• Sylvain Lupari

DREAMERPROJECT: Visions (2016) (FR)

“Que peux-t-on dire dire si ce n'est que c’est de la bonne MÉ à la sauce Yanni qui borde beaucoup le style New Age. Mais devrions-nous avoir honte de l'aimer pour autant?”

1 Horizons 5:27 2 Sunrise 4:59 3 Visions 5:37 4 Glorious 5:26 5 Drifting 5:25 AD Music ‎– AD142CDr

(E.P. 26:53) (New Age, Synth-Pop and E-Rock)

Il y a beaucoup d'effervescence dans les bureaux d'Ad Music. Le label Anglais est plus prolifique que jamais avec quelques nouveautés, mais aussi avec des remixes, des rééditions et des E.P. (beaucoup de E.P.) afin de promouvoir son catalogue et ses artistes auprès des plateformes de musique en streaming tel que Itunes et Spotify. Horizons, un remix d'un titre très populaire du mini album VISIONS, a atterri dans mon DropBox et j'étais très curieux d'entendre à nouveau la musique de Dreamerproject puisque Kjetil Ingebrigtsen avait passablement séduit mes oreilles, et celles de ma Lise, avec le très beau et musical (certains diront New Age) The Road to Your Heart qui fut réalisé en 2012. Et depuis, je n'avais plus entendu parler de Dreamerproject, excepté pour le paisible Hymne qui est paru dans la très belle collection E-Scape 2015. Mais avant, je voulais entendre ce VISIONS. La genèse de Horizons...

L'introduction de Horizons nous plonge un peu dans l'univers du New Age avec des sons de flûte qui caressent les vagues d'un océan qui se sculpte dans notre imagination. Ces éléments, ainsi que des effets électroniques s'amplifient à mesure qu'un clavier dessine une mélodie embryonnaire et que le rythme s'installe. L'approche devient assez intense avec l'arrivée de percussions électroniques savamment dosées et des riffs nerveux qui papillonnent autour de cette mélodie qui prendra littéralement son envolée tout en prenant soin de laisser ses traces dans le fond de nos tympans. Le rythme est sec, un peu abrupt et les brindilles harmoniques virevoltent tout autour. Si la 1ière partie est plus éthérée, la 2ième propose un bon rock électronique avec de bons arrangements qui séduisent après 2 ou 3 écoutes. C'est à la fois léger et lourd et ça reste dans les frontières du New Age et de la Synth-Pop des années 90. Sunrise propose un rythme délicatement saccadé, comme un down-tempo décousu, avec un clavier et des arrangements à nous extraire des soupirs de l'âme. La mélodie, arrachée à un synthé pourtant sobre, valse entre nos deux oreilles avec toute l'intensité de ses soupirs et de ses pleurs qui gagnent en intensité émotionnelle. C'est une très belle ballade électronique, avec un zest de Vangelis qui me séduit bien plus que Horizons.

La pièce-titre offre aussi une structure légèrement saccadée, mais plus électronique que mélodique, qui est tissée par des riffs de clavier nerveux. Les arrangements sont toujours aussi intenses avec une enveloppe plus électronique et les synthés gémissent encore plus que dans Sunrise. Ça passe bien, ce n'est pas compliqué et ça va plaire à une audience plus large. C'est accessible mais pas nécessairement commercial. Glorious présente aussi une structure assez intense qui est nouée autour de l'émotivité, un peu comme Horizons. Mais l'approche est plus vive avec une belle structure électronique dont le débit sonne comme le déversement d'une eau de sons dans le cosmos. Ici comme sur les 4 autres titres de cet E.P. la musique exploite bien ses 5 minutes entre du rythme, plus vif et saccadé ici, et un court moments d'ambiances qui amène l'auditeur dans un Cosmos très New Age. À ce niveau, la 2ième partie est sans contredit la plus puissante de ce mini album avec une finale très clanique. Drifting termine ce petit recueil musical et harmonique de Dreamerproject avec un beau slow cosmique. Le mouvement est ceinturé par une multitude de scintillements d'étoiles qui tournoient comme dans un tourbillon de particules de cristal. Peu à peu le titre dévie vers une approche plus dans le genre ballade avec une intensité accrue qui cherche la nette intention d'arracher d'autres soupirs à notre âme.

Doit-on être gêné de dire que VISIONS est un beau petit album plein de tendresse et de belles mélodies accrocheuses sur des rythmes qui se ressemblent vaguement par moments? Je vous laisse le soin de trouver la réponse. On aime Yanni, David Wright et Vangelis? On aimera à coup sur la musique de Dreamerproject! Ma Lise et moi avons trouvé ça aussi beau que bon! Même si nous sommes plus dans les territoires du New Age et du Synth-Pop sans voix (la musique se fredonne assez facilement) que les insondables labyrinthes de la MÉ de style Berlin School et de ses dérivées. Beau, bon et pas compliqué!

Sylvain Lupari (28/09/16) ***½**

SynthSequences.com

Disponible chez AD Music

6 views0 comments

Recent Posts

See All