Search
  • Sylvain Lupari

TONAL ASSEMBLY: Lost And Found In Imaginary Landscapes (2019) (FR)

Updated: Jul 29, 2019

“Pas compliqué, ou presque pas, et plutôt très harmonieux dans un univers sonore que nous maîtrisons assez bien”

1 Rising 6:16

2 On the Shores of the Cosmic Horizon 8:06

3 Above the Clouds 6:42

4 Beyond Words 7:44

5 Blizzard 6:58

6 Runners High 7:00

7 The Voyage Begins 5:00

8 Fragility (featuring Leonie Smedes) 9:55

Groove | GR-268 (CD 57:41)

(MÉ Mélodieuse et rythmique)

Juste le nom me met de l'huile dans les oreilles! Tonal Assembly est un projet de Dr. Taede A. Smedes, un philosophe de la religion, un théologien et un écrivain indépendant qui vit dans son pays natal, les Pays-Bas. Depuis quelques années il s'intéresse à la MÉ. Ce qui le conduit vers des essais musicaux qui ont été présenté sur différentes plateformes en Hollande et à faire les connaissances de François ten Have, Eric van der Heijden et finalement Ron Boots qui a rapidement flairé le talent de Taede A. Smedes. Tonal Assembly décrit sa musique comme étant inspiré par les artistes usuels qui ont pavé la voie aux différentes sphères de la MÉ, soit Jean-Michel Jarre, Tangerine Dream, Vangelis, Kraftwerk et la vague Synth-Pop des années 80. Ces ingrédients sont effectivement bien présents dans LOST And FOUND In IMAGINARY LANDSCAPES et en font un album très séduisant à explorer où les parfums des années analogues de la MÉ, je pense entre autres à Space Art et AGE, rendent sa découverte encore plus intéressante. Autant vous l'écrire d'entrée de jeu; j'ai passé un très bon 60 minutes, et plus qu'une fois, à me laisser séduire par ce nouvel album de Tonal Assembly. Et juste le nom, me met de l'huile dans les oreilles!...

Une oblongue onde du synthé trace des formes circulaires avec une inclinaison de réverbération dans le ton. Elle sillonne les premières seconde de Rising et libère aussi un léger filet de voix astrale qui chasse peu à peu les résonances de sa mère sonore. Une ombre jette du ton plus intimidant et un séquenceur fait sautiller ses ions fragilement dans ce décor devenu peu à peu apocalyptique. La danse des ions, et leurs éclats sonores scintillant, se poursuit avec l'arrivée de force fraîche; des séquences aux tonalités de perles rebondissant sur du verre. Mais cette danse spastique reste emmurée par des nappes et des voiles sonores assourdissant pour devenir finalement les premières 6 minutes de LOST And FOUND In IMAGINARY LANDSCAPES. L'introduction de On the Shores of the Cosmic Horizon est cousue aussi du même fil d'ambiances. Seul, le ton est différent. Comme celui du séquenceur qui libère une belle série de séquences et qui effectue un long tracé harmonique ascendant. Le mouvement est souple et construit autour d'une vision minimaliste de rythme cosmique qui est à l'image du titre. Sous des patterns de séquences aussi radiantes que dans l'univers Software, années 85-90, des synthés infusent des harmonies parfumées d'essences flûtées qui tantôt dansent avec le rythme ou partent à la conquête des étoiles. Sobre et très beau, comme dans les années analogues. Above the Clouds est mon premier coup de cœur! Initié par un claquement venu de nulle part, le rythme se met en phase Teutonique avec des basses pulsations et une suite de séquences qui roule comme des squelettes de serpents dévalant des pentes avec une retenue pour ne pas se briser le reste de leurs os. Cette structure deviendra le lit d'une avalanche d'éléments percussifs aussi décapants que séduisants tout au long de Above the Clouds. C'est le piano et sa mélodie rêvant sous ce nid pétillant d'effets sonores et sous de belles orchestrations qui fait tout le charme de Above the Clouds. Délicieux pour mes oreilles! Plus léger, et plus romantique, Beyond Words survit très bien à la dimension de Above the Clouds. Son introduction est une masse d'éther d'où émerge la chorégraphie du séquenceur et son ballet pour séquences. Encore ici, les parfums du rock cosmique Français et de sa poésie musicale rayonne sur cette danse pour cygnes sculptée sur séquenceur. Les arpèges sont autant rythmiques qu'harmoniques et tintent dans un univers en verre avec une touche à la fois mélancolique et féerique.

Les effets sonores qui ouvrent Blizzard lui donnent une vision cinématographique avec des échantillonnages de pas dans une neige dure. Il y a des brises, mais il y a aussi une douce mélodie tissée sur un clavier aux arpèges perlés. La structure du séquenceur danse en symbiose avec cette mélodie sphéroïdale qui laissera passer les premiers solos de synthétiseur sur ce titre dont la danse stagnante fait penser à du bon Software. Même que certains accords…Un nid de séquences toujours grouillant d'une vie rythmique désordonnée est sous les harmonies contractées de Runners High qui s'en sort avec un beau piano perdu dans ce qui semble être sur le point d'exploser très tôt. Un marathonien vient nous faire les éloges de la course à pied et la musique devient un genre de synth-pop qui flirte avec les premières idées de Bernd (Moonbooter) Scholl. The Voyage Begins suit cette tangente d'électro-pop qui est plus dans le moule cosmique de Jean-Michel Jarre. C'est très bien fait et le jeu des percussions rehausse l'aspect danse du titre. Plus long titre de LOST And FOUND In IMAGINARY LANDSCAPES, Fragility en est aussi son joyau, pour un peu que nous soyons romantiques et émotifs. Son introduction est brouillonne avec ses larves de synthé à demi éclot qui virevoltent sans panache dans un panorama où coule une eau. Le synthé devient plus austère, lançant des ombres pesantes qui résonnent bien après le dernier souffle. Et c'est là que des orchestrations et des murmures de nymphes astrales soulèveront la délicate voix de Leonie Smedes. Un piano réfléchit tout haut, joignant ses notes pensives avec ces murmures. Doucement, la faune sonore construit peu à peu une belle mélodie qui chevauche un rythme galopant sans empressement. Des pétales sonores volent ici et là, mettant plus d'emphase sur l'effet sensuel de cette voix qui va et viendra tout au long de cette sérénade portée par un piano et par un synthé aux charmes bucoliques. Le mouvement devient un rythme sphéroïdale et courtise admirablement cette approche mélodieuse dont la tendresse s'ajoute à toute cette onde de charme qu'est ce premier album de Tonal Assembly sur Groove.

Pas compliqué, ou à peu près pas, et plutôt très harmonieux dans un univers sonore que l'on maîtrise assez bien, LOST And FOUND In IMAGINARY LANDSCAPES est un très bel album pour ceux qui recherche les mélodies et ces rythmes bien sculptés par un séquenceur en mode charme. Il y a de beaux bijoux dans cet album dont la versatilité dans les genres et son accessibilité demeurent ses plus grandes forces. Chapeau les boys!

Sylvain Lupari (04/07/19) *****

SynthSequences.com

Disponible chez Groove nl

86 views

© 2019 by Alexandre Corbin for Synth&Sequences \ Sylvain (A.K.A. Phaedream) Lupari

  • Twitter - Cercle blanc
  • Facebook - White Circle