• Sylvain Lupari

ELEMENT 4: Neotunes (2006) (FR)

Uwe Saher sait comment nuancer les genres et insérer des trucs qui nous surprenne

1 Neo Intro 1:55

2 Quakebeat 2006 8:02

3 Bluenoon 7:48

4 Blaster 5:36

5 Loungebar 8:35

6 Euphoria 9:07

7 Mindscapes 8:55

8 Road to Amnesia 2006 7:53

9 Peaktime 6:16

10 F.X. 8:33

11 Blaster (J.B. Remix) 6:15

Brainwork Music

(CD-R 79:15)

(EDM, Techno & Trance)

Element 4 est un projet musical parallèle à Brainwork, celui-là même qui nous a donné Soundclouds, un des meilleurs albums de MÉ en 2006. Guidé par le synthésiste Allemand Uwe Saher, Element 4 fait vibrer les planchers de danse depuis 1995 avec Elements of Trance. NEOTUNES est un 6ième cd. Un opus fort différent de Brainwork car si Soundclouds nous faisait voyager sans bouger, NEOTUNES nous fait bouger sans vraiment voyager.

Neo Intro est une courte introduction flottante où les nappes se déplacent lourdement dans une sphère sonore harmonieuse qui nous fait rêver à Soundclouds. Quakebeat 2006 allume la mèche avec une séquence agitée. Des striures de synthé déchirent le panorama avec les tssitt-tssitt des cymbales qui dessinent un beat martelant. La basse dans le plancher épouse parfaitement les pulsations cardiaques. Le rythme est infernal. Le synthé l'enveloppe d'une superbe ligne mélodieuse qui assiège nerveusement ce rythme décapant. Loin d'être hypnotique, il nuance son magnétisme avec ce croisement des stries multi sonores et par de superbes détours et de fortes nuances dans les tons, appuyé de bons effets sonores. Bluenoon continue le pilonnage sur un rythme plus minimaliste martelé de percussions qui échappe ses effets percutants, donnant une dimension industrielle à un mouvement mélodieux à la Jean-Michel Jarre. Blaster est encore plus frappant! Sur un beat dur, la séquence tournoie vivement dans un cercle rotatif que les percussions pourchassent à travers les stries saccadées. Loungebar tempère le survoltage avec un beat lounge qui est supporté de bonnes percussions, d'un bon jeu de basse et de belles harmonies qui reviennent inlassablement sur des strates discrètes devenant de plus en plus apparentes.

Euphoria est le concept même des techno dance à l'âme momifiée (sic!). Ça bouge, ça assomme sur des rythmes aux pulsations changeantes et une basse qui masse les pieds de ses énormes champs de réverbérations. Un titre pour zombies possédés où les yeux sont souvent en arrière de la tête! Mindscapes est un titre bien composé et bien arrangé. Le beat tambourinant de ses percussions tam-tam sur une ligne oscillante s'anime avec une impulsion martelante alors que des pads syncopés avancent le pied sur le frein. Le résultat est étonnant et plaisant. Ces contrastes attirent des lignes de synthé, tant linéaires que circulaires, qui s'entrecroisent à des vitesses aussi variables que le beat. Rendu ici dans NEOTUNES, ça donne un nouvel élan tout en créant un effet de surprise. Tout le contraire de la pièce-titre où les ambiances sont aussi significatives que les rythmes. C'est le même principe avec Road to Amnesia 2006. L'intro aux percussions vaporeuse initie une pulsation lourde dont la résonance titille les muscles plantaires. Nous sommes dans un foudroyant tourbillon technoïde qui altère son mouvement pour insérer toutes les nuances en rotation et pulvériser un rythme encore plus sauvage. Dans une moindre mesure, Peaktime est du même moule. Le rythme est moins animé, en contrepartie il y a un superbe jeu de percussions et de basses à faire vibrer les lustres du voisin d’en haut. De la dynamite compressée, qui a toujours une parcelle d'harmonie d'insérer quelque part. Un techno tribal extraterrestre, F.X. est un titre est étonnant. Sur des rythmes mous aux rigidités plasmatiques E4 exploite les sonorités les plus hétéroclites et forme une impulsion aux cadences fragiles qui exploitent un techno frêle, mais succulent d'ingéniosité. Blaster conclût sur un remix bien conservateur de Jean Baptiste.

Je dois avouer que j'appréhendais partir à la découverte de NEOTUNES. Je ne suis pas un fana de techno, ni de ses rythmes tonitruants. Mais ce fût tout le contraire. NEOTUNES c'est près de 80 minutes de musique martelée par des rythmes explosifs. Mais c'est aussi de la finesse dans les arrangements. Uwe Saher sait comment nuancer les genres et insérer des trucs qui nous font sursauter. Tout au long de cette bombe, il modifie les séquences et apportent des nuances mélodieuses qui changent la donne. Soundclouds et NEOTUNES! Brainwork ou Element 4! Uwe Saher a connu une excellente année. Je nous en souhaite d'autres 😊!

Sylvain Lupari (06/01/07) ***½**

SynthSequences.com

Disponible chez Brainwork Music

1 view0 comments

Recent Posts

See All