• Sylvain Lupari

TONAL ASSEMBLY: Four Pieces For Sonic Solitude (2022) (FR)

Rythmes entraînants et évolutifs et mélodies aussi entraînantes que ses rythmes

1 Voyager - First Movement 12:05

2 Voyager - Second Movement 5:29

3 Voyager - Third Movement 9:12

4 On Our Way 25:48

Tonal Assembly Music

(DDL 52:35) (V.F.)

(Sequencer-driven Melodious EM)

Oh qu'il y a de la belle musique électronique qui se meurt de se faire entendre et découvrir dernièrement. Après l'incroyable odyssée de Micado et amis dans One Week in Heaven, c'est au tour de Tonal Assembly d'offrir un bel album de musique électronique (MÉ) qui allie mélodie mélancolique à des rythmes magnétisants. La similitude s'arrête ici! Parce qu’au lieu de MÉ complexe et mélodieuse, Taede Smedes propose une belle vision harmonieuse sur des rythmes minimalistes teutoniques. Un peu dans le genre de E-Tiefengrund s'il y a une comparaison à faire. Ceci dit, l'essence de FOUR PIECES FOR SONIC SOLITUDE remonte aussi loin qu'en 2012 alors que le musicien Néerlandais était inspiré du voyage de Voyager 1. La musique fut ainsi stockée dans un vieil ordinateur. Ce n'est que récemment que Tonal Assembly a retrouvé cette musique qui occupe la première partie de son nouvel album-téléchargement. La seconde partie, On Our Way était à la base une musique pour méditation personnelle au Dr. Smedes. Toute cette musique a été retravaillée avec la dernière technologie et des logiciels de synthé appropriés, sauf que des vestiges du passé (pops et clics) restent collés aux structures. Impossible de toute les enlevés sans altérer un peu soit tant la musique, donnant un petit quelque chose d'inaccoutumée versus les deux premiers albums de Tonal Assembly.

Des crépitements se font entendre, un peu comme une pluie abondante, dès l'ouverture de Voyager - First Movement. On entend des portes métalliques grincées des gonds dans un environnement rempli d'ondes de synthé grondantes et menaçantes. Des voix, possiblement de la NASA, sortent de mes enceintes acoustiques alors que la pluie crépite avec une vision percussive. Les bourdonnements épaississent la sauce tonale, entrainant des poussières d'étoiles qui papillonnent sur des ondes de synthé plus chaleureuses. Un battement sort de cette masse un peu après la 3ième minute. Sa cadence vibrionne de plus en plus alors que de arpèges se mettent à tinter dans une vision mélodieuse qui flirte avec notre chair de poule. C'est en douceur que Voyager - First Movement prend son envol. Accroché à des nappes de synthé inondées de brume cosmique qui planent et se contorsionnent en des mouvements lascifs, ces arpèges offrent une perspective mélodieuse très accrocheuse sur un rythme aux pulsations résonnantes. Et lorsque les solos de synthé tombent après la 8ième minute, ce titre minimaliste se réfugie dans ces longues finales où le Cosmos vibre de son regard noir et où chantonnent ces voix sibyllines. Plus court, Voyager - Second Movement ne perd pas de temps en laissant partir 3 accords qui se répondent dans une écho brumeuse. Harmonique, le mouvement reste ambiant avec de beaux solos où nous sentons cette douleur dans les mélodies mélancoliques envahir nos sens qui décèlent de légers battements sculpter une procession dans les dernières minutes du titre. C'est par un gros tonnerre sur des vagues océaniques que Voyager - Third Movement libère un piano électrique. Tombant et résonnant en suspension, ces accords se bercent sur les mouvements valsant de la brume cosmique et finiront par tomber sur une structure de rythme galopant à travers maints effets sonores. C'est un bon titre avec sa mélodie tissée dans le rêve et son rythme entraînant.

On Our Way est le titre épique de FOUR PIECES FOR SONIC SOLITUDE. Le départ s'amorce dans une incertitude des nappes de synthé qui doivent composer avec des arpèges cristallins qui tombent avec une délicate vision harmonique. Le rythme ne perd pas de temps à s'installer. Construit sur un maillage de basse-séquences pulsatrices et de sourdes explosions, il cahote d'une stupéfiante démarche qui attire le synthé à coucher un air narratif à la Robert Schroeder. Le rythme gambade ainsi, colligeant une nuance ici et une autre plus loin, tout en additionnant des effets qui ne font qu'attiser encore plus notre écoute magnétisée. Des mots synthétisés s'invitent, comme un couinement de canard cosmique, ainsi que des bruits de roches qui ajoutent une touche surréaliste à ce long titre. C'est à la 15ième minute que nous atteignons le point de transition de On Our Way. Un léger passage atmosphérique où les percussion jouent de la claquette dans un vide qui se remplit avec des couches brumeuses, des explosions et de très beaux solos de synthé qui ont cette chaleur analogue. La structure redécolle lentement 3 minutes plus loin avec la même vision et le même décor plus les solos. Un titre époustouflant que j'ai apprécié autant avec mes écouteurs qu'avec mes haut-parleurs.

FOUR PIECES FOR SONIC SOLITUDE démontre que la musique minimaliste a toujours son pouvoir de séduction. La musique est bien programmée pour du rythme entraînant et évolutif ainsi que des mélodies aussi accrocheuses que ses rythmes. Et un titre comme On Our Way vaut son pesant d'or pour les oreilles. Au final, c'est un autre bel album de Tonal Assembly.

Sylvain Lupari (15/02/22) *****

SynthSequences.com

Disponible au Tonal Assembly Bandcamp

143 views0 comments

Recent Posts

See All