• Sylvain Lupari

SVERRE KNUT JOHANSEN: Resurrection (2017) (FR)

“Resurrection est un album de musique paisible dans lequel SKJ est à la recherche d'un sujet biblique et d'une musique très cinématographique”

1 Heaven and Earth 7:27 2 Resurrection 8:36 3 Jonah and the Huge Fish 5:27 4 The Light 3:35 5 Dry Land 2:51 6 Dawn 2:15 7 Resurrection Pt.2 3:35 8 Revelation 21 3:59 (…a new heaven and a new earth) 9 Revelation 22 5:33 (…water of life) Sverre Knut Johansen Music

(DDL 61:58) (Ambiant orchestral spiritual music)

Troisième album de Sverre Knut Johansen en 2017, RESURRECTION se veut un album de réflexion, un album à vocation biblique sur un sujet mainte fois extrapoler au fil des siècles. Divisé entre des rythmes tenus en contrôle par de somptueuses orchestrations et des ambiances cousues de soie blanche, ce dernier opus du compositeur Norvégien est sans doute le plus occulte de que j'ai entendu de lui. Très cinématographique, la musique respire toujours de cette dualité entre la lumière divine et les ténèbres. Un peu comme si son auteur était toujours confus mais toujours très désireux de mettre en musique ses croyances et romances.

Heaven and Earth débute donc cette quête philosophique avec une approche très filmique. Des nappes de violon flottent en bancs d'harmonies célestes où rôdent des effets plus austères qui tentent d'amener cette musique hautement méditative dans une chute vers le sombre néant. Mais la musique tient le coup et les ambiances séraphiques demeurent. Avec ses cloches qui tintent et ses nappes de synthé qui surgissent comme le soleil volant les ombres à la nuit, la pièce-titre traîne ses mystères sur une colline comme la douleur qui rampe dans notre corps. La musique raconte ses rencontres avec des bohémiens qui dansent aux sons des percussions tribales tandis que nous avons continuellement l'impression de vivre à l'envers où le jour s'est fait dérober sa clarté. Jonah and the Huge Fish est également construit sur ce même principe d'équilibre entre le rythme et les ambiances qui sont sous la haute surveillance d'orchestrations toujours en mode; fais-moi lever le poils des bras! The Light respire sa signification avec une ode contemplative aux couleurs de la sérénité. Dry Land est tout le contraire avec ses brises sombres qui sont stigmatisées par une fusion entre violons contrôleurs et nappes de voix assez discrètes. Mais tout au long de cette œuvre très contemplative, Sverre Knut Johansen multiplie les couches d'orchestrations qui épousent sa vision cinématographique de son dernier projet. Dawn sera le dernier repaire où le rythme vit quelque peu dans une structure qui irait bien dans le répertoire de Steve Roach. Les 3 derniers titres sont des paysages sonores portraitisés avec de belles pointes d'émotivité, comme dans Resurrection Pt.2, tandis que Revelation 21 et Revelation 22 sont plus du genre valse méditative d'ombres noires.

Si vous aimez une musique relaxante avec une vision hébraïque qui respire allègrement dans des décors de vieux Jérusalem, RESURRECTION est une œuvre qui saura vous séduire. Moi!? J'ai entendu mieux de Sverre Knut Johansen. Mais je dois admettre que le sujet choisi relève de l'hérésie et qu'il respire confortablement le but choisi et les idées de son auteur. Pour fans de musique méditative spirituelle.

Sylvain Lupari (16/10/2017) ***** SynthSequences.com

Disponible au Sverre Knut Johansen Bandcamp

  • Twitter - Cercle blanc
  • Facebook - White Circle

© 2019 by  Synth&Sequences \ Sylvain (A.K.A. Phaedream) Lupari