© 2019 by Alexandre Corbin for Synth&Sequences \ Sylvain (A.K.A. Phaedream) Lupari

  • Twitter - Cercle blanc
  • Facebook - White Circle
  • Sylvain Lupari

STEVE ROACH: Quiet Music: The Original 3-Hour Collection (1986/2011) (FR)

On dit que c'est un chef d'œuvre! Et si vous aimez la musique de ce genre, je le recommande fortement

CD 1 1 The Green Place Part I  31:06   2 The Green Place Part II 30:20   CD 2 1 See Things  5:48   2 Towards the Blue 3:20   3 Something in Tears 5:20   4 A Few More Moments 13:08   5 Air and Light 32:05   CD 3 1 Dreaming and Sleep 21:51   2 Quiet Canon 7:51   3 Sleep and Dreaming 30:13

Projekt PRO263 (CD 180:02)

(Ambient & Meditative Music)

Faisons d'une histoire longue une histoire courte. Considéré comme étant le summum de la musique de relaxation, de méditation et de recueillement, QUIET MUSIC a été composé entre 1983 et 1986. Initialement, le label Fortuna en a fait la distribution en 3 volets distincts sur format cassette 4 pistes en 1986. Deux années plus tard, une première édition en CD vit le jour. Elle contenait Quiet Music 2 au complet, plus un titre de QM 3. En 1999 Fortuna lançait un double-cd comprenant des versions remasterisées de QM 2 et 3 ainsi que de la 1ière partie de QM 1. Les droits de Fortuna sont expirés et le label Projekt Records, qui produit la musique de Steve Roach depuis 1995 avec The Lost Pieces, prend le flambeau et répond à l'appel de plus en plus insistant des fans de Steve Roach en produisant l'intégral des œuvres de Quiet Music dans un superbe ensemble digipack de 3 CD; QUIET MUSIC: The Original 3-Hour Collection.

Si la profonde tranquillité existe, elle provient du recueillement des âmes dans les sources de la terre. The Green Place est un étonnant voyage musical qui nous transporte au cœur des prairies fleuries des grands déserts du Colorado. C'est le tout premier Quiet Music et c'est aussi un superbe CD qui m'a passé sous les oreilles et ça serait dommage qu'il en serait autant pour vous. Des échantillonnages d’une nature hypnotisée par une majestueuse paix intérieure ouvrent The Green Place Part I. Une rivière transporte délicatement son eau qui coule en délicates cascades sous les chants enchanteurs d'oiseux sédentaires, captifs de cette superbe nature qui respire et expire la tranquillité. De doux arpèges limpides y pénètrent du bout de leurs notes et errent parmi cette nature oisive qu'une fine ligne de synthé recouvre d'une délicate brume angélique. Rêveuse, une douce flûte vient se recueillir et souffle de belles harmonies célestes qui épousent à merveille les lentes ondulations lyriques d'un synthé qui berce toute ses euphonies. Ce pinacle de la sérénité suit sa route, comme une longue et douce rivière de tranquillité, et tombe dans les notes d'un superbe piano. Des notes qui jettent un voile de mélancolie et qui se jettent dans les miroitements d'un synthé aux boucles et mouvements rotatoires divins. Nous sommes à la 15ième minute et c'est de la pure magie. On est totalement subjugué par ce piano dont les notes minimalistes s'étalent avec de fines modulations dans ses émotions. Des notes qui tombent avec une telle délicatesse que l'on se porte à rêvasser dans cet environnement de quiétude où la douce nature se mêle aux souffles d'une flûte enchantée, aux tendres étreintes d'un synthé envoûtant et aux délicates notes d'un piano mélancolique. The Green Place Part II est dans le même esprit de bien-être mais avec une intro un peu plus musicale, voire même plus mélodieuse. Les arpèges sont moins hésitants et forment un ballet onirique avec les souffles du synthé. C'est une belle intro mélodieuse qui survole les faibles débits des cascades sous les voiles d'un synthé qui entre dans une spirale temporelle pour tournoyer délicatement, un peu comme celle de Michael Stearns sur son superbe Chronos. Et le piano éclot, clôturant ainsi un joyau de musique tranquille.

Quiet Music 2 présente 5 titres aux tendances plus électroniques que ceux de Quiet Music 1. See Things est une lente immersion dans un univers de solitude avec des couches de synthé qui s'accouplent et se lamentent avec de délicats filets mélodieux. Court mais mélodieux, Towards the Blue avance tout en suivant le cours d'une rivière ruisselante de sérénité et sous de fines oscillations d'un synthé qui croisent des nappes plus mélodieuses et rêveuses. Something in Tears est très saisissant avec ses couches de synthé qui flottent et s'entrecroisent avec une étonnante sensibilité. A Few More Moments est un autre joyau de quiétude dans ce superbe coffret. De longilignes strates de synthé flottent et errent dans un lent tourbillon dormitif. Elles s'entrecroisent pour former un envoûtant ballet cérébral que de fins accords minimalistes hissent vers une mélodie nocturne qui n'est pas sans rappeler le superbe Reflections in Suspension de Structures from Silence. C'est un régal pour les oreilles et idéal pour le recueillement, tout comme le très ambiant Air and Light (le plus long titre de la trilogie), qui est un véritable monument morphique. Un très long titre qui évolue comme une obsession pour la tranquillité où les couches de synthé s'enroulent et s'enlacent dans une étrange et étincelante luminosité afin de nous plonger au plus profond de notre subconscient et nous ressourcer dans la force du silence.

Quiet Music 3 débute avec le très beau Dreaming and Sleep et ses couches de synthé qui se juxtaposent dans une belle harmonie où la fluidité des spectres de la nuit façonne d'étranges voix intérieures qui murmurent et chantonnent des discrètes mélodies nocturnes. Superbes et intenses, ses mélodies épousent les délicieux et longs mouvements de sérénité qui serpentent avec les fines implosions de synthé pour nous guider tout au long de cette nuitée emplie de magie spirituelle. Un titre sublimement onirique, tout comme son double Sleep and Dreaming qui est accompagné des suaves souffles flûtés de Will Morris. Incroyablement ensorcelant, Quiet Canon arbore fièrement l'ingéniosité de son appellation. De splendides arches de synthé se succèdent dans un écho minimaliste pour former un superbe canon; le canon de Steve Roach. Ses ondes polyphoniques épousent des violons chimériques dont les longilignes coups d'archets se fondent au décor astral mis de l'avant par un synthé solitaire. Ces enveloppantes couches de synthé portent cette berceuse nocturne au temple de nos rêves et fantaisies. C'est un autre superbe bijou de musique ambiante et méditative, signé Steve Roach.

J'ai appris à aimer la musique ambiante aux sons des synthés de Steve Roach. Le synthésiste américain compose sa musique comme un poète écrit ses vers et il meuble ses inspirations comme un peintre colore ses tableaux. Steve Roach a créé le parfait album de relaxation où la musique sans vie bouge sur de subtiles oscillations et de lentes implosions d'un synthé très mélodieux et délicieusement lyrique. Après l'avoir entendu à quelques reprises, je considère que QUIET MUSIC: The Original 3-Hour Collection est un monument de musique ambiante et méditative. Il y a plusieurs joyaux sur ce coffret où près de 3 heures d'une musique éthérée et méditative se renouvellent constamment sur des thèmes très abstraits. On dit que c'est un chef d'œuvre! Et si vous aimez la musique de ce genre, je le recommande fortement.

Sylvain Lupari (19/10/11) *****

SynthSequences.com

Disponible au Projekt Records Bandcamp