• Sylvain Lupari

WELLENFELD: Sunshine (2008) (FR)

Sunshine est dans la continuité de Trip to Illusion

1 New York 7:58

2 Onyx 4:49

3 Biowave 7:57

4 Klangfarben 6:06

5 Sleepwalker 7:50

6 Strings and Superstrings 6:33

7 Sine Fields 5:19

8 Neolectric 6:07

9 Callipso 4:48

10 Floating (Live) 6:06

11 New York (R-Cut) 4:20

MellowJet Records CD-WF0801

(CD-R/DDL 67:59)

(New Berlin School, EDM)

Pourquoi changer une formule gagnante? SUNSHINE est dans la continuité de Trip to Illusion. Un opus vivant qui porte la signature d'un groupe phare de cette nouvelle vague Allemande de MÉ de genre synth pop. Du Kraftwerk plus fluide, moins robotique et plus mélodieux qui est moulé dans les sphères électroniques du label MellowJet Records par Andreas Braun et Detlef Dominiczak, les deux noms derrière Wellenfeld.

NewYork démarre ce 4ième opus du duo Berlinois avec un effet de drone réverbérant. Le rythme qui tombe est franc et sec avec de bonnes percussions et leurs tssitt-tssitt, une bonne ligne de basses-pulsations et surtout des bonnes séquences entassées sur un convoyeur et dansant ainsi sur place. Des accords de clavier créent une mélodie électronique de style synth-pop accrocheuse alors que le synthé disperses des stries écarlates. Cette première belle impression fige dans une phase ambiante avant de reformuler le tout avec un beau solo de synthé. Un titre qui a tout pour plaire, New York nous introduit à un album riche en musicalité, en rythmes et mélodies. Onyx suit avec des séquences bondissantes qui semblent dessiner des figures de rodéo électronique. Le séquenceur libère une ligne d'ions sauteurs qui se font dribbler par un sobre jeu de percussions claquantes à la Jean-Michel Jarre. Le synthé lance des riffs flutés tout en accrochant une mélodie qui sied bien à cette fusion EDM qui sonne comme du bon Moonbooter. Biowave se situe un peu à l'écart avec son rythme langoureux et sensuel gravitant autour d'une belle séquence avec des billes sautant avec alternance, créant un filet stroboscopique, et qui serpente une voie lactée mellotronnée et parsemée d'effets cosmiques. Une belle ballade spatiale qui précède Klangfarben et sa base de Techno cybernétique caressée par des arrangements brumeux et des lignes de piano mélodieuses dans une spirale rythmique la plus commerciale de SUNSHINE. Sleepwalker propose une structure de rythme nerveuse et vivante avec une bonne vision Techno qui se transformera en musique de danse électronique. Le rythme martèle une dose battements sourds sous des arrangements de piste de danse avec ces nappes de violons pleureurs. Divers éléments percussifs déstabilisent l'écoute qui aime bien entendre une faune sonore riche dans cette structure de danse entraînante. Tant pour la masse sonore que pour les bijoux développés comme éléments percussifs. Solide musique de danse ici, surtout avec une deuxième partie dynamiser par une faune sonore plus diversifiée! Strings and Superstrings fait dans du synth-pop progressif avec une structure de rythme poly diversifiée. Tant dans la richesse des éléments rythmiques que dans la vitesse qui subitement par à contre-sens, un truc brillant qui donne un second élan à une structure qui serait comme les autres dans ce SUNSHINE qui se laisse deviner trop facilement. Sine Fields est un beau down-tempo lunaire avec des effets ondoyants et de savoureuses percussions en boîte de conserve. J'aime la tendance Chill-Out avec des accords qui fondent en étendant leurs charmes. Un beau titre ici avec de beaux nuages de brouillard rempli de violons braillards. Neolectric est un petit bijou qui exploite un down-tempo mariné dans du Chill-Out. Créatif et original avec des lignes de clavier tissées dans la nostalgie et ce rythme statique sautillant par des effets de saccades. Il y a beaucoup de vie et de direction rythmique sur 6 minutes! Callipso termine dans une vision de musique de danse intelligente pour laisser la place au rythme super vite et vif de Floating (Live). C'est du techno et de l'Électronica de haut niveau ici. New York (Radio-Cut) nous démontre que la musique de Wellenfeld peut très bien passer sur les ondes du FM.

Il y a beaucoup d'hymnes à la danse dans ce SUNSHINE. Wellenfeld y va pour un album plus près des pistes de danse et du synth-pop que dans ses autres albums. Ce n'est pas vraiment ma tasse de thé, mais ça bien passé et c'est assez mélodieux pour que je m'arrête pour écouter.

Sylvain Lupari (07/05/08) *****

SynthSequences.com

Available at MellowJet Records

5 views0 comments

Recent Posts

See All