• Sylvain Lupari

PYRAMID PEAK: Anatomy (2013) (FR)

Ce que nous avons ici est probablement le meilleur album de 2013

1 Anatomy 13:35

2 Iceland 14:23

3 Injection 13:38

4 Dark Energy 15:53

5 The Voyage 12:38

Pyramid Peak Music

(CD/DDL 70:10)

(New Berlin School)

Un maillage de cymbales fait tinter des élytres de métal dans un gothique Oyé, Oyé, introduisant les sombres ondes de synthé qui se tordent et flottent dans une intro cacophonique. Un délicat rythme chevrotant pulse maladroitement derrière les poussières de ce tintamarre où se greffent des voix lugubres qui fredonnent dans les airs égarées de synthés brumeux, poussant la pièce-titre de ce dernier opus de Pyramid Peak vers une intro ambiosphérique où le rythme se dénude peu à peu de ses accords et abandonne son faible pouls symétrique. Anatomy frappe le cap des 5 minutes. Et les os de rythme s'organisent derrière un chatoyant rideau de souffles abscons. Les séquences tintent et résonnent, comme l'écho de grosses gouttes d'eau dans une grotte, et le rythme de la pièce-titre infiltre nos oreilles de sa démarche tranchante et hachurée. La marque de P.Peak. Les séquences sautillent en tout sens. Acceptant les pulsations et les percussions, elles engraissent une structure de rythme qui s'excite sous les solos chantants et charmeurs de Andreas Morsch, Uwe Denzer et Axel Stupplich. Pyramid Peak fait partie de la crème de la crème en matière de MÉ de style New Berlin School. Le trio berlinois réussit à merveille à tisser des structures de rythmes hypnotiques où le down-tempo flirte avec du up-tempo tout en dessinant des longs parcours musicaux dont les bases minimalistes refusent pourtant la simplicité. ANATOMY est leur 9ième album, et je vous le dits de go; c'est un incontournable. Construit sur 5 titres qui avoisinent à peu près la même durée, ANATOMY nous plonge dans le cœur des plus belles années de la MÉ cosmique avec de lentes intros qui débloquent sur de beaux rythmes harmoniques. Des rythmes qui adroitement changent de peaux et permutent vers un envoûtant univers sonique où les séquences papillonnent de leur frivolité sous les attaques de percussions qui martèlent la fragilité des ambiances éthérées avec des frappes qui déstabilisent l'écoute.

Une vive pulsation grésillante éveille les voix de spectres qui chuchotent en ouverture de Iceland. Le rythme est linéaire et entraînant. Il pulse vivement et sans arrêt, masquant à peine les susurrements qui se perdent dans les douces caresses d'un synthé qui étale son manteau mellotronné. Il y a tempête de séquences avec ces accords de rythmes qui festoient dans un tourbillon statique où valsent les harmonies rêveuses des synthés. Et les percussions tombent. Ils percutent doucement ces ruades des séquences qui peu à peu acceptent d'éloigner leur voracité afin de laisser toute la place à un superbe down-tempo où chante un synthé des ses harmonies de diva. Il y a toute une vie rythmique sous ce canevas lyrique. Une vie qui fomente un duel harmonique avec des coups de séquences limpides dont les frappes désordonnées perturbent quelque peu les ambiances. Sauf que la tendre mélodie de Iceland reprend le pôle afin de séduire nos oreilles jusqu'a ses dernières secondes. C'est du pur Berlin School très mélodieux, tout comme Injection qui démarre avec une intro ambiosphérique. Des lignes de synthé brumeuses flottent dans une grotte où suintent et pépient des prismes soniques et résonnent des gongs lointains. On entend des loups hurler, comme on entend venir de loin un mouvement de séquences qui fait dandiner ses ions et dont les délicats sautillements se répercutent dans un écho stéréophonique. Les cymbales et les percussions viennent caresser cette structure de rythme oscillatoire avec de délicates frappes, guidant Injection vers une belle spirale rythmique à la Mergener/Weisser. Le rythme est doux, envoûtant. Il tournoie de ses séquences lascives comme un oblong cercle stroboscopique autour des percussions qui claquent. L'hypnose fait rage lorsque des accords plus résonnants étoffent la structure en lui donnant une dimension plus dramatique que des nappes de mellotron amplifient de leurs voiles valsant avec les souffles de voix éthérées. C'est beau, mais pas autant que Dark Energy qui tourne constamment dans ma tête, et sur ma chaîne hi-fi, avec sa délicieuse structure progressive. Les violons cosmiques qui pleurent dans le réconfort des voix brumeuses nous ramènent dans le temps de Electronic Universe Part II de Software. Le rythme évolue lentement avec la présence de séquences qui vibrionnent dans les derniers mouvements de valse des violons esseulés. Une ligne de basse vient les ramasser. Elle palpite sinueusement, entraînant des accords harmoniques qui s'alignent dans notre tête comme une sérénade robotique. Dark Energy change de peau. L'ambiance néantisée devient rythme funky/groove finement saccadé que des percussions virent immédiatement pour un superbe down-tempo hypnotique. Et Dark Energy change maintenant de couleur. Les percussions claquent, fouettent et résonnent de partout, bousculant des séquences et pulsations qui sortent de nulle part alors que des solos torsadés et vampiriques ainsi que des voix de cosmonautes entraînent l'auditeur dans un délire sonique pas vraiment loin de ces belles années où la MÉ avait encore des chemins inexplorés. Divin!

Qu'est ce le corps et le cosmos ont en commun? Faudrait demander à Andreas Morsch, Uwe Denzer et Axel Stupplich, car ANATOMY est bien plus près du cosmos que de notre corps. À moins que notre corps soit en étroite relation avec le cosmos. Ça aussi il faudrait le demander à Pyramid Peak. Mais peu importe, c'est une ode cosmique électronique sans failles. Tout y est! Des rythmes évolutifs. Des ambiances cosmiques dont les chaleurs reviennent hanter notre âme avec des structures à la fois tendres, touchantes et ma foi assez mélancolique (le superbe down-tempo noir de The Voyage). Et surtout ce bouillon de séquences multidirectionnelles que des frappes de percussions ramènent dans un ordre cadencé aux multiples facettes évolutives. ANATOMY! C'est du grand P.Peak. Leur meilleur album à date où chaque seconde est brillamment pensée. C'est de la grande musique électronique et c'est possiblement le meilleur opus en 2013.

Sylvain Lupari (09/11/13) *****

SynthSequences.com

Disponible au Pyramind Peak Bandcamp

151 views0 comments

Recent Posts

See All