• Sylvain Lupari

PARALLEL WORLDS: Tonal Paintings (2018) (FR)

“Il y a de petites perles dans cet album dont les ambiances, les rythmes et les harmonies devraient plaire aux amateurs de Redshift et Arc”

1 Tonal Painting 4 5:49 2 Utopia 6:35 3 Blacktime 4:22 4 Tonal Painting 1 3:23 5 Sea Dream 5:39 6 A Dream Whithin a Dream 5:48 7 Tonal Painting 2 4:48 8 Evening Rain 4:17 Lost In It ‎– LII002

(Vinyl & DDL 40:44) (V.F.) (Analog E-Rock of the mid 90's)

C'est connu! Bakis Sirros est un artiste innovateur qui aime créer ses propres ambiances. Le musicien Grec affectionne d'ailleurs un genre musical plutôt expérimental qui peut effrayer les oreilles timides mais qui soulèvent aussi les passions pour les amateurs du genre. Et si on se met en tête de découvrir son univers, d'agréables surprises sont à la portée de n'importe quelles oreilles. Composé alors qu’il était au berceau de ses recherches tonales, TONAL PAINTINGS est une superbe collection de courts titres mais fort bien conçus. Du gris et du noir, un peu de lumières tamisées et des ombres fantômes, il faut porter une attention aux détails sonores dans cet album où les instruments analogues font rejaillir la démesure d'une riche flore tonale qui est aussi précieuse que ces effets spéciaux dans un film d'épouvante.

Et tout cela débute avec l'introduction de Tonal Painting 4. Des bruits bizarres, quasiment iconoclastes, torturent ses premières 30 secondes. Une jolie ritournelle du style Halloween envahit nos oreilles, alors qu'une basse séquence étend le poids de sa dimension avec ses résonances glauques qui maquillent le décor d'une juteuse ambiance Méphistophélique. Des ombres se détachent et forment un genre de canon harmonique unique à ces mélodies fragilisées dans des arpèges en verre qui tournent dans leur carrousel minimaliste. Jouant avec les nuances de sa mélodie, Bakis Sirros touche notre sensibilité de suceur de sang avec des siffles spectraux qui camouflent un ajout de beauté au rythme par la présence des percussions. Nous sommes aux frontières de John Carpenter et Mark Shreeve! Idem pour la valse pour gnomes noirs de Blacktime<