• Sylvain Lupari

WELLENFELD: Phase V (2010) (FR)

Un album mélodieux qui nous envoûte avec un bon mélange de rythmes et d'ambiances

1 Sun Moon Stars (Intro) 2:18

2 Phase V 9:07

3 Cold Planet 8:27

4 Generator 6:03

5 Sonar 6:13

6 Freedom 6:53

7 Mirrors 7:51

8 Simple Colour 9:25

9 Another Way 9:11

10 Synthetics 5:21

11 Sun Moon Stars (Extro) 3:08

MellowJet Records CD-R WF1001

(CD-R/DDL 73:57)

(New Berlin School, EDM)

J'aime bien la musique de Wellenfeld! Depuis Cosmic Waves, paru en 2004, Detlef Dominiczak et Andreas Braun créent une belle MÉ où percussions pulsatrices et lignes de séquences entrecroisées servent de rythmes à de belles structures mélodieuses. Des mélodies ancrées dans des bouillons cosmiques, dessinées par des synthés aux accords harmoniques et à la brume éthérée. Et ce sont ces mêmes structures que nous retrouvons sur PHASE V, le 5ième opus du duo qui a tranquillement pris la place de Software dans le firmament de la MÉ cosmique et rythmique Allemande. Tissé sur 11 titres qui s'enchaînent dans de très beaux ponts musicaux aux textures très Jean-Michel Jarre, PHASE V est un très bel album d'une MÉ qui est accessible, sans pour autant tomber dans la facilité.

C'est dans une ambiance cosmique que s'ouvre Sun Moon Stars (Intro). Des souffles noirs propulsent des voix d'outre-espaces où cerceaux métalliques tanguent sous la fine ondulation d'une mélodieuse ligne de synthé. On sent bien au loin des rythmes émergés. Ils tournoient en spirales, implosant tranquillement pour refaire surface plus tard sur les 10 autres titres de l'album, alors que Sun Moon Stars (Intro) déverse ses vagues cosmiques dans l'ouverture de la pièce titre Une lourde ligne séquentielle émerge des limbes cosmiques. Ses accords tressaillent lourdement et tracent un long mouvement ondulatoire dont les oscillations sont sous l'emprise de stries irisées spectrales. Le rythme se forme. Légèrement saccadé et stroboscopique, il ondule sous une belle enveloppe de brume et s'arrime à de bonnes frappes de percussions. Le rythme lourd et envoûtant, Phase Vtournoie lascivement comme un lent down tempo cosmique, alors que l'approche mélodieuse est forgée dans d'hypnotiques accords d'un synthé aux lignes harmonieuses et lyriques qui chantent et valsent parmi de doux souffles éthérés. Cold Planet est une belle ballade qui enchaîne avec une intro morphique à la JM Jarre truffée d'ondoyantes lignes de synthé. Une séquence émerge et tournoie dans un lourd nuage de brume mellotronnée, dessinant un autre axe rythmique en forme de spirale. D'autres séquences naissent et appuient ce lent mouvement rotatoire, fusionnant deux approches mélodieuses qui tournoient en contre-sens et se chevauchent sur des fugaces mouvements ascendants. Et c'est de cette façon qu'une splendide mélodie se dessine dans nos oreilles. S'accrochant à de fines percussions feutrées et métallisées, elle valse suavement dans les étoiles flirtant au passage avec ses séquences entrecroisées qui s'ébattent dans un immense piège de brume. Cette fusion de séquences hybrides et de percussions pulsatrices qui nourrissent des structures lentes, à la limite sensuelles, trouvent également refuge sur Freedom et l'étonnant Simple Colour et sa structure plus complexe et progressive. Deux autres ballades électroniques, avec de belles enveloppes cosmiques, qui offrent des lourds rythmes ondulatoires et circulaires sur d'envoûtantes séquences ascendantes.

Des séquences nerveuses et saccadées dessinent le rythme sphérique de Generator alors que des percussions pulsatrices nous enfoncent un rythme martelé dans les oreilles. C'est une intense et lente structure stroboscopique qui ceinture une belle approche mélodieuse avec des arpèges de cristal scintillant qui brillent dans un large cercle rotatif nourri par un synthé aux refrains philarmoniques. Un titre très près des terroirs de la synth pop, Sonar emprunte à peu près le même axe rythmique mais avec un débit plus nerveux et des séquences plus saccadées. Toujours submergé par des introductions cosmiques, les titres de PHASE V défilent comme dans un curieux club de danse cosmique où le down tempo et la synth-pop fusionnent à merveille. Plus lourd Mirrors déroule un down tempo du genre de Phase V, alors que Another Way erre entre rythme et ambiance avec de belles séquences qui hoquètent dans les ondes d'un synthé vaporeux. Les racines de Synthetics hésitent entre le synth pop et le soft techno. Son rythme sec, saccadé et pulsatif supporte une belle approche mélodieuse, la pierre angulaire de PHASE V. Un peu comme la pièce introductive, Sun Moon Stars (Extro) déploie une structure plus cosmique mais cette fois-ci le rythme est plus concis. Un rythme ondulant, pulsatoire et un peu stroboscopique qui est nappé d'une belle atmosphère cosmique.

PHASE V est moulé dans les empreintes des 4 premiers opus de Wellenfeld. C'est un excellent album mélodieux qui maintient le charme des approches musicales séductrices dans une belle fusion de rythmes et ambiances. Wellenfeld nous présente 11 titres d'une étonnante beauté. Des titres qui accrochent et séduisent et où les rythmes s'apparentent mais avec juste assez de nuances pour se laisser envoûter. C'est un beau voyage musical où des rythmes sensuels et envoûtants côtoient d'autres rythmes plus lourds et plus saccadés, tout en laissant une large place aux belles ballades cosmiques. Et à ce niveau, Cold Planet et Simple Colour sont des incontournables…

Sylvain Lupari (11/11/11) ****¼*

SynthSequences.com

Disponible chez MellowJet Records

15 views0 comments

Recent Posts

See All