titre Freak Street de l'album Avatar. Des perles d'eau carillonnées ouvrent Waterchimes qui devient un carrousel harmonieux où des notes aux timbres limpides envoûtent autant que l'écho des airs flûtées et des murmures de sirènes. D'ambiant onirique, le carrousel des tintements de perles sonores se transforme en un bon rock circulaire piégé par de bonnes percussions et ceinturé par des séquences stroboscopiques. Les harmonies ne sont pas en reste et affichent un haut niveau d'intensité dans des charmes asiatiques tout en étant enveloppées par un superbe mellotron. Un très bon titre! Le rythme hypnotiquement lent de Road to Mandaly nous amène plus près d'une civilisation tribale. Les percussions forgent un rythme de fête païenne soutenue par une très belle guitare et un doux mellotron qui caresse un rythme progressant constamment. Ça devient un intense mouvement à la Mind Over Matter avec de belles orchestrations et des solos de guitare foudroyant de KHH. On se croirait à la belle époque psychédélique de MOM. Ce titre est un incontournable pour leurs fans.

Si Road to Mandaly est un titre très MOM, Dreams of Tibet est un titre très Peter Mergener. Un titre doux et très lyrique avec une intro aux atmosphères cosmiques, et même pieuses tibétaines, qui se transforme lentement en un carrousel spatial serti d'arpèges déposés dans une infinie tendresse. Ça devient un carrousel cosmique qui tournoie avec ces notes de verre pour dériver entre des frottements de cloches astrales et un chant divin du mellotron. Un excellent titre onirique qui rappelle les premières œuvres de Mergener. Devda nous ramène à un titre atmosphérique avec un cantique Hindoue narré sur un sitar électronique pincé mélodieusement sur un lit d'effets réverbérant. Shakti poursuit cette brève incursion en territoire Indien avec des percussions tribales qui perdent leurs effluves ancestraux pour épouser un rythme de plus en plus soutenu. Une étrange effet THX du synthé coupe les ambiances en deux pour faire basculer Shakti dans une ère plus moderne par le biais d'un mouvement saccadé du séquenceur et des effets sonores qui mordent sur un rythme limitrophe à une spirale technoïde. Le mellotron siffle une belle mélodie conjointement avec le synthé alors que des arpèges battent une mesure de plus en plus animée. J'aime bien les effets organiques des percussions sur ce titre qui est aussi un beau prélude pour la pièce-titre. Visions of Asia conclut ce fabuleux voyage dans l'univers de poésies asiatiques avec une introduction atmosphérique qui laisse entendre une harpe asiatique dérouler ses fragiles notes dans une brume orchestrale. Des arpèges folâtrent en y dansant candidement dans un mouvement circulaire séquencé qui est soutenu par un sobre jeu des percussions. La ritournelle tourne et tourne en amenant ses nuances émotives qui se font avaler littéralement par les tendres souffles des flûtes asiatiques. Un titre intense qui fini un intéressant album rempli de moments intenses.

De la grande musique par deux légendes qui ont poussés les limites de la créativité au-delà des acquis et de leurs réputations, VISIONS OF ASIA est un solide album sous toutes ses coutures. Peter Mergener et Klaus Hoffmann-Hoock ont réussi à écrire 7 histoires d'une beauté sculpturale liée à de superbes mélodies sur des ambiances cosmiques et tribales à la fois féeriques et astrales. Mélodieux et entraînant, en dépit de quelques passages méditatifs, c'est certes un des bons albums de MÉ en 2006. J'espère simplement que nous aurions pas à attendre un autre 20 ans avant d'entendre une autre collaboration entre ces 2 légendes de MÉ.

Sylvain Lupari (28/12/06) ****½*

SynthSequences.com

Disponible chez BCS Music

185 views0 comments

Recent Posts

See All